Plan du site : détaillé / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Livre d'or
Archives
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Grands thèmes d’histoire locale » Mer, fleuves, rivières et marais » Les marais de Saintonge et d’Aunis et leur dessèchement » 1651 - Traité pour le dessèchement du marais du Sableau

1651 - Traité pour le dessèchement du marais du Sableau

Entre l’abbé de La Grâce-Dieu de Benon et François Arrivé, seigneur du Sableau

D 23 octobre 2018     H 23:51     A Pierre     C 0 messages     A 13 LECTURES


Le 14 juin 1578, Pierre Raoul, abbé commendataire (de 1578 à 1591) de l’abbaye de la Grâce-Dieu de Benon arrente à "noble homme" François Arrivé et à Marie Pérault, sa femme, la seigneurie du Sableau (Chaillé-les-Marais, Vendée).

Comme beaucoup de lieux de cette région, la seigneurie du Sableau comprend une surface importante de marais "entièrement inutiles pour estre, la plus grande part du temps, couvertz d’eaux". Ils ne rapportent rien à l’abbaye. Les Arrivé s’engagent à corriger cette situation. D’où ce traité par lequel ils "ont promis... les faire desécher et mectre en culture de terre labourable autant que l’art et la nature le pourront permettre dans trois ans prochains". A défaut, ils devront "délaisser la possession et jouissance dudit lieu du Sableau".

Cette opération de dessèchement va rencontrer des oppositions et des procès de la part de tenanciers, comme le montre un nouveau traité du 18 mai 1656 (pièce justificative CCXX)

Une affaire à suivre sur Histoire Passion, avec d’autres textes réglementaires et des informations spécifiques aux marais de Saintonge et d’Aunis.

Sources : L’Abbaye de la Grâce-Dieu - Georges Musset - 1898 - BNF Gallica
Pour la généalogie de la famille Arrivé : Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou. Tome 1 - Henri Beauchet-Filleau et Ch. de Chergé - 1891 - BNF Gallica

Marais du Sableau - Source : site de la Mairie de Chaillé-les-Marais

 1651, 18 juillet. - Traité pour le dessèchement du marais du Sableau.

Minutes de Juppin, folio 72, verso.

Comme ainsy soit que par cy devant et le 14e jour du moys de juing 1578, révérend père en Dieu messire Pierre Raoul, abbé de La Grâce-Dieu, eust baillé et arrenté à perpétuitté à noble homme François Arrivé, tant pour luy que pour dame Marie Pérault, son espouze, la terre et seigneurie du Sableau, avecq touttes et chacunes ses appartenances et deppendances, deppendant de ladite abbaye de La Grâce-Dieu, pour les causes et raisons contenues en la baillette passée par ledit sieur abbé audit Arrivé, le jour et an que dessus, soubz la cour du compté de Benon, par Nicollas Chaigneau et Guillaume Perrault, notaires ; par vertu de laquelle baillette, ledit sieur Arrivé et ses successeurs auroyent toujours jouy paisiblement de ladite terre et seigneurie du Sableau et ses appartenances, jusques à ce que messire François de La Rochefoucauld, abbé de ladite abbaye de La Grâce-Dieu, eust fait appeler pardevant nosseigneurs du grand conseil, les seigneurs et propriétaires dudit lieu, pour voyr dire qu’ilz luy délaisseroient lesdites terres et seigneuries du Sableau, sur quoy entre autres choses seroit intervenu arrest par lequel les propriétaires dudit lieu du Sableau sont condamnez de vuider lesdits lieux et iceux délaisser audit sieur abbé moyennant le remboursement de la somme de 13.692 livres 13 solz, à quoy s’est trouvée monter la valleur et despance de réparations et admélioracions faictes par ledit sieur Arrivé et autres, lors cohéritiers audit lieu du Sableau, suivant procès verbal qui en avoit esté faict en vertu d’arrestz de nosdits seigneurs du conseil, et cependant jusques à l’entier rembourcement de ladite somme de 13.692 livres 13 solz, lesquelz Arrivé, ses cohéritiers et leurs successeurs jouiront de ladite terre et seigneurie du Sableau tout ainsy qu’ilz en avoient par cy-devant jouy. A ce quel arrest n’ayant esté satisfaict par le sieur François de La Rochefoucault, abbé de ladite abbaye, lesdits sieurs Arrivé et mesmement leurs cohéritiers auroient continué leur possession et jouissance de ladite terre et seigneurie du Sableau paisiblement jusques à présent, que messire Elie Chevraud, abbé de ladite abbaye, de La Grâce-Dieu, voullant exécuter l’arrest cy-dessus, auroyt, faict offre à nobles François et Jehan Arrivé et autres leurs cohéritiers, seigneurs à présent dudit lieu du Sableau, de ladite somme de 13.692 livres 43 solz, et ce faisant que lesdits sieurs Arrivé et consortz eussent à luy délaisser la possession et jouissance dudit lieu du Sableau, sy mieulx lesdits sieurs Arrivé et consorts ne voulloient pour plus grand proffit et utillité de ladite abbaye de La Grâce-Dieu, entreprendre à leurs périlz et fortunes de dessécher les maroix deppendans de ladite seigneurie du Sableau cy-dessoubz dénommés et desquelz ledit François Arrivé et ses successeurs ont toujours jouy à tiltre successif, ainsi qu’il appert par les contrats de partages passés entre leurs dits successeurs. Lesquelz maroix sont à présent entièrement inutilles pour estre, la plus grande part du temps, couvertz d’eaux. Et ce soubz les clauses et conditions desquelles s’accorderoient lesdits sieur abbé et les Arrivés et aussi leurs consorts.

