Plan du site : détaillé / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Livre d'or
Archives
Contact
 

Le phare de Cordouan veilleur de l’estuaire

vendredi 6 avril 2018

+ Toutes les brèves

Un numéro hors série de la revue "Arcades" - En savoir plus...

Le mot "Cordouan" saisi dans le moteur de recherche interne (en colonne de droite) est à découvrir dans plus de quarante pages de ce site. Soyez curieux...

Cordouan veilleur de l’estuaire

Planté en majesté à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde, le phare de Cordouan a récemment été reconnu comme « chef-d’œuvre du génie créateur humain ». Une étape essentielle dans la démarche entamée pour figurer sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Exceptionnel, le Phare de Cordouan l’est assurément, et à plus d’un titre.

C’est tout à la fois le plus ancien phare de France implanté en mer encore en activité et le premier phare classé au titre des monuments historiques en 1862. C’est aussi le dernier phare français où se relaient des gardiens qui assurent son entretien et l’accueil du public. Plusieurs fois remanié depuis sa construction initiale, de 1584 à 1611, tant dans son architecture que dans son fonctionnement, le phare de Cordouan a vu son système d’éclairage être constamment perfectionné. Par exemple, Cordouan sera en 1823 le premier phare équipé d’un appareil lenticulaire à feux tournants inventé par Augustin Fresnel. Cet édifice aux indéniables qualités architecturales bénéficie encore aujourd’hui d’une importante campagne de travaux de restauration financés par l’État et la Région visant à préserver ce monument emblématique dont le rôle reste essentiel dans le balisage de l’estuaire.

Aujourd’hui, le phare de Cordouan continue de sécuriser la navigation entre Bordeaux et l’Atlantique. En quatre cents ans, il aura vu passer toutes sortes de navires : gabarres et goélettes, pétroliers et cargos, cuirassés et paquebots. Une présence d’autant plus nécessaire que la navigation sur l’estuaire est longtemps restée périlleuse, comme l’attestent les nombreux naufrages dans ses eaux agitées, avec ses bancs de sable et ses hauts-fonds toujours changeants. Car l’estuaire de la Gironde, le plus vaste d’Europe, constitue un système hydrologique particulièrement vaste complexe, un lieu d’échanges entre mer et rivières qui le modifie sans cesse. Ce milieu naturel encore très sauvage forme un biotope d’une incroyable richesse avec la présence de poissons migrateurs comme l’esturgeon ; les marais en bordure de l’estuaire abritant une avifaune exceptionnelle. Ce paysage modelé tant par l’action de la nature que par l’activité humaine reste en constante évolution. Un territoire de vignes et de marais, avec côté rive gauche les vignobles réputés du Médoc et de nombreuses stations balnéaires sur sa rive droite. Monument inspiré et exemplaire du génie humain, le phare de Cordouan imprègne enfin tout un imaginaire dont les artistes se sont emparés.

Ce sont toutes ces histoires que « Cordouan, le gardien de l’estuaire » se propose de faire découvrir.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document


Rechercher dans le site :

Focus sur un article

Les plus lus

1.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

2.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  Archives du forum

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  Histoire de la Saintonge et de l’Aunis par Daniel Massiou - Chronologie - 13ème siècle

2.  1658 - Etienne et Jean Gellineau, ancêtres saintongeais des familles Bellemare, Gélinas et Lacourse de la Nouvelle-France

3.  1912 - Société Archéologique et Historique de la Charente - Bulletins et mémoires - Série 8 Tome III

4.  1899 - 1900 - 1901 - Commission des Arts et Monuments de Charente-Inférieure - Recueil - Tome XV

5.  Histoire de la santonique, l’absinthe de Saintonge


Les plus populaires

1.  1793 - Loi relative à l’entretien des marais desséchés, dans les départements de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Charente-Inférieure.

2.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

3.  1019 - 1887 - Annales de la ville de La Rochefoucauld (Charente)

4.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

5.  1723 - Le prieuré de Lanville à Marcillac-Lanville (Charente)


Dernières mises à jour

1.  Le dessèchement du marais de la Petite Flandre en Saintonge

2.  1665 - Bail de terres et marais de l’Aumônerie de Marans (17)

3.  1790 - Décret de l’Assemblée Nationale sur le dessèchement des marais

4.  1793 - Loi relative à l’entretien des marais desséchés, dans les départements de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Charente-Inférieure.

5.  1641 - Louis XIII confirme le monopole des compagnies de dessèchement