Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Hommes et femmes de notre histoire > Grandes familles > Trmouille ou Trmoille (de la) > 1550 - Les enfants de Franois de La Trmoille, petits-enfants de Louise de Cotivy, d

1550 - Les enfants de Franois de La Trmoille, petits-enfants de Louise de Cotivy, dame de Taillebourg, se partagent un trs bel hritage

samedi 20 février 2010, par Pierre, 2044 visites.

Un document lire sous plusieurs angles : l’tendue impressionnante des proprits familiales, de la Bretagne la Gironde, la qualit de l’acte notari, et les prcautions et garanties prises pour viter tout dsaccord ultrieur. On devine entre les lignes que ce partage n’a pas t facile. Il y a eu des tractations et de srieuses disputes entre les enfants. On efface tout, on se met d’accord et on signe !

Les domaines situs en Saintonge et en Aunis sont signals en caractres bleus.

Source : Les La Trmolle pendant cinq sicles. Charles, Franois et Louis III, 1485-1577 - par le duc L.-C. de La Trmolle - Nantes - 1890 - BNF Gallica

CHARLES DE LA TRMOILLE, prince de Talmond, fils unique de Louis II de La Trmoille et de Gabrielle de Bourbon, naquit en 1485. Charles VIII fit l’honneur la famille de le tenir sur les fonts de baptme et lui donna son nom. Il accompagna Louis XII en Italie, prit part au sige de Gnes en 1507 et la bataille d’Agnadel le 14 mai 1509. Nomm gouverneur de Bourgogne en 1513, pendant l’absence de son pre, il se distingua la dfense
de Dijon, marcha contre les Suisses en 1515 et prit glorieusement la bataille de Marignan, le 14 septembre de la mme anne.

Le 7 fvrier 1501 (v. s.), le prince de Talmond avait pous Louise de Cotivy, fille de Charles de Cotivy, comte de Taillebourg, prince de Mortagne-sur-Gironde, baron de Royan, et de Jeanne d’Orlans Angoulme, tante de Franois Ier.

FRANOIS DE LA TRMOILLE, fils unique de Charles et de Louise de Cotivy, naquit Thouars en 1502. Fait prisonnier la bataille de Pavie en protgeant le corps de son grand-pre Louis II qui venait d’tre tu, Franois ne put rentrer en France qu’aprs avoir
pay une grosse ranon. Chevalier de l’ordre du roi, il prit part aux campagnes d’Italie de 1527 et 1528. Nomm lieutenant-gnral des provinces de Poitou, Saintonge et pays d’Aunis, son administration y fut marque par des dits protgeant l’agriculture et le
commerce des crales. Bon administrateur de la chose publique, Franois de La Trmoille sut aussi trs bien faire prosprer sa fortune particulire. Lors de sa mort en 1542, la succession qu’il laissa aux siens fut l’apoge de la fortune des La Trmoille.

Franois de La Trmoille pousa, en 1521, Anne de Laval, fille de Guy XVI, comte de Laval, et de Charlotte d’Aragon, princesse de Tarente, laquelle mourut Craon, en Anjou, le 26 octobre 1553.

Ils avaient eu onze enfants :

- Louis III ,

 Franois, comte de Benon et baron de Montagu († 1555), qui pouse Franoise du Bouchet ;

 Charles, baron de Maulon et baron de Marans, abb de Saint-Laon puis abb de Chambon ;

 Georges, baron de Royan, baron d’Olonne, seigneur de Saujon et seigneur de Kergolay. Abb de Chambon la mort de son frre Charles. Georges († dc 1584) pouse Madeleine de Luxembourg (fille de Franois II, vicomte de Martigues) (ils sont les parents de Gilbert, baron puis en octobre 1592 marquis de Royan, et baron puis en janvier 1600 comte d’Olonne, mort le 25 juillet 1603) ;

 Claude, baron de Noirmoutiers, seigneur de Mornac, seigneur de Chteauneuf-sur-Sarthe, seigneur de Saint-Germain, seigneur de Buron et seigneur de La Roche-Dir († 1566), qui pouse Antoinette de Maill ;

 Guy, mort l’ge de huit ans ;

 Anne, mort en bas ge ;

 Jean, n posthume et mort en bas ge ;

 Louise, baronne de Rochefort († 1569) qui pouse Philippe de Lvis ;

 Jacqueline, baronne de Marans, baronne de Sainte-Hermine, baronne de Brandois et baronne de La Mothe-Achard († 1599) qui pouse Louis IV de Bueil, comte de Sancerre ;

 Charlotte, religieuse Fontevrault.