Sur quoy lesdits sieur abbé et lesdits Arrivé et consortz ont transigé dans la forme qui s’ensuit :

Pour ce est-il que, pardevant Jean Juppin, notaire royal et garde-nottes héréditaire en la ville et gouvernement de La Rochelle, furent présens et personnellement establis... Révérend père en Dieu messire Elie Chevraud, abbé de l’abbaye de La Grâce-Dieu, demeurant en ceste ville, d’une part, et François Arrivé, écuyer, sieur du Sableau, conseiller du roy et maistre des eaux et forestz dans la maistrize de Civray, Fontenay et bas-pays de Poictou, demeurant audit lieu du Sableau, paroisse de Chaillé-les-Maroix, et noble Jehan Arrivé, sieur de Boisneuf, demeurant en celte ville ; Victor Leroux, escuyer, sieur de La Guérinière, à cause de demoiselle Marie Barbier, son espouze, demeurant en sa maison noble de La Corbière [1], paroisse des Moustiers-sur-le-Lay ; Charles Barbier, sieur de La Guérinière, faisant pour dame Anthoinette Arnauldeau, sa mère, vefve de noble Charles Barbier, sieur de La Guérinière, demeurant audit lieu des Moustiers-sur-le-Lay ; François Barbier, sieur du Buignon, conseiller du roy en l’élection de Fontenay-le-Comte, demeurant en la maison de La Charroulière, parroisse de Bessay, et François Caillaud, escuyer, sieur des Rochettes, faisant pour messire Louys Godreau, sieur des Espessiers, son beau-frère, à cause de Marie du Tertre sa femme, demeurant ledit sieur Caillaud au bourg de Sezé, d’autre part ; ausquelz dits Godreau, on dit nom, et Arnaudeau, lesdits sieurs Caillaud et Charles Barbier ont promis faire avoir agréable ces présentes Lesquelz dits sieurs Arrivé, Charles Barbier et Caillaud, èsdits noms, Le Roux et François Barbier ont promis et seront obligés envers le révérend sieur Elie Chevraud, abbé de ladite abbaye de La Grâce-Dieu, pour plus grand proffit et utilité de ladite abbaye et pour se conserver ladite terre et seigneurie du Sableau, de desécher deux pièces de maroix rouchis du tout infructueux et sans aulcung proffit à ladite abbaye, pour estre le plus souvent couvertz d’eau, dépendant de ladite terre et seigneurie du Sableau, et appartenant auxdites parties par vertu des arrestz et baillettes ci-dessus énoncés, desquelz maroix lesdits Arrivés et consortz ont toujours jouy.... L’un desquelz maroix s’appelle le maroix de devant, tenant d’ung costé au canal qui conduit du Langon à Marans, d’autre costé au canal des Abbés, d’ung bout à l’escluzeau dudit Jehan Arrivé, ainsi que porte la baillette qui a esté faite à ses autheurs, et d’autre bout au pré du Rivage de la seigneurie du Sableau. Et l’autre maroix s’appelle le Marois aux Thores : tenant d’ung costé audit canal qui conduit du Langon à Marans, d’autre costé aux terres labourables de l’isle du Sableau, d’autre bout à la prise des Beauxmenez et d’autre bout au pré de la Dalle, Pré neuf et Pré Clairain.

