Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Etablissements religieux > Abbayes, monastres et commanderies > Ordre de Citeaux > Merpins (16) - Abbaye de la Frenade > 1790 - Merpins (16) : inventaire de l’abbaye de La Frenade, bien (...)

1790 - Merpins (16) : inventaire de l’abbaye de La Frenade, bien national

lundi 24 novembre 2008, par Pierre, 1364 visites.

2 novembre 1789 : Par un dcret de l’Assemble constituante, les biens du Clerg sont "mis la disposition de la Nation" (cathdrales, glises, chapitres, biens et bien-fonds des paroisses, des ordres monastiques et des communauts religieuses).

Le dcret est suivi d’une opration d’inventaire de tous ces biens.

Source : Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - Tome X - p. 310 - — Copie conserve la Bibliothque de Cognac, Fonds Albert.

1790, 24 fvrier. — Etat des revenus et charges de l’abbaye de La Frenade, fourni par Jean-Franois Thomas, prieur, et Elie-Jeseph-Alexandre Pelluchon-Destouches, avocat Cognac, mandataire de Jean-Siffrein Maury, abb commendataire.

Etat des revenus et charges de la manse conventuelle de l’abbaye royalle de La Frenade, ordre de Citaux, dont le manoir est sittu en la paroisse de Merpins en Angoumois, au resort du sige royal de Cognac, de laquelle abbaye M. l’abb Maury est titulaire, et la manse conventuelle sous le rgime et gouvernement de dom Jean-Franois Thomas, prieur clostral, et de deux autres religieux du mme ordre, savoir : dom Pierre-Denis Jein et dom Jean-Franois Patrouillot, profs [1].

Pour se conformer aux dcrets de l’assemble nationalle et lettres patentes du roy, du 13 novembre 1789, duement registres, dclarent lesdits prieur et religieux de laditte abbaye que les revenus de laditte manse conventuelle consistent en terres labourables, prs, vignes, bois, cens, rentes, dixmes, agriers ou complants, droits de lods et vente et de prlation, boisselage, situs dans les paroisses de Merpins, Gimeux, Salles, Angeac, Gent et Salignac ; que les bastimens consistent dans une maison antique qui sert de logement aux religieux, clotre, curie, grange, scellier, cour et jardin, le tout renferm de murs, une glise attenante laditte maison, sacristie, avec les objets l’usage du service divin qui se clbre tous les jours, et qui concistent quant aux vases sacrs en un calice d’argent neuf, un saint-ciboire aussi tout neuf, un obtensoir ou soleil d’argent, une petitte croix mme mtal.

ORNEMENTS. —Deux ornements de soyes de touttes couleurs bord en galon faux, deux autres ornements, l’un de laine et l’autre de soye rouge et viollet, un autre ornement blanc galon de laine, un autre ornement noir de laine, la reprsentation et garniture de l’htel de mme.

LINGES.— Quatre aubes, six nappes d’autel, sans y comprendre deux grosses qui servent mettre dessous, une demy douzainne d’amis, une douzainne de purificatoire, une douzainne de lavabo et six corporaux, un ensensoir de cuivre et une lampe mme mtal, six chandeliers de bois dors, un missel, une chasuble ou manteau pluvial pour donner la bndiction, un psautier, un antiphonaire pour le cœur, deux burettes de verre.

MEUBLES DE L’ABBAYE. — Quatre lits de matre, deux de domestiques, de la vaisselle pour l’usage de la maison, l’ustencille de cuisinne et autres meubles ncessaires comme chaises, tables, feux et autres menus objets, deux douzainne de paire de draps de toille commune, une douzainne de napes de table, six douzainnes de serviettes aussi toille commune, deux dousaine d’essuimains ou torchons mauvais.

MEUBLES ARRATOIRE. — Deux charettes et deux charriots, une charrue, deux cheveaux de selle.

