Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Légendes et traditions -> Histoire mythique et légendaire -> 843 - 911 - Tote l’Histoire : Les Normands en Aquitaine - Histoire légenda

843 - 911 - Tote l’Histoire : Les Normands en Aquitaine - Histoire légendaire

D 11 avril 2008     H 02:20     A Pierre     C 4 messages A 4274 LECTURES


agrandir

Les Normands sillonnent l’Aquitaine. C’est la panique dans les paroisses. Sauve qui peut les "trésors" et les reliques d’abord.

Un document dans un français très ancien, d’un auteur inconnu, et dont la valeur historique est contestée.

Source : Essai sur les invasions maritimes des Normands dans les Gaules - B. Capefigue - Paris - 1823 - Books Google

A propos de ce document, de son auteur et de sa valeur historique, quelques liens utiles :
- Voir : Jacques Duguet - L’origine de deux "Chroniques" du XIIIe siècle.
- Voir : Une chronique saintongeaise du XIIIe siècle - Bulletin des AHSA - T. XVIII - année 1898.
- Voir : D. Etienne Darley O.S.B. - Fragments d’anciennes chroniques d’Aquitaine d’après des manuscrits du XIIIe siècle - Bulletin des AHSA - T. XXVII - année 1907.

Tote l’istoire de France et le Turpin saintongeais

TABLEAU des invasions des Normands dans la partie méridionale des Gaules. [Ms. du Roî, n.° 10307 — 5. ]

LE manuscrit dont je vais offrir un fragment, présente un tableau des irruptions des Normands dans la plus grande partie de la France, et particulièrement dans l’Aquitaine. Quoique écrit dans le XIIe siècle, il parait avoir été copié sur un manuscrit plus ancien ; c’est du moins ce qu’indiquent plusieurs passages qui sont empreints des vives impressions d’un auteur contemporain. J’ai cru qu’il devait prendre place à la fin de mon travail, et comme le terminant naturellement. J’ai mis une traduction au-dessous du texte ; car le langage que le chroniqueur emploie, s’éloignant, par une foule d’irrégularités, des idiomes du temps, est quelquefois difficile à entendre. J’ai de plus accompagné cette traduction de quelques notes explicatives et topographiques.

TEXTE TRADUCTION
Per la paour deus Normans fu reboz en liglise de Nantes li tresorz au pie de l’outâ.

En liglise Saint Florens de Soumur, qui e abaia reiaus, fu seveliz li tresorz di liglise josta les sains martirs qui ièsent en sepulcra.

De liglise dAngiers fu seveliz li tresorz a iouta Saint Aubin.

En liglise Saint Mor fu seveliz li tresorz josta loutâ Saint Mor.

Li tresorz Saint Julian deu Mans di liglise et de la vila fu seveliz josta louta Saint Julian.

Li tresorz Saint Martin de Torz et li tresorz de la vila fu seveliz davant loutâ Saint Briz ; mes li Normans n’ogrent poer de ferra mal en Iiglise Saint Martin.

A Saint Beneit dOIeitra fu seveliz li tresorz di Iiglise après loutâ Saint Beneit.
E cil de Sancta Croiz dOrliens trâ loutâ Sancta Croîz.

E tuit li tresorz de France dans yglises furent porte a Madama Sancta Marie a Paris et furent seveli après loutâ Nostra Dama e cil qui fit icest liura savent certenament que in Iiglise Saint Esteure de Paris estet lacopa dau chep Saint Denis e dau cheveus Nostra Dama tra loutâ Saint Esteure en la cour en gau Io peiz dun homa. Eisi e li Normans vindrent per France e per Aguiaine vindrênt li Ongre en Bourgognie et destruissirent Iabaîa de Sauvignie que Girarz de Rossillôn funda e sevelirênt Io tresorz entre le chapitre et Io peitrin. Per paor daus Normans et daus Ongres fu seveliz toz li tresorz de la terre on vergiers.