Lesquelles dites deux pièces... lesdits Arrivés et consorts ont dict... s’en contenter,... et ont promis... les faire desécher et mectre en culture de terre labourable autant que l’art et la nature le pourront permettre dans trois ans prochains... à compter du jour, heure et date de ces présentes ou plus tost sy faire se peult. Et où ilz seroient empeschez de faire ledit dessèchement et travaux soit par guerre ou autre cas inopinez, en ce cas leur sera prorogé autant de temps qu’auront duré lesdits empeschemens. Et les dessèchemens ainsy faictz, lesdits Arrivé et consorts promettent et s’obligent pour eux et les leurs... d’en faire labourer et cultiver bien et deuhement par chacune année les deux tierces parties et les faire ensemencer de froment, orge, baillarge, ou d’autres grains à leur choix et obtion, et oultre de bailler et payer la douziesme partie des fruictz qui croistront à l’advenir dans lesdites deux terres parties desdits maroix deséchez, audit sieur abbé de La Grâce-Dieu et ses successeurs, laquelle sera terragée sur le champ, et apprès menée et conduite aux frais et despens desdits sieurs Arrivé et consortz que ayans-cause au village du Sableau en telle maison que voudra ledit sieur abbé et qui sera par luy indicquée, et pour l’autre tiers dudit maroix demourra pour servir de prés et pasturages pour les bestiaux desdits Arrivez et consortz. Et oultre seront tenuz lesdits Arrivez et consortz de payer audit sieur abbé et ses successeurs, ung sol de cens pour chascun journal de tous les susdits maroix... pour feste de noël Ont aussi promis lesdits Arrivé et consortz que aussy tost le dessèchement fait, de fournir et délivrer audit sieur abbé d’un harpentement en bonne forme, lequel contiendra la quantité de journaux desdits marois, et sera chascung journal composé de 30 brasses en carré qui revient à 900 brasses de long et une brasse de large, sans que audit harpentement soient compris les turcis, levées, canaux et terres pour faire les chemins, sans que, pour tout ledit dessèchement, ledit sieur abbé soit tenu de fournir ne obligé de contribuer d’aulcune chose, n’entendant ledit abbé délaisser, par ces présentes, ausdits Arrivés et consorts, aulcune chose de ce qui a accoustumé de se payer de cens par ladite seigneurie du Sableau.

Aussy est dit et accordé qu’il sera permis ausdits Arrivé et consortz d’associer qui bon leur semblera au présent traitté pourveu que ce soit aux charges et condicions d’icelluy et de fournir une grosse en forme, à leur frais, du présent traitté audit sieur abbé d’ici quinzaine. Moyennant quoy ledit sieur abbé a donné tout droit et permission ausdits Arrivé et consortz de faire escouller leurs eaux par les canaux antiens despendant de sadite abbaye et faire nouveaux canaux au travers des maroix deppendans de ladite abbaye, le tout ainsy que lesdits Arrivé et consortz le jugeront nécessaire pour le bien dudit desèchement, sans que, pour ce, ledit sieur abbé puisse rien demander et répéter pour les passages et escoullemens des eaux cy-dessus ausdits Arrivé et consortz, sans que néantmoings lesdits Arrivé et consortz puissent donner ne concedder le passage desdites eaux dans le chenal de Pied-Arrenault à autres qu’à eux et leurs associez, au sujet dudit desèchement. Et pourra ledit sieur abbé donner permission à qui bon luy semblera pour passer des eaux d’autres dessèchemens que le susdit dans la susdite chenal de Pied-Arrenault, depuis le lieu appelé Le Gros-Aubier jusques à la mer, sans que touteffois cela puisse préjudicier audit dessèchement desdits sieurs Arrivé et consortz. Et en cas qu’il fust besoing de faire omologuer au parlement le présent traitté, promet ledit sieur abbé de fournir procuration nécessaire pour obtenir ladite omologation. Et au regard des autres maroix deppendans de ladite seigneurie du Sableau, non compris ce présent desèchement desquels lesdits Arrivé et consortz ont par cy-devant jouy et jouissent encor à présant, consent icelluy sieur abbé que iceux Arrivez et consortz continuent à jouir paisiblement comme ilz ont cidevant fait, etc.

Faict et passé à La Rochelle, en la maison où demeure ledit sieur abbé, après midy, le 18e jour de juillet 1651, présens tesmoings Paul Duprat, Elie Challon et Jehan Juppin, clercqs, demeurant à La Rochelle. Ont signé : CHEVRAULD, abbé de La Grâce-Dieu. F. ARRIVÉ. ARRYVÉ. Victor LEROUX. F. CAILLEAU. François BARRIER. BARBIER. JUPPIN. CHALON. DUPRAT. JUPPIN, notaire royal.

 Généalogie de la famille Arrivé

ARRIVÉ. — Famille du Bas-Poitou et dont les plus anciens représentants paraissent avoir habité le bourg de Chaillé-les-Marais (Vendée).

