Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Chronologie de l’histoire locale > La Rvolution et l’Empire > 1789 - 1799 - La Rvolution Franaise > 1789 - 1792 Des tats gnraux la Rpublique > 1792 - L’migration du clerg de Charente-Infrieure en Espagne

1792 - L’migration du clerg de Charente-Infrieure en Espagne

mercredi 18 février 2009, par Pierre, 1328 visites.

Le clerg des diocses de Saintes et La Rochelle dont les prtres rfractaires au serment sur la Constitution sont perscuts, se tourne vers l’Espagne, plus proche gographiquement, et o l’vque de la Rochelle a des liens de parent avec la famille royale.

Source : Documents indits relatifs aux affaires religieuses de la France 1790 1800 : extraits des archives secrtes du Vatican - Augustin Theiner – Paris – 1858 – Google Books

Contexte historique
 12 juillet 1790 vote de la Constitution civile du clerg
 4 janvier 1791 les ecclsiastiques membres de la Constituante doivent prter le serment civique en sance publique, la majorit d’entre eux refusent
 29 novembre 1791 dcret sur les ecclsiastiques rfractaires au serment civique. Ils sont privs de tout traitement, rputs suspects de rvolte . Ils pourront tre loigns de leur domicile, et s’ils rsistent, emprisonns. A partir de cette date, une partie significative (mais pas la majorit) du clerg migre dans les pays voisins.
 10 aot 1792 : le roi est dpos et l’Assemble lgislative se dissout pour former une assemble constituante, la Convention nationale.
 2 septembre 1792 : tuerie au couvent des Carmes Paris - Mort des deux frres La Rochefoucauld, dont Pierre-Louis, vque de Saintes.

Le clerg des diocses de Saintes et La Rochelle se tourne vers l’Espagne, plus proche gographiquement, et o l’vque de la Rochelle a des liens de parent avec la famille royale.

27/04/1792 - L’vque de la Rochelle S. E. Mgr Hippolyte Valenti, Archevque de Corinthe, Nonce Apostolique en Espagne.

Nonciature d’Espagne, vol. 338.

Pampelune, 27 avril 1792.

Monseigneur,

J’ai reu avec une vive reconnaissance la rponse que vous avez bien voulu me faire, elles deux brefs qui taient joints la lettre le Votre Excellence. Dans l’un, le Souverain Pontife satisfait la majeure partie des demandes que je formais dans ma supplique Sa Saintet ; dans le second, il ajouterait, s’il tait possible, la vnration, l’attachement et au tendre respect que lui ont vous les vques et le clerg catholique de France par les expressions si touchantes de son cœur paternel. Je n’ai pu le lire sans verser des larmes, et en faisant les mmes vœux que le pre commun pour la cessation des maux de l’glise dans notre malheureuse patrie, et le rtablissement de l’autorit royale, si horriblement mconnue par une philosophie aussi audacieuse qu’impie.

Je me suis adress aux vques catholiques actuellement Paris pour donner mon adhsion ce bref et le faire distribuer dans mon diocse, o j’espre qu’il ramnera quelques intrus. Ma ville piscopale est assez tranquille, et il y existe une glise catholique trs-nombreuse, digne des premiers sicles par sa ferveur, sa pit et sa courageuse fermet au milieu de la perscution la plus affreuse. Les campagnes sont presque partout prives de pasteurs catholiques, et les fidles sont dans la dsolation ; car, grce Dieu, le trs-grand nombre repousse avec horreur le schisme et les intrus.

Les derniers dcrets qui interdisent tout costume ecclsiastique et rgulier ont jet la consternation dans le clerg fidle, et surtout dans les communauts de religieuses. La perscution en a dj chass plusieurs de leurs saints asiles. Le diocse de Pampelune, raison de sa situation prs des frontires, voit arriver chaque jour des ecclsiastiques et mme des religieuses.

Mgr l’vque, dont la pit, la vertu et la gnreuse charit pour les confesseurs de la loi ne peuvent mriter trop d’loges, s’puise pour procurer tous les secours ncessaires. Il serait bien dsirer qu’il ne supportt pas seul un poids pour lequel ses revenus sont bien plus insuffisants que son cœur. Il crit S. . Mgr le cardinal de Tolde, pour voir s’il ne serait pas possible d’tablir un concert et une harmonie dans l’piscopat et le clerg d’Espagne afin de subvenir aux ncessits actuelles du clerg franais, si horriblement perscut. J’ose esprer que Votre Excellence pardonnera ces dtails la confiance qu’elle m’a inspire par la lettre obligeante dont elle m’a honor. Je la supplie d’tre persuade qu’on ne peut rien ajouter au respect avec lequel j’ai l’honneur d’tre,
Monseigneur,

De Votre Excellence

Le trs-humble et trs-obissant serviteur,

JEAN-CHARLES DE COUCY, vque de la Rochelle.

14/10/1792 - Le clerg de Saintes, en France, S. E. Mgr le Nonce Apostolique en Espagne. Nonciature d’Espagne

, TOI. 338.

Bilbao, 14 octobre 1792.