A Beorges furent seveli tuit lit tresorz de la terra e di Iiglise près dou meitra autâ de vers la cloitra.

A Saint-Hylaira a Pestiers de furêt seveli tuît li trésorz daus yglises qui estoent environ Pestiers zosta lo corz Saint Hilaira e a Saint Hilaira ni a Sainte Rainegunt ne purent anc mau faira.

En la chapela de Toarz fut portez li tresorz de Grand Lieue e icel de Saint-Micheu de Terz e icel de Bucon et furent mis e qui or li prêtres cet ses piez quant il chant et la messa.

De tota la province Saint Maissent furent seveli le tresorz a loutâ Leggier, e cil qui vogrent metra fuec en labaia esconpindrent tuit de fuec d’enfer.

A Sainta Maria deus Portes de …. sevelirent tresorz et les ornamens di Iiglise a lautâ Saint-Vincent.

A Saint Seurin zosta Augerec fu seveliz li tresorz di Iiglise soz loutâ Saint Seurin et riches reliques de Saint Seurin.

A liglise Saint Joan d’Augerec fu seveliz toz li tresorz entra Iouta Saint-Joan et le Saint-Luc.

A Chastel Alion seveliz toz li tresorz de iglise de la province en la chapela deu chasteu soz loutâ.

A Muron fu enterriez au mielo di Iiglise le corz Mabile e maintes autres vertus.

An Oleiron fu seveliz toz li tresorz d’OIeiron a Sancta Maria en l’ila.

En liglise Sancta-Maria d’Arvert qui closa daigua d’environ e en lane deu mostiers li corz Saint Simphorian e maintes autres vertus e onc li Normans mau ni pogrent faira.

En liglise de Sancta-Sore fu seveliz toz li tresorz di Iiglise tra loutâ.

En liglise de Talemunt qui e près de Gironde fu seveliz li braz Sancta-Reigunt e li aneus e maintes autres vertus devant l’outa e qui or li prestre tent sez piez quant il çhantet la messa.

An liglise de Saintes fit des grand miracla, quar onc Normans ne se vît en liglise ni on cimetire, ne puec mau faire, e li tresorz de liglise fu seveliz on chapitre près di liglise.

En liglise Saint-Solonia midrent so corz most perfont e onc Normans ni puee mau faira.

En liglise Saint Bibian émisèrent Io tresorz en un poiz qui estet on sepolchra Saint Bebian.

En liglise Saint Agnen qui fu evesque d’Orliens, qui sainz li anz seveliz oses dos archidiacre no porent onc mau faire li Normant. Emerveilla se most li reis de
Noiroes co auncu deu miracles que veet fust volontie chrestian qui fust qui l’en amonestast, mes tuit eriant fui a Engolesma,

An liglise Saint Martin dAubrac ne pure onc entrer Normans e Ii corz giez on milieu di liglise.

Soz loutâ Saint Sever fu seveli li trésor de Iiglise.

A labaia Saint Jabunt fu portez li cheps Saint Jabunt e li Saint Remis ; li bras Saint Maclou au chasteu de Merpis qui sora Charante.

En liglise Saint Martin de Sougio fut rebos li tresorz en un poiz qui e en lane dau moustier, e un cors saint martir ci giest Saint Martin e Saint Arlodis.

En liglise de Tetnez fu seveli li tresorz au degre de loutâ o Saint Leonz giest.

En liglise de Saint Martin de Mouretagnie fu seveli li tresorz daus yglises qui appartenaient a Saint Esteure en lane dau mostier.

A Saint Dizez fu seveliz li tresorz deu mostier e mez saint abes en lane dau moustier.

En Giles giezent dui corz saintz, dont Saint Palaiz fu porte a Xainctes, e qui fu seveliz Giles, li prince deus Romains, e est en la mea dEnguoIma et de Xainctes.

An liglise près de cela di Giles giesent dui cors saint.