Le document qui suit est le partage de l’hritage entre 6 de ses enfants survivants : Louis III, Franois, Charles, Georges, Claude et Jacqueline. Le cas de Charlotte, religieuse Fontevrault, a probablement t trait par une dot, lors de son entre au monastre.

1550, 6 novembre. Poitiers. — Partages entre Louis III de La Trmoille et ses frres et sœur des biens laisss par Franois de La Trmoille, leur pre.

" Sur les procez et diffrends pendants en la court de parlement Paris, en matire de partage et par devant Mtre Ren Berthelot, conseiller en ladicte court et commissaire de par icelle sur l’excution dudict arrest, pour faire partage de la succession et biens demeurez du dcedz de feu de bonne mmoire messire Francoys de La Trmoille, chevallier de l’ordre, en son vivant seigneur dudict lieu de La Trmoille, conte de Benon, vicomte de Thouars, prince de Thalmond, baron de Craon et de Sully, seigneur de L’Isle-Bouchard, et de Berrie, et autres collatralles, obvenues depuis son trpas,

entre noble et trs-puissant seigneur messire Loys de La Trmoille, chevallier, filz aisn et principal hritier dudict dfunt feu messire Francoys, demandeur audict partage et requrant l’excution dudict arrest, d’une part,

et trs-nobles et puissants seigneur, Francoys, Charles, Georges, Claude d La Trmoille, messire Loys de Bueil, chevallier de l’ordre et dame Jaqueline de La Trmoille, sa compagne, lesdictz de La Trmoille, enfans et hritiers dudict deffunct messire Frncoys.

Lesdictz seigneurs pour obvier grande involution de procez en laquelle ilz pouroient tomber sur l’excution dudict arrest et partages de la succession dudict feu seigneur de La Trmoille et successions collatralles obvenues et aussy sur la succession qui est prochainne venir de dame Loyse de Coitivy, comtesse de Taillebourg, leur ayeulle, et pour l’indisposition de sa personne pour laquelle le gouvernement de ladicte dame et de sesdictz biens avoit par le Roy est octroy audict seigneur de La Trmoille, et pour le bien de paix et le dsir qu’ilz ont d’entretenir leur maison en tranquillit, union et fraternelle amiti, et aussy pour plus commodment et proffitablement pour chacun d’eux faire ledict partage et division, sur ce bien conseillez, par l’adviz et dlibration de leurs amys et conseil pour ce assemblez en bien grand nombre, et aprs avoir par eux entendu et cogneu, tant par ls comptes par cy devant renduz desdictes seigneuries, papiers de receptes, qu’autres enseignements concernants lesdictz biens immeubles et hritages commungs entre eux, que autrement, deuement avoir est informez de la quallit et valleur des terres et seigneuries communes et qui sont partir entre eulx desdictes successions, ont sur ce et diffrents estants entre eux faict l’accord, transaction, appoinctement et partage qui s’ensuit, tant de ladicte succession paternelle que collatralles j obvenues que obvenir de ladicte dame de Taillebourg, o le bon plaisir et voulloir d’elle ou curateur qui icelle pour cest effect luy sera ordonn, et aussy o le bon plaisir et authorit de ladicte comtesse.