MEUBLES DES SCELLIERS. — Une met en pierre, un pressoir en bois avec ses apparaux, trois petits tonneaux, huit cuves de charrois, quinze tierons et huit mauvaises barriques, et une chaudire eau-de-vie avec ses apparaux.

Tous les revenus sont rgies par lesdits prieur et religieux pour les objets sittus s paroisses de Gimeux et Merpins, et consistent : dans un clos attenant la maison, qui contient environ dix huit journeaux en terre, prs et bois aquatiques, lequel clos renferm de fosss produit annuellement quatre cent livres de revenu. Plus une pice de vigne appelle la vigne du prieur, dont le revenu anne commune est de la somme de soixante douze livres. Plus une petitte dixme en la paroisse de Gimeux et commune avec le cur, de valeur aussi anne commune de trente six livres. Plus une pice de pr en la mme paroisse, afferme dernirement cent cinquante livres. Plus un fief ou complant en laditte paroisse appel Le Grand Ormeaux au neuf un des fruits requrable sur le lieu, dont le produit annuel, avec un autre fief en la paroisse de Merpins appelle Le Peu de sang, est de six cent livres. Plus un autre fief ou comptant en ta paroisse de Salles, afferm avec le boisselage du mme lieu au nomm Elie Cherpentier, moyennant la somme de trois cent livres. Plus un autre agrier ou complant consistant en deux fiefs dtachs, sittus en la paroisse de Gent, afferms au nomm Charrier pour deux cent livres par an. Plus un autre petit fief ou complant en la paroisse d’Angeac, afferm au nomm Bergeon moyennant dix livres par an. Plus en la paroisse de Saint-Martin un autre petit fief appell le dix huit un, afferm au sieur Saunier moyennant trente six livres par an. Plus le droit de boisselage sur certains mats de terre sittus en l’enclave de Salignac, afferms au sieur Robin le jeune et Benoit pour quatre vingt seize livres par an. Plus 110 boisseaux de bled froment, 13 boisseaux avoinne, 95 livres argent, chapons et gelines, le tout de cens nobles rpandues en diffrentes paroisses, de valeur anne commune de la somme de cinq cent vingt livres. Plus 110 livres de rente due par les habitans de Merpins, pour tenir lieu l’abbaye du pacage pendant toutte l’anne dans la prairie de l’isle Marteau de quatre bœufs et une vache. Le revenu de laditte abbaye monte deux mille cinq cent vingt livres. Il est tabli par des baillettes, dnombrements, papiers censifs et autres titres, qui sont au trsor de laditte abbaye, les prieurs et religieux dclarant n’en avoir soustraits aucuns.

CHARGES.— L’entretien des bastiments de l’glise, des murs de clture et ornemens l’usage du service divin, cote annuellement quatre cent livres. Le luminaire et autres dpenses du culte cote cent livres. La manse conventuelle est taxe quatre vingt douze livres de dcimes. Total des charges : cinq cent quatre vingt douze livres. Ce qui reste de revenu suffit peinne pour la nourriture du vestiaire des religieux, l’aumne journalire et la nourriture et salaires des domestiques.

Les revenus s’lvent deux mille cinq cent vingt livres, et les charges cinq cent quatre vingt douze livres. Reste net dix neuf cent vingt-huit livres. Certifi la prsente dclaration sincre et vritable. Sign : Thomas, prieur de La Frenade, P. Gein et Patrouillot.

De plus il y a dans la salle d’yver un grand miroir, un buffet et une tapisserie ancienne tombant en lembaux, et dans ma chambre une autre pareille avec feu dans l’une et l’autre ; dans la salle d’t un sauffa garny en panne rouge avec un coffre ; deux cabinets, un dans la chambre de dom Gein et l’autre dans celle des domestiques, asses vieux, ensuitte deux commodes touttes neuves sans garnitures et sans verni, dont une dans ma chambre et l’autre clans celle de dom Patouillot, une paire de bœufs que nous vendons tous les ans au mois de janvier faute de fourrages, une douzaine de service d’argent dont j’en ai donn la moiti au don patriotique, une paire de burettes d’argent et leur plat.