An liglise dau Gué giest tra loutâ unz corz saint, e li a most de Saint Lorenz.

En liglise Saint Po de Botanila fu seveliz li tresorz di Iiglise enmi le cuere meimes Saint Poz li Ermite.

En liglise de Mournac près de Pont fu seveli li tresorz di Iiglise soz Iouta e mainta seuaira.

An liglise Saint Pere dEnguoIesma fuerent porte tuit li tresorz di Iiglise e de la terra, e furent mis tra loutâ Saint Pere, e luna grand partta rumina e » loutâ Saint Saveor.

Toz liz tresorz de Limozin fu mis tra louta Saint Esteure de Limoges, forz de Saint Marcau de ses yglises, qui fu mis zosta sa sebostura, e onc Norman ni pogieat mau faira.

Le corz Saint Léonart cuidarent portar a Torena e ne pogrent, per co fu mis li tresorz zosta sa sebostura.

A Torena portalon la tresorz de Usercha e de Saint Savin e de Nantoil e de Borguoil quar Sains Savin hi avest una yglise.

De totes les yglises de Perregore, de Branthoma et de Saint Yre furent porte li tresorz.

Li tresorz de Sarlat fu mis tra loutâ devers la cloîtra.

Tra le corz Saint Fronz de Peireguers fu mis li tiesorz di Iiglise e de la province.

E arserant most li Normant sor Gironda d’iglises e destruissirent e ci de Iiglise Saint Romain l’en cuidarent porter et ne pugrent, mes le mesirent most perfont soz terra e le tresor de Iiglise.

A Saint Vincent a Montauban mesirent lo trésor e lo cor Saint Vincent soz loutâ.
De Saint Andres lo tresorz e lo corz Sancta Genovefâ portarent a Fronzac a lo trésor de Guitres e de Saint Melion, e dentre does marz, e meime cil de Bordeu se fuirent
a Fronzeac per paor deu Normans.

En Iiglise Saint Seurin de Bordeu toz Io tresorz e li corz saints furent seveli qui or li corz sainz giest, mas quant Io corz Saint Amant e les chirpa qui ne puerent remuer.

Dans la crainte des Normands, le trésor [1] de l’église de Nantes fut déposé au pied de l’autel.

Dans l’église de Saint-Florent de Saumur [2], qui est abbaye royale, fut enseveli le trésor de l’église, à côté des saints martyrs qui reposent dans leur sépulcre.

Le trésor de l’église d’Angers fut enseveli à l’autel de Saint-Aubin,

Dans l’église de Saint-Maur le trésor fut enseveli près de l’autel Saint Maur.

Les trésors de Sajnt-Julien du Mans, de l’église et de la ville, furent ensevelis près l’autel de Saint Julien.

Le trésor de Saint-Martin de Tours et les trésors de la ville furent ensevelis devant l’autel de Saint Brice ; jamais les Nor¬mands ne purent faire du mal dans l’église Saint-Martin,

A Saint-Benoît d’Oleitra [3] fut enseveli le trésor de l’église près de I’autel de Saint Benoît.

Et celui de Sainte-Croix d’Orléans, derrière l’autel de la Sainte-Croix.

Et tous les trésors de France [4] et des églises portés à Madame Sainte-Marie à Paris, furent ensevelis près de l’autel de Notre-Dame ; et celui qui fît ce livre sait avec certitude que dans l’église de Saint-Étienne de Paris était la chasse qui contenait le chef de Saint-Denis, et des cheveux de Notre-Dame, derrière l’autel Saint-Etienne, dans la cour.. [5]. [NDLR : à la hauteur de la poitrine d’un homme Voir forum]. Et en même temps que les Normands vinrent en France et dans l’Aquitaine, les Hongrois vinrent en Bourgogne et détruisirent l’abbaye de Savigny, que fonda Girard de Roussillon, et l’on ensevelit les trésors entre le chapitre et la boulangerie. Dans la crainte des Normands et des Hongrois, tous les trésors de la terre [6] furent ensevelis dans les vergers.