Monseigneur,

Ne pouvant plus nous permettre aucun doute sur la perte cruelle que nous venons de faire par le martyre de notre vque, nous osons recourir vous dans la douleur qui nous accable. Et quel autre refuge pourrions-nous chercher, instruits des sentiments que vous aviez pour notre illustre prlat, de votre bienveillance pour son diocse et de votre zle pour la religion ? Les circonstances trop funestes o nous sommes nous feraient donc dsirer que le Souverain Pontife nous donnt, comme d’autres diocses frapps du mme malheur, un commissaire apostolique pour gouverner le ntre, jusqu’ ce que la Providence nous ait donn un premier pasteur, ou que le chapitre de Saintes ait recouvr l’exercice de ses droits. S’il plaisait Votre Grandeur de proposer au Saint-Sige la personne qu’elle jugerait la plus capable, votre choix serait le ntre. Daignez, Monseigneur, vous rendre notre mdiateur ; ce sera pour nous une consolation qui adoucira les rigueurs de notre sort, en nous assurant un protecteur aussi digne de notre confiance. Puissions-nous vous convaincre de toute notre reconnaissance comme du
respect avec lequel nous sommes,

De Votre Grandeur,

Monseigneur,

Les trs-humbles et trs-obissants serviteurs,

Les chanoines, curs, vicaires et prtres de la ville et diocse de Saintes :
TAILLET, vicaire gnral. — JEAN MARCHUL, chanoine de Saintes. — DUDON, chanoine de Saintes. — COLLET, prtre de la Mission (maison de Saintes). — FERRET, cur de Saint-Martin de Pons. — BLANCHON, cur de Saint-Vincent de Raux. — PELLETZEAU, cur de Coyvert, prs Saint-Jean d’Angely. — AUGIER, cur de Vanzac. — HUBROUSSE BEAUREGARD, prtre-cur de Champagnolle. — DELON, prieur-cur de Saint-Pierre de Royan. — DURAND, prieur-cur de Rouffiac. — ROCHON, prieur-cur de Sablanceau. — TERRIEN, cur de Saint-Germain de Lusignac. — BAUDRY, vicaire de Clams. — COUTELIN, professeur de rhtorique. — BOUCHERIE DE LAMOTHE, chanoine rgulier de l’ordre de Saint-Augustin, de la congrgation de Chancelade.— BEAU, prieur-cur du Chay. — GIRARD, prtre du diocse de Saintes. — FAVRAUD, prieur de Saint-Savin de Taillebourg. — SABOUROUD, sous-principal du collge de Saintes.— BAUDRY, prtre du diocse de Saintes.— BONNEROT, cur de Saint-Maur, ville de Saintes. — REVEILLAUD, ancien cur de Grave. — BERRAND, cur d’Arthenac. — BOUSAUNNEGESLIES, cur de Vaux et Saint-Pallais. — SEGOUS, cur de Saint-George de Didonne. — MONJOU, cur de Moulon. — MONJOU, cur de Boisbreteau. — MAYBOR , cur de Meursac. — TEXIER, cur d’chebreu. — MOQUAY, cur de Corme-Royal. — BERRY, desservant de Saint-Sever. — POIRIER, cur d’Yviers.— ETOURNEAUX, cur de Saint- Martin de Poulignac. — DE SAINT-LEGIER , chanoine. — VENTIYOL , prtre. — DESVERGNES , prieur-cur de Saint-Pierre de Bois. — DE SAINT-PIERRE, du diocse de Saintes, vicaire gnral de celui de Valence. — ARNAULD, prieur-cur de Pessire - PICT, vicaire de Montandre. — SCAVY, prieur-cur de Liolattesse. — BOISSON, vicaire d’Orignolle.— MIERVYHAC, prieur- cur de Charaux et de Saint-Vivien. — HOSPITEL LHOMANDIE, cur de Clams. — GUILLEMETEAU, vicaire de Gmozac. —GUILLEMETEAU, vicaire de Rioux. — PICHARD, chanoine rgulier de Sablonceaux. — PETIT, chanoine rgulier de Sablonceaux. — BIGOT, chanoine rgulier de l’abbaye d’Aubrac. — KEPLER , cur de Chenac. — DE MANES, cur de Bonneuil. — LHOMANDIE, cur de Brisambourg. — CHASTEAUNEUF, cur de Saint-Quentin. — DURET, cur de Coudeou. — NADAUD, vicaire de Saint-Martin de Pons. — ROLLET, prtre-secrtaire du diocse de Saintes.

02/11/1792 - Jean-Charles de Coucy, vque de la Rochelle crit au Nonce Apostolique en Espagne

Un vque de France, dans ma position, qui a l’honneur d’tre alli la maison de Bourbon, et par l mme au roi et la reine d’Espagne, pourrait peut-tre implorer la protection, l’intrt et les bienfaits de ces augustes souverains ; mais je mettrai ma gloire recevoir ceux de l’glise, pour les intrts de laquelle j’ai tout sacrifi, par les mains du vnrable primat des glises d’Espagne, et par celles du digne prlat qui reprsente dans ces royaumes le pre commun de toute la chrtient.

(Jean-Charles de COUCY, vque de La Rochelle, au Nonce Apostolique en Espagne, le 02/11/1792 – crit de Bilbao)


Voir en ligne : Deux victimes des Septembriseurs : Pierre-Louis de La Rochefoucauld, dernier vque de Saintes et son frre, vque de Beauvais - Louis Audiat - 1897 - Texte intgral

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.