"Pour ce est-il que en droict en la court du sceel estably aux contratz Poictiers pour le Roy, nostre sire, et Royne, douairire de France, pardevant nous soubscriptz notaires jurez soubz la court dudict sceel, ont est prsente et establiz en leurs personnes ledict trs-noble et trs-puissant seigneur messire Loys, seigneur de La Trmoille, demeurant en son chastel de Thouars, messire Francoys d La Trmoille, demeurant au chasteau de Brenezay, pays de Loudunois, messire Charles de La Trmoille, prothenotaire du Sainct-Sige ppostoliqe, abb des abbayes de Sainct-Laon et de Nostre-Dame de Chambonx demeurant en ladicte abbaye de Chambonx, Mtre Martin des Landes, demeurant audict Thouars, au nom et comme procureur spciallement fond de messire Georges de La Trmoille, o l’authorit de Mtre Jehan Perignard, son curateur, demeurant ledict seigneur Georges et ledict Prignart Paris, messire Claude de La Trmoille, demeurant Craon, pas d’Anjou, lesdictz seigneurs Franois, Charles et Claude, o l’aucthorit de Mtre Guilleaume Cossin, licenti s droictz, leur curateur ordonn en ladicte matire d’excution d’arrest, demeurant ledict Cossin audict Thouars, et honorables Mtres Francoys Chauvet, licenti ez droictz et lieutenant gnral au pas de Loudunois, demeurant Loudun, et Claude d’Orlans, licenti es droictz, baillif dudict Bueil, et demeurant Villedieu, pas d’Anjou, procureurs et chascun d’eux spciallement fondez de noble et puissant messire Loys de Bueil, chevallier de l’ordre, comte de Sanxerre, et de ladicte dame Jacqueline de La Trmoille, son expouse, comme appert par les procurations des dessusditz procureurs cy-aprs insres, et d’abondant ont promis faire ratiffier et approuver ces prsentes ausdictz. seigneurs et dame dedans la feste de Nol prochainement venant ; ont tous les dessudictz seigneurs et procureurs et curateurs prsents et chascun d’eux, voullu, consenty et accord, veullent, accordent et consentent les partages, divisions et accords qui s’ensuyvent.

" C’est scavoir que pour tous droite successifs, parts et portions contingentes et lgitimes appartenants et qui pourroient appartenir esditz seigneurs frres et soeur en la succession dudict messire Francoys de La Trmoille et autres successions collatralles aussy obvenues et de ce qui leur en pourroit appartenir, aussy de la succession obvenir de ladicte dame, contesse de Taillebourg, ayeulle paternelle desdictes parties, leur est et demeure perptuit.

" Scavoir est audict messire Francoys, le chastel, baronnie terre et seigneurie de Montaigu et la chastellenie, terre et seigneurie de Curzon, en Poictou, la terre et seigneurie de Chamdollant, en Sainctonge, avecques leurs appartenances, appendances et dpendances quelconques.

Audict messire Charles, le chastel, terre et seigneurie de l’isle de Marans, en Aulnis, le chastel, baronnie, terre et seigneurie de Maulon en Poictou, le chastel, baronnie, terre et seigneurie de Dou en Anjou, leurs appartenances et droitz quelconques qui en dpendent, charges lesdictes baronnies de Maulon et Dou des assignations faictes sur icelles seigneuries par les prdcesseurs, desdictes parties envers les trsorier, chanoines et chappitre de Nostre-Dame du Chastel de Thouars.

" Audict messire Georges, la baronnie, terre et seigneurie d’Aullonne, le chastel, chastellenie et seigneurie de Genay en Poictou, le chastel, terre et seigneurie de Royan sur Gironde, pas de Sainctonge, la terre et seigneurie de Saugeon, leurs appartenances et dpendances quelconques.

" Audict messire Claude est et demeure le chastel, terre et seigneurie de l’isle de Noirmoustier en Poictou, le chastel, terre et seigneurie de Mornac, pas de Xainctonge, leurs appartenances et droitz quelconques qui en dpendent.

Et ausdictz messire Loys de Bueil et dame Jaqueline de La Trmoille, son espouse, cause d’elle, est et demeure la terre et seigneurie de l’isle de Rh, la baronnie de Brandois, le chastel ou chastelz terres et seigneuries de La Motte-Achard, Falleron, Fredefont, Le Chesne, La Maurite, le fief Masqueau et le bourg commung d’Angle, leurs appartenances et dpendances quelconques, estants des successions susdictes.