A Bourges furent ensevelis tous les trésors de la terre et de l’église près du maître autel vers le cloître.

A Saint-Hilaire de Poitiers furent ensevelis tous les trésors des églises des environs de Poitiers près le corps de Saint Hilaire ; et ni à Saint-Hilaire, ni à Sainte-Radegonde, les Normands ne purent jamais faire de mal.

On porta à la chapelle de Thouars les trésors de Grand-Lieu et ceux de Saint-Michel de Thouars et ceux de Bucon, et ils furent placés là où le prêtre pose ses pieds lorsqu’il chante la messe.

Tous les trésors de la province Saint-Maixent furent ensevelis à l’autel de Saint Léger, et ceux qui voulurent mettre le feu à l’abbaye, furent consumés par le feu d’enfer.

A Sainte-Marie des Portes de … [7], on ensevelit les trésors et les ornemens à l’autel de Saint-Vincent.

A Saint-Severin près d’Angely fut enseveli le trésor de l’église sous l’autel de Saint Severin, ainsi que les riches reliques de Saint Severin,

Dans l’église de Saint-Jean-d’Angeïy tous les trésors furent ensevelis entre l’autel de S. Jean et celui de S. Luc.

A Châtel-Allion [8] tous les trésors de l’église et de la province furent ensevelis dans la chapelle du château, sous l’autel.

A Muron, le corps de Saint Mabile et maintes autres vertus [9] furent enterrés au milieu de l’église.

Les trésors de l’île d’OIéron furent ensevelis à Sainte-Marie, dans l’île.

Dans l’église Sainte-Marie d’Arvert [10], qui est environnée d’eau tout autour, il y a, dans l’enclave du monastère, le corps de Saint Symphorien et maintes autres vertus, et jamais les Normands ne purent y faire de mal.

En l’église de Sainte-Sore, tous les trésors de l’église furent ensevelis derrière l’autel.

Dans l’église de Talmont, qui est près de la Gironde, le bras de Sainte-Radegonde, les agnus et maintes autres vertus furent ensevelis devant l’autel, là où le prêtre tient ses pieds lorsqu’il dit la messe.

En l’église de Saintes, il s’opéra de grands miracles, car on ne vit pas les Normands faire du mal, soit dans l’église, soit dans le cimetière ; et le trésor fut enseveli dans le chapitre près de l’église.

Dans l’église de Saint.......[NDLR : Saloine voir forum] on mit son corps très profondément sous terre, et jamais Normand ne put mal faire.

Dans l’église de Saint-Vivien, on cacha tous les trésors dans un puits qui étoit au sépulcre de S. Vivien.

Dans l’église de Saint-Agnan qui fut évêque d’Orléans, où deux archidiacres osèrent ensevelir ce saint, les Normands ne purent pas faire de mal. On dit que le roi des Normands, émerveillé de quelques-uns des miracles qu’il vit, serait volontiers devenu chrétien, s’il y avait eu quelqu’un pour l’admonester ; mais tous avaient fui à Angoulême.

Dans l’église de Saint-Martin d’Aubrac, les Normands ne purent jamais entrer, et le corps du saint repose au milieu de l’église.

On ensevelît, sous l’autel de Saint - Sever, le trésor de l’église.

A l’abbaye de Saint-Jabunt, furent portés le chef de Saint Jabunt et celui de Saint Remi ; le bras de Sainr Maclou fut porté au château de Merptn, qui est sur la Charente.

Dans l’église de Saint-Martin de Sougy le trésor fut déposé dans un puits situé dans l’enclave du monastère, et le corps d’un saint martyr là où reposent S. Martin et S. Arlodis.
Dans l’église de Teinz [11], le trésor fut enseveli au degré de l’autel là où repose S. Léon.