Certifi la prsente dclaration sincre et vritable. Sign : Thomas, prieur de La Frenade. Je certifie en outre que copie de la prsente dclaration sera affiche dimanche prochain la porte de l’glise paroissialle de Merpins. Sign : Thomas, prieur de La Frenade.

Je soussign, Elie-Joseph-Alexandre Pelluchon-Destouches, avocat en parlement, fond d’un pouvoir spcial de M. l’abb Maury, abb comendataire de l’abbaye de La Frenade, diocse de Saintes, l’effet de dclarer en son nom la municipalit ou au sige royal de la ville de Cognac tous les biens, agriers, champarts, dixmes, rentes en bled, argent, chapons et gnrallement tous les revenus dont il jouit en qualit d’abb commandataire de ladite abbaye de La Frenade, audit nom, et conformment aux lettres-patentes du 18 novembre dernier, sur le dcret de l’assemble nationalle du 13 du mme mois, dclare que les revenus de laditte abbaye concistent :

 1 en dixmes et agriers dans les paroisses de Merpins et de Prignac, affermes ensemble la somme de 2400 livres ;
 2 en un droit de boisselage Moriac, paroisse de Salles, afferm 126 livres ;
 3 en dixmes et rentes dans la paroisse de Saint-Laurent, afferme 200 livres ;
 4 en cens et rentes dans la paroisse de Courcoury, afferm 170 livres ;
 5 en des rentes et agriers dpendant de la chapelle de Sainte-Catherinne en Baulieu, size prs Saint-Jean-d’Angly, dans les paroisses de Sainte-Gnes et Simphorien, du produit de 260 livres par acte de ferme ;
 6 en un pr dit du Pible, afferm 60 livres ;
 7 en quatre vingt livres peu prs de rente tant en argent que chapons, gelines, vingt six boisseaux avoine, environ cent quinze de froment ; les fonds sur lesquels lesdittes rentes sont assises.sont sittus dans les paroisses de Prignac, Merpins et Louzac, et lesdits objets n’tant point afferms, la valeur s’en trouve dpendante des variations qui surviennent dans le prix des denres.

Dclare de plus, audit nom, que la connoissance que j’ai des beaux ferme des objets rgies du censif que j’ai scrupuleusement vrifi ne me laissent aucun doute sur la sincrit de l’affirmation que je fais entre les mains de la municipalit que les objets ci-dessus dtailles et nonces forment la totallit des revenus dont ledit constituant jouit en qualit d’abb commendataire de La Frenade ; je promets en outre, audit nom, de faire afficher la prsente dclaration aux portes des glises paroissiales o chacun desdits revenus se trouvent sittus ; comme aussi je dclare que ledit abb Mauri, constituant, acquitte touttes les charges dont lesdits bnfices se trouvent tre grevs, ainsi que les impositions.

Fait Cognac, le vingt quatre, fvrier 1790. Sign : Pelluchon-Destouches,- fond de pouvoir ad hoc de l’abb Maury, et qui se trouve annex la prsente dclaration pour sa validit [2].


[1Le nom de ce dernier est crit Patrouillaud dans son acte de dcs. Il tait n Dle en Franche-Comt, et mourut l’hospice de Cognac, le 30 floral an XIII, g de 59 ans ;

[2Cette pice qui se trouve, comme je l’ai dit, la bibliothque de Cognac, fait partie d’un cahier auquel est annexe une attestation signe d’Etienne Augier, dput du bailliage d’Angoulme, en date Paris du 9 mars 1790, portant qu’il a dpos au comit ecclsiastique de l’assemble nationale vingt neuf dclarations de curs ou bnficiaires ecclsiastiques qui lui ont t adresses par Boutelaud, maire de Cognac. Ces dclarations sont copies sur le cahier dont je viens de parler.

Messages

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.