" Pour desdictes terres et seigneuries jouir en plainne proprit et seigneurie par les dessusdictz seigneurs et dame puisnez de ladicte maison de La Trmoille, ainsy qu’elles seroient demeures desdictes successions et que ledict feu messire Francoys, leur pre, en jouissoit luy vivant, et lesquelles seigneuries lesdictz seigneurs Frncoys, Charles et Claude, par l’advis de leur conseil et o l’authorit dudict Cossin, leur curateur, ledict des Landes, procureur dudict Perignard, curateur dudict Georges, et lesdictz Chauvet et d’Orlans pour lesdictz seigneur et dame de Sanxerre, ont acceptes et prises pour tous leursdictz droictz, lgitimes parts et portions eux appartenans et qui leur pourroient appartenir, tant en ladicte succession paternelle que collatralle obvenues, que de ladicte dame de Taillebourg, leur ayeulie, obvenir, et s’en sont tenuz bien apportionnez et partagez, ceddant et exportant ledict messire Loys aux dessusdictz Francoys, Charles, Georges, Claude, seigneur et dame de Sanxerre, ses frres et soeur, respectivement, tous et chascuns les droite, portions et prrogatives qui luy appartenoient et appartenir pourroient comme aisn et principal hritier dudict feu messire Francoys, cause des successions susdictes obvenues et obvenir cause de ladicte dame de Taillebourg, son ayeulie, en icelles terres et seigneuries demeures et dlaisses respectivement sesdictz frres et soeur par cesdictes prsentes, sans en icelles seigneuries aucune chose rserver ne retenir par ledict messire Loys, fors ce qui est rserv cy-aprs, ains ds prsent en jouiront les dessusdictz seigneurs et dame puisnez respectivement en la manire cy aprs dclare, la charge toutesfoix de servir et faire les hommages desdictes seigneuries aux suzerains seigneurs et de porter et acquitter tous devoirs fodaux fonciers et antiens et qui ont accoustumez estre paiez sur ou cause desdittes seigneuries respectivement.

Et audict messire Loys seigneur de La Trmoille, filz aisn tant pour les prciputz et droitz d’ainesse que pour ses droitz et lgitimes parts et portions luy appartenans en la succession et biens dudict feu messire Francoys que esdittes successions collatralles obvenues que en la succession obvenir cause de ladicte dame de Taillebourg, son ayeulie, que pour tous autres droictz par luy prtenduz esdictz biens, est et demeure scavoir est : le chastel, vicomt, terre et seigneurie de Thouars, pas de Poictou, le chastel, comt, terre et seigneurie de Taillebourg, pas de Xainctonge, le chastel et principault, terre et seigneurie de Talmond, en Poictou, le comt, terre et seigneurie de Benon, en Aulnix et gouvernement du pas de La Rochelle, la baronnie, terre et seigneurie de L’Isle-Bouchard, en Thourainne, le chastel, baronnie et seigneurie de Berrie, pas de Loudunois, le chastel, baronnie, terre et seigneurie de Sully, avecq la terre et seigneurie de Moulinffou, au bailliage d’Orlans, la baronnie de Briollay, en Anjou, la chastellenie, terre et seigneurie de La Trmoille, les terres, chastellanies et seigneuries de Cause [1], Didonne et Meschery [2], au pas de Xaintonge, avecq cinquante livres de rente deubz sur le domainne du Roy audict pas de Xainctonge, les terres, seigneuries et immeubles scituez au pas et duch de Bretagne et comt de Nantes, et gnrallement toutes et chascunes les autres terres et seigneuries, rentes, revenuz et possessions, domainnes, hritages et biens immeubles quelconques et de quelque quallit et condition qu’ilz soient, estants desdictes successions obvenues en la manire susdicte que obvenir cause de ladicte dame de Taillebourg, sans aucune chose y rserver ne retenir et qui seroient oultre lesdictes choses demeures par partage sesdictz frres et soeur puisnez, sont et demeurent audict messire Loys, seigneur de La Trmoille, pour en jouir perptuit, et des droite et portions que y avoient et pourroient prtendre lesdictz seigneurs Frncoys, Charles, Georges, Claude, seigneur et dame de Sanxerre, s’en sont desmis, desvestuz et dessaisiz pour et au profict dudict messire Loys de La Trmoille, leur frre aisn, et de leursdictz droitz en ont faict cession et transport audict messire Loys, comme aussy des droitz qui leur seroient escheoir s biens de ladicte maison de Taillebourg, par la future succession de ladicte dame de Coittivy, leur aieulle, mins hors-ce qui seroit demeur au partage susdict desdictz puisnez, selon que dessus, la charge de faire les hommages, supporter et payer les devoirs fodaux fonciers et antiens deubz et accoustumez estre paiez sur ou cause d’icelles seigneuries et choses qui demeurent audict messire Loys.