Blason. — La veuve de Jacques Arrivé, sr du Sableau, et Pierre Arrivé, sr de Boisfontaine : de gueules au chêne arraché d’or, accompagné de 3 hérons d’argent, posés 2, 1. (D’Hozier.) — D’après le vol. 449 Cab. tit., Arrivé du Sableau : d’azur à 2 aubiers d’or mouvants d’une onde d’argent, chargés sur leur feuillage d’un héron de sable volant et une étoile d’or posée en chef de l’écu.

Nous devons une grande partie des notes qui vont suivre à feu M. Piet-Lataudrie.

Arrivé (François), sénéchal de Marans, épousa en premières noces Marie DURAND, dame du Sableau, dont FRANÇOIS, qui suit, et HÉLIE. (V. § II.) Arrivé (François), sr du Sableau, qui épousa, par contrat du 31 mai 1590, Marthe ÇHARRUAU.

Ce François doit être le sr du Sableau qui avait été choisi par les catholiques de Luçon pour leur servir de chef, lorsqu’ils étaient menacés d’attaques par les protestants (fév. 1568) ; mais, averti trop tard ou par toute autre raison, il ne répondit pas à cet appel.

La postérité de François se divisa en plusieurs branches. L’aînée fut celle des sgrs du Sableau, de l’Hermitage et de Bellefontaine ; la seconde portait le titre de sgr de Boisneuf. Nous allons donner successivement ce que nous avons recueilli sur chacune d’elles.

§ Ier. — BRANCHE AÎNÉE.

Arrivé (François), Ec., sgr du Sableau, était en 1644 maître particulier triennal et héréditaire des eaux et forêts des départements de Civray et de Fontenay-leComte ; le 28 déc. 1652, il partageait les marais du Sableau (Chaillé-les-Marais).

Arrivé (François), était en 1664 procureur du Roi de la maréchaussée de Fontenay-le-Comte ; sa veuve est inscrite dans le Catalogue des gentilshommes du Poitou avec cette annotation de M. de Maupeou : condamnés comme roturière.

Arrivé (François) sgr du Sableau, lieutenant-général au siège royal de Fontenay, eut de N. sa femme une fille, MARIE, qui épousa, le 27 mars 1691, Henri d’Appelvoisin, sgr de Bouillé (Fillon, Poitou et Vendée, v° Bouillé ?), lequel rendait en 1696 et 1716, au chât. de Fontenay, un aveu pour la sgrie de Lavau. (N. féod. 24.) Arrivé (Jean), Ec., sgr du Sableau et de l’Hermitage, chevau-léger de la garde du Roi, eut de N. son épouse : 1° PIERRE, qui suit, et ° MARIE, qui, d’après M. Piet-Lataudrie, aurait épousé Henri d’Appelvoisin.

On vient de voir que, d’après B. Fillon, cette Marie était fille de François Arrivé, lieutenant-général au siège de Fontenay ; n’ayant pas les éléments nécessaires pour décider de quel côté est la vérité, nous nous contenterons d’énoncer les deux opinions contraires.

Arrivé (Pierre), qualifié tour à tour de sgr du Sableau et de Boisfontaine, fut intéressé dans le des sèchement des marais de Maillezais, Moreilles, etc., et fut même pendant quelque temps directeur de l’association formée dans ce but, d’après les pièces de procédure auxquelles donna lieu ce desséchement, de 1645 à 1648. Marié à Jeanne BOUCHEREAU dame de la Roussière, fille d’Etienne, sr de la Roussière, etc., élu à Fontenay, et de Marie Moreau, sa seconde femme, il n’eut qu’une fille, nommée MARIE, dame du Sableau, Bellefontaine, la Roussière, l’Hermitage, etc., née le 17 janv. 1697, qui, le 7 mai 1710, obtenait des lettres de bénéfice d’âge, et se maria, le 3 mars 1714, à Charles-Paul de Béchet, Ec., sgr de Biarge, auquel elle porta les biens de sa branche.

§ II. — BRANCHE CADETTE.

Arrivé (Hélie), fils puîné de François et de Marie Durand, eut entre autres descendants : Arrivé (Marie), mariée : 1° à Fiacre Divé, sgr d’Ardennes, conseiller au Présidial de la Rochelle, et 2° le 19 nov. 1674, à Auguste Joubert, Ec., sgr des Arsonnières et de la Crestinière ; elle vivait encore en 1704.

Il a existé une troisième branche des Arrivé sgrs de l’Isle et des Cormiers, qui est allée s’établir au Canada.


[1La Corbinière, commune de Moutiers sur le Lay.

...
Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Benon - 17 Benon - 17e siècle - 85 Chaillé-les-Marais - Arrivé (François) - Marais -

Je recherche dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.