En l’église de Saint-Martin de Mortagne [12], le trésor des églises qui appartiennent à S. Etienne fut enseveli dans l’enclave du monastère.

A Saint-Disiez, le trésor du monastère fut enseveli avec le saint abbé dans l’enclave du monastère.

A Gilles reposent deux corps saints, desquels Saint Palais fut porté à Saintes, et l’autre où fat enseveli Gilles, le prince des Romains ; et c’est entre Angoulême et Saintes.

Dans l’église près de celle de Gilles reposent deux corps saints.

Dans l’église du Gué, il y a un corps saint derrière l’autel, et il y a là plusieurs reliques de S. Laurent.

En l’église de Saint-Paul de BoutevilIe [13], le trésor de l’église fut enseveli, et parmi était le cœur même de S. Paul l’Hermite.

En l’église de Mornac près de Pons, le trésor de l’église fut enseveli sous l’autel, avec plusieurs suaires.

Dans l’église de Saint-Pierre d’Angoulême furent portés tous les trésors de l’église et de le terre, et furent mis derrière l’aurel Saint-Pierre, et une grande partie fut mise dans l’autel de Saint-Sauveur.

Tous les trésors du Limousin furent placés derrière l’autel de Saint-Etienne de Limoges, excepté celui de S. Martial et de ses églises, qui fut placé auprès de sa sépulture, et jamais Normands ne purent y faire du mal.

On voulut porter à Turenne le corps de S. Léonard, mais on ne le put ; c’est pour cela qu’on mit le trésor près de sa sépulture.

A Turenne, on porta les trésors d’Userche, de Saint-Savin, de Nanteuil et de Bourgueil, car S. Savin y avait une église. - On y porta aussi [14] les trésors de toutes les églises du Périgord, de Brantôme et de Saint-Yrieix.

Le trésor de Sarlat fut placé derrière l’autel, vers le cloître.

Derrière le corps de S. Front de Périgueux, fut mis le trésor de l’église et de la province.

Les Normands brûlèrent plusieurs églises sur la Gironde et les détruisirent. On s’efforça d’enlever le corps de S. Romain, mais on ne put y réussir ; alors on l’enterra profondément, ainsi que le trésor de l’église.

A Saint-Vincent de Montauban, on mit le trésor et le corps de S. Vincent sous l’autel.

Le trésor de S. André et le corps de Ste Geneviève furent portés à Fronzac, ainsi que les trésors de Guitres, Saint-Émilion, et du pays entre deux mers [15], et même ceux de Bordeaux s’enfuirent à Fronzac, dans la crainte des Normands.

En l’église Saint-Séverin de Bordeaux, tous les trésors et les corps saints furent ensevelis là où les corps saints reposent ; mais quant au corps de S. Amant et aux ornemens, on ne put les remuer.

Nous avons donné presque en entier ce monument curieux, parce qu’il offre une espèce d’itinéraire des courses des Normands dans la France méridionale, et qu’il justifie ce que nous avons dit dans notre texte, de la terreur que ces barbares avaient inspirée dans les contrées qu’ils traversaient.


[1Il ne faut pu donner à l’expression trésor le sens limité qu’elle a dans le langage ordinaire ; elle comprend Ici les reliques et les objets précieux du monastère.

[2L’abbaye de Salnt-Florent-lès-Saumur, qui avait d’abord été fondée par ce Saint sur le mont de Glonne, ayant été détruite par les Normands en 847, Thi¬bault le Trichard la rétablit en 950 dans le château de Saumur ; et en 1118. Foulque V, comte d’Anjou, la transféra à un quart de lieue de cette ville, où elle subsistait dans ces derniers temps.

[3Il ne peut être question là que de l’abbaye de Fleury, autrement dite de Saint-Benoît-sur-Loire.

[4C’est-à-dire de l’Ile de France.