Est entendu que les hommages et devoirs fodaulx qui seroient deubz par aucunes des seigneuries demeures aux puisnez aucunes des seigneuries demeures audict messire Loys, comme les baronnies de Montaigu, Brandois, La Motte-Achard et autres, seront faite et paiez icelluy messire Loys et ses successeurs, sans qu’on puisse dire lesdictz seigneurs et dame puisnez tenir lesdictes choses en parage dudict messire Loys de La Trmoille, ains les tiendront dudict messire Loys de La Trmoille, esdictes fois, hommages et devoirs fodaulx et y entreront comme de fief servy sans paier aucuns devoirs, rachapts ne autres, pour ceste foy, et ds prsent les a receuz et reoit ledict seigneur de La Trmoille. esdittes foys et hommages ; et ne sont comprises en ce prsent accord et partage les terres et seigneuries de ladicte maison de La Trmoille tenues en douaire par dame Anne de Laval, vefve dudict feu messire Francoys et mre desdictz seigneurs contractants, aussy par dame Loise de Vallentinois, vefve de feu messire Loys de La Trmoille, les decedz desquelles advenuz et de chascune d’elles, seront divises lesdictes terres et seigneuries, par elles respectivement tenues en douaire entre lesdictz messire Loys et les dessusdictz seigneurs et dame puinez selon les coustumes des pas esquelz sont scitues lesdictes seigneuries, et pour les droitz et portions qui en appartiendroient chascun d’eux, et au regard des grces et facults de retirer les terres, droitz et dommainnes estants des appartenances de la baronnie de Briollay vendus et allinez par ledict feu messire Franoys, aussy de retirer des seigneur et dame de Mirepoix les terres et seigneuries de Rochefort, La Possonnire et leurs appartenances estants en Anjou, sont et demeurent lesdictes grces et facultz audict messire Loys ; toutesfoix au caz que ledict messire Loys ne les voudroit retirer, lesdictz seigneurs et dame puisnez ou aucun d’eux les pourra retirer o la charge du retraict que par aprs en voudra, et fera faire ledict messire Loys, suyvant les facultz contenues par les contratz et accords sur ce faitz.

Aussy demeure audict messire Loys les arrrages des rentes et autres devoirs escheuz et obvenuz du temps prcdent de toutes lesdictes seigneuries, d’icelles successions jusques huy, sauf des terres qui seroient par cy devant demeures par partage provisoire ausdictz seigneurs et dame puisnez, aussi la provision ordonne audict messire Claude, dont le terme de paier la somme de cinq cens livres seroit escheu au mois d’octobre dernier, laquelle sera pae par mondict seigneur de La Trmoille audict Claude.

Pourront lesdictz seigneurs et dame puisnez ds prsent entrer en la jouissance des chasteaux et seigneuries dessusdictes chascun d’eux par ces prsentes respectivement demeures et dlaisses, sans toutes foix qu’ilz en prennent et lvent aucuns fruitz et emolluments des revenuz d’icelles seigneuries jusques au premier jour de janvier prochain venant, ds lequel jour ilz commenceront jouir des fruictz et revenuz desdictes terres respectivement sans ce que cependant aucuns hauts bois soient couppez ne dmolliz ne aucuns bois tailliz acclrs, sauf aussy desdictes terres, dont chascun d’eux jouissoit par provision, dont ilz prendront respectivement les fruitz, revenuz, fermes et emolluments jusques audict premier jour de janvier prochainement venant selon que dessus.

Et en tant que toutes les fermes qui auroient est faictes par ledict messire Loys d’aucunes desdictes seigneuries dont le temps ne seroit expir, tiendront les baulx fermes qui en avoient est par luy ou par son commandement et adveu faitz ; toutes foix sera ledict messire Loys tenu et a promins satisfaire et rendre ausdictz seigneurs et dame puisnez les deniers qui luy auroient est avancez et par luy receuz ou autres de par luy, et ce pour le regard du temps qui resteroit desdictes fermes, en manire que lesdictz seigneurs et dame puisnez pourront jouir paisiblement de leursdictes terres selon lesdictes fermes sans aucun retardement ou diminution pour lesdictes avances, ausquelles ledict sieur de La Trmoille satisfera et ainsy l’ha promins faire, pein de touz intrestz et dommages, dedans ledict premier jour de janvier prochain.

Semblablement tiendront les arrentementz et baulx perptuelz qui auroient est faictz par ledict messire Loys des appartenances des choses demeures aux lotz et partages desdictz seigneurs et dame puisnez, aussy s’il se trouvoit que esdictz baulx ledict messire Loys eust rece quelques deniers en faisant lesdictz baulx qui exceddassent le proffit du revenu desdicte baulx et arrentements, en ce cas et non autrement ledict seigneur sera tenu les rendre ; et aussy sy lesdictz seigneurs et dame puisnez trouvoient esdictz baulx perptuels y avoir lzion ou dception notable s’en pourront respectivement pourvoir comme de raison, sans toutesfoix qu’on s’en puisse adresser par recours de garentie ne autrement contre ledict seigneur Loys de La Trmoille qui de ce demeurera exim et descharg envers toutes personnes quelconques.

Et quant aux offices des seigneuries demeures respectivement ausdictes parties, les officiers qui auroient est pourveuz d’iceulx offices, pour cause de mrites et bienfaicts et obligations ncessaires, demeureront en leursdictz estatz et offices sans qu’ilz puissent estre muez et rvocquz par lesdictz seigneurs respectivement.

Et au regard des autres officiers muables et rvocables pourront estre muez et changez vollont d’ung chascun desdictz seigneurs en leursdictes seigneuries, demeures par cesdictes prsentes.

Et quant es biens meubles de ladicte succession paternelle et aussy de ladicte dame de Taillebourg, demeurent audict messire Loys, seul, pour et son proffict singullier, sauf de la vaisselle d’or et d’argent, or et argent monnoy et monnoyer, dont mondict seigneur Loys seroit charg par l’inventaire et partage faict avecq madame sa mre, pierreries et joyaulx prcieux, lesquelz seront divisez gallement entre lesdictes parties.

Et aussy quant s meubles qui se trouveroient s chasteaux, maisons et seigneuries du partage desdictz seigneurs et dame puisnez et choses eux demeures, respectivement leur demeurent.

Et en tant que touche les debtes personnelles et charges mobiliaires, hippothques et rentes constitues prix de deniers qui seroient de ladicte paternelle succession et collatrale obvenues et dont n’auroit est baill assiette perptuelle, aussy de celles qui concerneroient ladicte dame de Taillebourg, seront paies, sollues et acquittes par toutes lesdictes parties, par sgalles portions, comme debtes et charges hrditaires entre tous les dessusdictz, rserv que quant celles desdittes debtes et charges personnelles et mobilliaires qui auroient est paies ou acquittes par ledict messire Loys pour lesquelles ledict seigneur n’en pourra aucune chose rpter desdictz seigneurs et dame puisnez.

Et sy l’ung d’eux en est mins en procez, cause des debtes et charges susdittes, tous les autres seront tenuz le descharger chascun pour son regard.

Et en tant que touche les procez de ladite hrdit paternelle et collatralles obvenues et de ceux de ladite maison de Taillebourg, tous lesdictz seigneurs seront tenuz les soustenir, en porter le faiz et charge chascun en son regard et comme de raison, et iceulx reprendre et eux faire et rendre parties et s’en descharger l’ung l’autre, chascun pour son regard, et en faire les fraiz par commung, et aussy le proffict et mollument sera commung, sauf que les terres et choses demeures par ces prsentes demeurent perptuit chascune desdictes parties selon que dessus.

Et quant aux procs qui seroient intentez pour raison des rentes ou autres droitz particulliers dpendants desdittes seigneuries particullires, celuy desdictz seigneurs ausquels telle seigneurie seroit demeure sera tenu seul prendre la poursuitte ou deffences desdicte procez et en descharger les autres ses frres et aussy en prendre les proffitz, sauf des arrrages qui seroient demeurez mondict sieur Loys ci-dessus ; demeure par ces prsentes ledict messire Loys descharg et quitte de toute reddition de compte, en quoy il estoit, pouvoit et pourroit estre tenu du gouvernement, curatelle et administration luy ordonne par le Roy de la personne et biens de ladicte dame de Taillebourg, aussy de la restitution de tous et chascuns les fruitz qu’il auroit prins et levez des domainnes et hritages et biens immeubles estants desdictes successions et des ventes de bois et demollitions d’iceulx que de toutes autres choses en quoy il seroit. ou pourroit estre tenu envers lesdictz seigneurs et dame puisnez, ou aucuns d’iceulx, et sans que lesdictz seigneurs et dame puynez puissent l’advenir en faire audict messire Loys, pour quelconque cause que ce soit, question ou demende.

Et, moyennant ce, demeure ledict messire Loys charg de la nourriture et tout entretenement de ladicte dame de Taillebourg, sans que lesdictz seigneurs et dame puisnez, pour le partage qui leur est faict des biens de ladicte dame, soient tenuz y contribuer aucune chose ; et est par exprs dit et accord que lesdictes parties seront respectivement tenues et obliges se porter et faire bon et loyal gariment l’une envers l’autre desdictes seigneuries et choses chascune d’elles respectivement demeures, ainsy que cohritiers sont tenuz.

Et si aucunes desdictes terres et seigneuries demeures par cesdictes prsentes estoit vince par manire que l’une desdictes parties en fust effectuellement dpossde, audict caz seront lesdictes autres parties tenues incontinent et sans dlay luy remplir sondict partage en pareille quallit que seroit ladicte seigneurie vince ou aussy bonne, et l’en faire et rendre effectuellement jouissant sauf de la portion qui en luy seroit confuse.

Et s’il advenoit que ladicte dame de Mirepoix, soeur germaine desdictz seigneurs, vousist prtendre aucune part ou portion par droit successif aprs le decedz de ladicte dame de Taillebourg s terres et seigneuries de ladicte maison de Taillebourg, en ce cas lesdictz seigneurs et dam puisnez seront tenuz porter le faix et charge de la part et portion que y pourroit avoir et prtendre ladicte dame de Mirepoix avecques ledict seigneur Loys, leur frre, chascun pour son regard et portion.

Et telle charge sera et demeurera commune entre lesdictes parties comme dessus, sans ce que aucunes desdittes parties puissent de nouvel prendre le droit que voudroit ou pourroit prtendre ledict seigneur et dame de Mirepoix en ladicte succession de Taillebourg, sinon que ce fust par retraict dudict droit qu’elle auroit transport, auquel caz il viendroit au proffit commung sans pour ce que dessus approuver en aucune manire ladicte dame de Mirepoix y avoir droit, comme ayant cy devant renonc toutes successions en faveur de son mariage, laquelle renontiation appose par le contract dudict mariage n’est aucunement prjudici par ces prsentes ; et aussy n’entendent lesdictes parties par cesdictes prsentes faire aucun prjudice pour l’advenir s droitz respectivement cy-devant prtenduz au comt de Benon, lequel estoit prtendu par mondict seigneur Loys de La Trmoille, par le moyen du don autresfoix fait par dame Franoyse d’Amboise, duchesse de Bretagne, et clauses y apposes ; et au contraire estoit prtendu par lesdictz seigneurs et dame puisnez devoir venir en partage, nantmoings ledict comt et ses appartenances demeurant mondict seigneur Loys, comme dessus, et sera tenu ledict seigneur de La Trmoille bailler ou faire bailler et dlivrer chacun desdictz seigneurs et dame puisnez les tiltres et enseignements qu’il auroit concernants le partage de chascun d’eux, lesquelz les prendront par inventaire et en bailleront acquit et descharge ; et demeurent moyenant ces prsentes tous procez et diffrents qui estoient entre lesdictz sieurs et dame, frres et soeur, tant en la court de Parlement, par devant ledict Berthelot, commissaire et excutteur susdict, et tous autres diffrents qui se fussent peu mouvoir, appointez et assouppis et quittes de tous despens, fraiz, mises, dommages et interetz ; et ont accord lesdictes parties ces prsentes estre emollogues par ladicte court de Parlement entre lesdictes parties et curateurs desdictz mineurs ; et pour en icelle. requrir et consentir ladicte mollogation, ont constitu, nomm et estably leurs procureurs gnraulx et spciaulx scavoir est ledict messire Loys : Mtre Guillaume Martin, son procureur en ladicte court de Parlement, et lesdictz seigneurs Francoys, Charles et Claude et ledict Cossin, leur curateur : Mtre Jehan Jodoin, aussy procureur en ladicte court, et ledict des Landes pour ledict des Landes pour ledict messire Georges, Mtre Victor Lozon, aussy procureur en ladicte court, et lesdictz Chauvet et d’Orlans pour lesdictz seigneur et dame de Sanxerre, Mtre Pierre L’Allemant, aussy procureur en icelle court, promettants lesdictes parties et chascunes d’elles garder et entretenir tout ce que par leursdictz procureurs et chascun d’eux sera en ce fait, gr, et ngoti ; aussy sera la requeste de toutes lesdictes parties suppli le Roy, nostre sire, de aucthoriser cesdictes prsentes et de pourveoir et ordonner par ledict seigneur de curateur ladicte dame de Taillebourg, pour en ladicte quallit prester consentement ou rtiffier cesdictes prsentes ; et tout ce que dessus faire, tenir, garder et accomplir de point en point, sans aucunement y contrevenir, lesdittes parties et chascune d’elles se sont obliges et soubzmises, ont stipull et accept, respectivement promins de bonne foy et jur par foy et serment de leurs corps, le livre du St vangille, Nostre-Seigneur, touch corporellement ceste fin, qu’ilz et chascun d’eux entretiendront tout le contenu cy-dessus sans jamais y contrevenir, soit par voye de restitution ou autrement en quelque manire que ce soit, et ce ont soubzmis, oblig et hippothqu tous et chascuns leurs biens prsents et futurs quelconques, renonceantz toutes exceptions de dol et fraude, dception et lzion et tous les bnfices, droitz et moyens par lesquelz directement ou indirectement pourroit estre contrevenu l’effect de ces prsentes, dont icellesdictes parties, leurs requestes, consentement et vollontez ont est jugez et condamnez par le jugement et condamnation de ladicte court par nousdictz notaires soubcriptz jurez de ladicte court, la jurisdiction de laquelle ilz se sont supposes et soubzmises et leursdictz biens ; lesquellesdictes prsentes ont est signes desdittes parties establies et de nousdictz notaires.

" Fait et pass audict Poitiers, le sixiesme jour de novembre, l’an mil cinq cents cinquante.

Sign en la minutte : L. de La Trmoille. F. de La Trmoille ; Charles de La Trmoille ; Claude de La Trmoille ; Cossin ; F. Chauvet ; D’Orlans ; et des Landes.

Ainsy sign : Marrot au lieu de feu Mtre Sbastien Mesjureau, par commission moy donne aprs qu’il m’est apparu de la cedule de ces prsentes estre de luy signe, et Mousseau, comme la minutte.

Chartrier de Thouars. Copie sur papier, collationne l’original, le 21 mars 1606 et signe Du Tillet.


[1Cozes (Charente-Maritime)

[2Meschers (Charente-Maritime)

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.