[5J’ai consulté plusieurs philologues sur la signification de ces expressions, en
gau le peiz dun homa
, et aucun d’eux n’a pu me l’expliquer. J’ai mieux aimé laisser
un blanc dans ma traduction, que de hasarder celle que le sens semble cependant indiquer.

[6Cest-à-dire, des environs.

[7Il est à croire, d’après l’itinéraire que suit le chroniqueur, qu’il veut parler du petit monastère désigné dans les cartes de l’époque sous le titre de cella Béata Maria, dans le Poitou.

[8C’est Castellum Allionis, ville maritime dans la Saintonge.

[9Reliques.

[10Monastère de l’ordre de Saint-Benoît, connu sous le nom de Terrracine, à quatre lieues de Sarlat, sur les confins du Poitou ( Gallia christiana , col. 1352, tom. Il).

[11Peut-être est-ce Tains en Saintonge.

[12Saint-Étienne de Mortagne, dans la Saintonge.

[13Sancti-Pauli coenebium, sub oppido Bottonevilla, in diocesi Engolismae

[14Ce passage serait évidemment incomplet, si on ne le faisait pas rapporter au passage précédent ; cette Interprétation est d’autant plus naturelle, que Turenne était une place forte, dans laquelle il est à présumer qu’on dut renfermer les objets précieux des contrées environnantes.

[15Pays situé entre la Dordogne et la Garonne, qui porte ce nom.

Vos commentaires

  • Le 4 avril 2010 à 19:02, par Nicaise Bernard En réponse à : 1260 (c) - Tote l’Histoire : Les Normands en Aquitaine - Histoire légendaire

    Merci de vous être donné la peine de communiquer une partie des textes de "tote l’istoire de France", sur l’irruption des normands sur notre territoire. Et la traduction en bon français contemporain est un complément précieux ! Mais, est-il possible d’en obtenir la totalité (vous avez souligné vous même que ces incursions et les relations qui en sont faites par Bourdillon étaient plus nombreuses...)
    Je suis passionné d’histoire et joignable sur le web :
    bernard.nicaise@neuf.fr

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2008 à 10:22, par duguet En réponse à : 850 (c) - Les Normands en Aquitaine - Panique dans les paroisses

    "en gau le peiz dun homa" signifie "à la hauteur de la poitrine d’un homme".
    Ce texte est un extrait de "Tote listoire de France", une chronique bien connue qui a été publiée en 1897, à Londres, par F. W. Bourdillon.

    • Le 11 avril 2008 à 10:39, par Pierre En réponse à : 850 (c) - Les Normands en Aquitaine - Panique dans les paroisses

      Merci, Monsieur Duguet, pour cette précision.

      Auriez-vous également un commentaire à faire sur la langue de cette chronique, et sur sa datation ?

      B. Capefigue, auteur du livre de 1838 où j’ai trouvé ce texte, dit qu’il s’agit d’une transcription du 12ème siècle d’un document plus ancien.

      Y a-t-il des indices qui permettraient de faire des hypothèses sur la date de rédaction primitive ?

      Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2008 à 09:02, par Christian En réponse à : 850 (c) - Les normands en Aquitaine - Panique dans les paroisses

    Saint-Solonia : d’après le contexte, probablement Saint-Saloine, à Saintes

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 799-911 Les invasions normandes - 9e siècle - 10e siècle - Légendes et traditions - Province Aquitaine -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

4.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  La Rochelle : maires, bourgeois, pairs et échevins - désignation, honneurs, pouvoirs

2.  1912 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

3.  1568 – 1629 - Histoire du Grand Temple de la Rochelle

4.  1569 - Le siège et la prise de Saint-Jean-d’Angély par le duc d’Anjou

5.  Sociétés savantes de Charente et Charente-Maritime - Histoire et publications


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  1494 - 1808 - Archives de l’Hôpital Saint-Louis de Saint-Jean d’Angély

3.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  1120 - Cartulaire de l’église d’Angoulême - Terre de Bouchereau à Macqueville (17)

5.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux