Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Légendes et traditions -> Histoire mythique et légendaire -> 843 - 911 - Chronicon Francorum - Histoire légendaire des invasions normandes +

843 - 911 - Chronicon Francorum - Histoire légendaire des invasions normandes + carte satellite

D 29 décembre 2010     H 20:46     A Pierre     C 0 messages A 3698 LECTURES


agrandir

Les invasions des Normands en France (843 à 911) racontées par un chroniqueur anonyme qui écrit du XIIIe au XIVe, dans une version proche de celle appelée "Tote l’histoire" (voir ce document). De nombreux lieux de Saintonge, Aunis, Angoumois et Poitou sont mentionnés.

Un document intéressant pour sa langue et pour ses éléments d’hagiographie, mais qui laisse sceptiques les historiens. Les localisations suggérées par le traducteur ne semblent pas toujours très assurées.

Source : Chronicon Francorum, extrait d’un manuscrit de la bibliothèque Impériale - Petit In-4°, P. 36 v°. Ancien Fonds Colbert. - Cité dans "Les Normands dans le Noyonnais" - IXe & Xe siècles - M. Peigné-Delacourt - Noyon - 1868 - Ce document en ligne

Une carte satellite montre les lieux mentionnés dans ce document (sans certitude pour quelques uns)

JPEG -
Tapisserie de Bayeux

Mode d’emploi de la carte


Comme j’étais à la recherche de documents sur les incursions des Normans, M. P. Paris, de l’Institut, gracieusement obligeant , a bien voulu m’indiquer un manuscrit, petit in-4°, F.F., n° 86, Fonds Colbert, de la Bibliothèque Impériale, écrit par un chroniqueur anonyme du XIIIe au XIVe siècle, sur parchemin, à deux colonnes, dans un idiome saintongeais ou pictavo-limousin, et qui est probablement la reproduction d’un ouvrage plus ancien. A la page 36 v°, se trouvent rapportés de nombreux détails sur les lieux où furent transportés les trésors des églises et les reliques des saints, pour les soustraire aux avanies et au pillage des Normans, à l’époque des IXe et Xe siècles.

Ce récit peut servir, au moins comme document et avec la valeur restreinte d’un titre bien postérieur aux événements, pour quelques points de l’histoire des Monastères dans la contrée comprise dans les circonscriptions diocésaines de Tours, Bordeaux, Narbonne, Bourges et autres, au sud de la Loire.

M. Peigné-Delacourt

Texte originalTranscription moderneNotes et commentaires
1 Enpres cestui regna en France si filz Loois li baubes. En ceu temps fu enblez de la cite d’Ageneis li cor sancta Fei la Vergin. e fu portez au mostier de Conchas. Après celui-ci ( Charles-le-Chauve), son fils, Louis-le-Bègue, régna en France. En ce temps-là, le corps de Sainte Foy fut enlevé de la ville d’Agen, et transporté au monastère de Conques. Conques, Ancienne abhaye bénédictine, arrondissement de Rodez (Aveyron) sous l’invocation de Sainte Fide ou Sainte Foy.
L’enlèvement furtif du corps de Sainte Foix ( vierge et martyre) est indiqué, Gallia Christiana, T. 1 col. 236, en ces termes : Tempore Caroli Calvi filii Ludovici, corpus S. Fidis eo fuit delatum, cujus nomen huic cœnobio quandoque accomodatum, Acta O. S. BB. T. 6. p. 276.

Le mot emblé est toujours pris en mauvaise acception, et synonyme de vol ou rapine.
2 Cil Loois li baubes ot un fil qui ot non Karles li fous ; lo qua li Françeis gitarent dau regna. E Odon le duc d’Aguiaina esleverent on regna. Ce Louis-le-Bègue eut un fils qu’on nomma Charles-le-Simple. Les Français le renversèrent du trône, et y portèrent Eudes, duc de Guyenne.
3 Per la paor deus Normans fu reboz en l’iglise de Nantes li tresors au pié de l’outer. En crainte des Normans, le trésor de l’église de Nantes fut caché au pied de l’autel. Il n’y a de monastère ancien à Nantes que N. D. du Bourg ; ; donc le nom d’église ne peut s’entendre ici que de la cathédrale dédiée à Saint Pierre.
4 En l’iglise S. Florent de Somur qui est abbaia reiaus, fut seveliz li tresorz de l’iglise, josta les Sainz Martirs qui jesent en sepucra. En l’église de Saint Florent, de Saumur, qui est abbaye royale, on enterra le trésor près des Saints Martyrs qui reposent dans leur tombeau. Saint Florent de Saumur (Abbaye). Cette église fondée au IVe siècle, fut détruite par les Normands en 848. Elle était d’abord située entre lngrande et Ancenis, et portait le nom de Saint Florent le Vieil. Elle fut transférée en 1025 prés de Saumur.
5 De l’iglise d’Angiers fu seveliz li tresorz a l’outer saint Aubin. Le trésor de l’église d’Angers fut enterré à l’autel de SaintAubin. Abbaye Bénédictine fondée à Nantes en l’an 534.
6 En l’iglise Saint Mor fu seveliz li tresors josta l’outer Saint Mor. Le trésor de l’église de Saint Maur fut enfoui près de l’autel de ce saint. Saint-Maur-sur-Loire (anciennement Glanfeuil). — Abhaye Bénédictine, fondée par saint Maur, au VIe siècle, (an 542), diocèse d’Angers.
7 Li tresors saint Julian dau Manz de l’iglise et de la Vila fu seveliz josta l’outer Saint Julian. Le trésor de Saint Julien du Mans, tant de l’église que de la ville, fut enterré devant l’autel de Saint Julien. Saint Julien-du-Mans. — Le Vocable de la cathédrale est saint Julien, saint Gervais et saint Pierre y ont été ajoutés.
8 Li tresors saint Martin de Tors et li tresors de la vila fut seveliz devant l’outer saint Briz. Mes li Normant n’ogrent poer de faire mal en l’iglise Saint Martin. Le trésor de Saint Martin de Tours, et celui de la ville furent enterrés devant l’autel de Saint Brice. Mais il ne fut pas au pouvoir des Normans de faire du mal dans l’église de Saint Martin. Saint-Martin-de-Tours. Abbaye fondée au VIe siècle, (an 500), puis sécularisée. Les rois de France y étaient chanoines d’honneur. Le corps de saint Martin y est conservé.
9 A saint Beneit dau Leira fu seveliz li tresors de l’iglise. apres l’outer saint Beneist. A Saint Benoit sur Loire, on enfouit le trésor de l’église près de l’autel de Saint Benoit. Saint-Benoît-sur-Loire ou Fleury. — Abbaye Bénédictine, fondée en l’an 650, canton d’Ouzouer-sur-Loire. arrondissement de Gien (Loiret).
10 E cil de Sancta Croiz d’Orliens, tres l’outer sancta Croix. Et celui de Sainte Croix d’Orléans, près de l’autel de Sainte Croix. Sainte-Croix-d’Orléans. — Ancienne église dédiée à Jésus-Christ crucifié. Elle est de fondation très ancienne. La Cathédrale est dédiée à sainte Croix.
11 Et tuit li tresor de France daus yglises furent porté a Madama Sancta Maria a Paris, et furent seveli apres l’outer Notra-Dama. Et tous les trésors des églises de France furent portés à l’église de Notre-Dame, à Paris, et furent enfouis derrière l’autel de Notre-Dame. La France est ici entendue, comme l’Ile de France. Ainsi on disait : Saint-Denis, en France. Aussi ce passage s’applique-t-il à des lieux de l’Ile de France. Telle était la Cathédrale, Notre-Dame de Paris.
12 Et cil qui fit icest livra savet certanament qu’en l’iglise saint Estevre de Paris estet la copa dau chep Sainl Denis, et daus cheveus Notra Dama tres l’outer Saint Estevre. en la cout engant lo peiz d’un homa. Et celui qui a fait ce livre savait certainement qu’en l’église Saint Etienne de Paris, était le sommet du chef de saint Denis, et les cheveux de Notre-Dame , derrière l’autel de St-Etienne, environ à la distance du pied d’un homme. L’Eglise de Saint-Etienne. — Ancien monastère fondé en 593 dans un des faubourgs de Paris.

En la cout engant ... œqualiter, la distance du pied d’un homme ?

13 Eisicum li Normant vindrent per France et per Aguiaine, vindrent li Angre en Borguognie, e destruissirent l’abaia de Sauvignie que Girarz de Rossillo funda, e sevelirent lo tresor entra lo chapitra et lo peitrin. Per paor daus Normanz e daus Ongres, fut seveliz toz li tresorz de la terra on vergiers. Au temps où les Normans vinrent en France et en Guyenne, les Hongrois vinrent en Bourgogne et détruisirent l’abbaye de Savigny, fondée par Gérard de Roussillon et enterrèrent le trésor entre le Chapitre et la boulangerie. Par peur des Normans et des Hongrois, tous les trésors du domaine furent enterrés dans le verger. Savigny, au diocèse de Lyon, canton de Larbresle, arrondissement de Lyon (Rhône) ancien monastère bénédictin.
14 A Beorges furent sevelis tuit li tresor de la terra e de l’iglise pres dau meitra oster devers la cloitra. A Bourges, tous les trésors du domaine et de l’église furent enfouis près du maitre-autel, vers le cloître. La Cathédrale de Bourges , dédiée à saint Etienne au VIe siècle. Le cloître y figure, ce qui indique la vie claustrale des chanoines à l’époque des invasions des Normans.
15 A Saint Hylaira à Petiers furent seveli tuit li tresor daus yglises qui estoent environ Pestiers, josta lo cors saint Hylaira ; et a Saint Hylaira ni à Sainta Raigunt ne purent onc maufaira. A Saint Hilaire de Poitiers, on enterra tous les trésors des églises qui étaient aux environs de Poitiers, près du corps de saint Hilaire, et ni à Saint-Hilaire ni à Sainte-Radegonde , (les Normans) ne purent mal faire. Le Monastère de Saint-Hilaire de Poitiers fut sécularisé au Xe siècle. Le Monastère d’homrnes, fondé par sainte Radegonde au VIe siècle hors des murs de Poitiers, sous l’invocation de la sainte Vierge, fut converti en Chapitre au IXe siècle.
16 En la chapela de Tourz fut portez li tresorz de Grant Luec, et icel de saint Micheu de Lerz, et icel de Luçon, e furent mis equi or li prestres tent ses piés quant il chantet la messa. En la chapelle de Thouars, furent portes le trésor de Grand-Lieu et ceux de Saint-Michel en L’herm et de Luçon ; ils furent mis là où le prêtre tient ses pieds quand il chante la messe. Thouars, arrondissement de Bressuire (Deux-Sèvres). Château avec Chapelle. — Grand-Lieu, ancien monastère dédié plus tard à saint Philbert, arrondissement de Nantes, (Loire-Inférieure) en 877.

Saint-Michel-en-l’Herm, abbaye Bénédictine fondée en l’an 580, détruite en l’an 877, canton de Luçon, arrondissement de Fontenay (Vendée).

17 De tota la province Saint Maissent, furent seveli li tresor à l’outer Saint Leggier, et cil qui vogrent fuec metra en l’abaia comprindrent tuit de fuec d’enfer. Les trésors de toute la province de Saint-Maixent furent enfouis à l’autel de Saint-Leger, et ceux qui voulurent mettre le feu à l’abbaye furent tous épris du feu d’enfer. Saint-Maixent, ancien diocèse de Poitiers, arrondissement de Niort (Deux-Sèvres). Il y avait un autel dédié à Saint-Léger, dans la crypte de l’église de Saint-Maixent.
18 A Sainta M(arie) deus portes De, sevelirent lo tresor e les ornamenz de l’iglise à l’outer Saint Vincent. A Notre-Dame des portes Dieu, on enterra le trésor et les ornements de l’église à l’autel de Saint-Vincent. La signification du mot De a été diversement interprétée, l’avis le plus dominant le traduit par Dieu ?

II y a à Sainle-Marie-des-Portes, canton d’Ars, île de Ré, un autel dédié à saint Vincent.

19 A saint Seurin josta Angerée fu seveliz li tresor/ de l’iglise soz l’outer saint Seurin, e riches reliques de saint Seurin. A Saint-Seurin près d’Angely, le trésor de l’église fut enfoui sous l’autel de Saint-Seurin, ainsi que les riches reliques de saint Seurin. Saint-Severin, canton de Loulay, arrondissement de St-Jean-d’Angely (Charente-Inférieure), dans l’ancien diocèse de Saintes, ancien monastère.
20 A l’iglise Saint Joan d’Angerée, fu seveliz li tresorz entra l’outer Saint Joan e le Saint Luc. A l’église de Saint-Jean-d’Angely fut enfoui le trésor entre l’autel de Saint-Jean et celui de Saint-Luc. Saint-Jean-d’Angely (Charente-Inférieure). Autels dédiés à saint Jean et à saint Luc ?
21 A Chastel alio fut seveliz toz li tresors de l’iglise e de la province en la chapela deu chasteu soz l’outer. A Chàtel-Aillon, tous les trésors de l’église et de la province furent enterrés dans la chapelle du château, sous l’autel. Châtel-AiIlon, commune d’Angoulins, canton et arrondissement de la Rochelle (Charente-lnférieure). Ville ancienne actuellement submergée. Vestiges du château. Ancien diocèse de la Rochelle.
22 A Muron fut enterrez on mielo de l’iglise li cors Mabile e maintes autres ver luz. A Muron le corps de saint Mabile fut enterré au milieu de l’église, avec maintes autres reliques. Muron, canton de Tonnay-Charente, arrondissement de Rochefort, (Charente-Inférieure). Saint Mabile, sainte Mabile morte à Apt ?
23 En Oleiron fut seveliz toz li tresorz d’Oleiron a Sancta Marie en l’ila. A Oleron, tout le trésor de l’église tut enseveli à Sainte-Marie en l’île. Oleron, ile, canton d’Oleron, arrondissement de Marennes (Charente-Inférieure). Sainte-Marie-en-l’Ile, Eglise dans l’île d’Oleron.
24 En l’iglisa Sancta Marie d’Arvert, qui est closa d’aigua, d’environ, en la né deu mostier li cors saint Simphorian e maintes autres vertuz, e onc li Normant mau n’i pogrent faira. A l’église de Sainte-Marie d’Arvert, qui est entourée d’eau, le corps de saint Symphorien et plusieurs autres reliques furent cachés dans la nef du monastère, et depuis lors les Normans n’y purent faire du mal. Arvert, canton de la Tremblade, arrondissement de Marennes (Charente-Inférieure). Ancien diocèse de Saintes, lieu situé dans la presqu’île ; monastère ancien.
25 En l’iglise de Vaus fut seveliz li tresorz de l’iglise à l’outer Sancta Marie devers la cloitra, et Turpins le sacra. Dans l’église de Vaux, le trésor fut enterré sous l’autel de Sainte-Marie, du côté du cloître, et Turpin le sacra. Vaux-sur-Mer, canton de Royan, arrondissement de Marennes (Charente-Inférieure), Ancien diocèse de Saintes.

Turpin ou Turpien, évêque de Limoges en l’an 905.

26 En l’iglise de Sancta Sore fut seveliz toz li tresorz de l’iglise tres l’outer. En l’église de Saint-Sour, tout le trésor de l’église fut enfoui derrière l’autel. Saint-Sornin, canton de Château-Ponsac, arrondissement de La Rochelle, (Charente-Inférieure)

Saint-Sorlin. ou saint Saturnin de Séchaux, commune de Port d’Envaux, canton de Saint-Porchaire (Charente-Inférieure).

27 En l’iglise de Talemunt qui est près de Gironde fu seveliz li braz sancta Reigunt e li aneus et maintes autres vertuz devant l’outer, equi or li prestres tent ses piez quant il chantet la Messa. Dans l’église de Talmont, qui est près de la Gironde, fut enseveli le bras de sainte Radegonde, et les anneaux et maintes autres reliques devant l’autel, là où le prêtre tient ses pieds quand il chante la messe. Talmont-sur-Gironde, canton de Cozes, arrondissement de Saintes (Charente-inférieure). Eglise sous le vocable de sainte Radegonde. Dom. Beaunier lui donne la date de 1046 pour naissance, ce qui ne s’accorde pas avec la chronique citée.
28 En l’iglisa de Saintes, fit De grant miracla, quar onc Normanz ne se vit en l’iglise, ne on cimentire ne puec maufaire. E li tresorz de l’iglise fut seveliz on chapitra près de l’iglise. En l’église de Saintes, Dieu fit un grand miracle, car jamais Normant n’entra dans l’église ni au cimetière et ne put y faire de mal. Et le trésor de l’église fut enterré au chapitre près de l’église. L’Eglise de Saintes, la Cathédrale, construction de Charlemagne, maintenant presque entièrement détruite. Il existait à Saintes un ancien monastère fondé en l’an 1047, dédié à saint Palais.
29 En l’iglise Saint Macou fu seveliz li resorz soz l’outer et onc Normanz mau n’i fit. Dans l’église de Saint-Maclou, le trésor fut enfoui sous l’autel, et jamais les Normans n’y purent faire de mal. L’Eglise de Salnt-Macloux, voisine d’Archiac, arrondissement de Jonzac (Charente-Inférieure) Sanclus Maculfus.
30 En l’iglisa Saint Soloina midunt son cors most en parfont, e onc Normanz n’i puec mau faira, ni en 1’iglise saint Bebian ; et mistrent lo tresor en un poiz qui estet on sepocre saint Bibian. Dans l’église de Saint-Soloine, on enterra son corps très-profondément, et jamais Normans n’y purentmal faire, ni en l’église de Saint Vivien, et (ils) mirent le trésor en un puits dans le sépulcre de Saint Vivien. Sainte-Soline, canton de Lezay, arrondissement de Melle (Deux-Sèvres).

il y a une église dédiée à sainte Soloine, dans l’intérieur même de Saintes. Saint Vivien ? il y a plusieurs lieuxdece nom dans la Charente inférieure, un dans le canton de la Jarrie, arrondissement de la Rochelle et un autre commune de Saintes.

31 En l’iglise Saint Martin d’Aubrac ne puec onc entrer Normanz, sis corz giest on milu de l’iglise. En l’église de Saint-Martin d’Aubrac, le Normans ne purent entrer : son corps gît au milieu de l’église. Saint-Martin-de-Brach. Commune de Castelnau-de-Médoc, arrondissement de Bordeaux (Gironde).
32 En l’iglise Saint Aignen qui fut evesques d’Orhens que Saint Trojanz seveli et ses dos archidiacres, ne porent onc maufaira li Norinant ; e mervelia se most li reis dont estet ço avenu deus miracles que veet, et fu volontiers crestians, qui fust qui l’en amonestast ; mes tuit eriant fui à Enguolesma. Dans l’église de Saint-Aignan qui fut évêque d’Orléans et qui reçut la sépulture de saint Trojan et de ses deux archidiacres, les Normans ne purent y mal faire, et le roi des Norois s’émerveilla fort des miracles qu’il voyait, et il se fût fait volontiers chrétien si quelqu’un l’eût instruit ; mais tous les hahitants s’étaient enfuis à Angoulème. Saiiit-Aignan-le-Marais, Canton de Marennes (Charente-Inférieure)
33 Soz l’outer saint Sever de Chouveu fut seveliz li tresorz de l’iglise. Sous l’autel de Saint-Sever de Chauveau fut enfoui le trésor de l’église. Saint-Sever de Chauveau, commune de Chaniers, canton de Pons, arrondisssement de Saintes (Charente-Inférieure)
34 A l’abaia Saint Jabunt, fu portez li cheps Saint Jabunt ; et li sainz Remei, e li braz Saint Macou, au chasteu de Merpis qui est sora Charante. Le chef de saint Ablond et le corps de saint Remi , ainsi que le bras de saint Maclou furent portés au château de Merpins qui est situé sur la Charente. Jabunt ? Sanctus Abundus. Prieuré dépendant de Savigny à Merpins, Merpins canton et arrondissement de Cognac (Charente). Saint Rerny et saint Abund y avaient leurs reliques.
35 En l’outer Saint Martin deus Chartres, furent mises ses VII chapses de martyrs soz la sognia, per ço qu’estoit lus solitaires : et avet hi most daus apostres e duis martyrs e d’autres sainctuaires. Et Clodoveus fit l’iglise. A l’autel de Saint-Martin de Châtres, furent placées ses VII Châsses de martyrs, sous la s ?... parce que c’était un lieu écarté ; et il y avait là grand nombre de reliques d’apôtres et de martyrs, et d’autres saints objets. Ce fut Clovis qui fonda cette église. La Sognia — La Seugne, rivière qui se jette dans la Charente, près de Saintes. L’Eglise de Saint-Martin-le-Viandier, jadis hors des murs de Chartres, fut démolie, par suite de vétusté en 1670. En 1247, elle était désignée comme monastère. Peut-être était-ce une église collégiale ?
36 En l’iglise saint Martin de Sougio fut rehos li tresors en un poiz qui est en la né dau motier, e VII cors sainz. I giest sains Martins e sainz Arlodis. Le trésor de l’église de Saujon fut caché dans un puits qui est dans la nef du monastère ainsi que VII corps saints, parmi lesquels gisent saint Martin et saint Arlodis ? Saint-Martin-de-Saujon (Charente-Inférieure), arrondissement de Saintes. Il y avait anciennement une église dédiée à Saint-Martin, en ce lieu.

Saint-Arlodès ?

37 En l’iglise de Teinez fut seveliz li tresors au degré de l’outcr or sains Leonz giest Le trésor de l’église do Thaims fut enfoui sous les marches de l’autel où gît le corps de saint Léon. Thaims, Canton de Gémozac, arrondissement de Saintes (Charente-Inférieure).
38 En l’iglisa saint Martin de Mouretagnie fut seveliz li tresorz daus yglises qui apertenent a saint Estevre, en la né dau mostier. 38 En l’église do Saint-Martin de Mortagne, fut enterré le trésor des églises appartenantà Saint-Etienne, en la nef du monastère. Mortagne-sur-Gironde. canton de Coze, arrondissement de Saintes (Charente-lnf).

Abhaye de Saint-Etienne-de-Vaux, fondée en ce lieu en l’an 1073.

39 A saint Dizens fut seveliz li tresorz dau mostier, e un sainz abés en la né dau mostier. A Saint-Dizant, on enfouit le trésor du monastère et un abbé dans la nef du monastère. Saint-Dizant-du-Gua, canton de Saint-Genis, arrondissement de Jonzac (Charente-Inférieure).
40 En Giles, giezent dai cor saint, dont sains Palaiz fut portez a Xainctes. Et qui fut
seveliz Giles li princes deus Romanz, e est en la nica d’Enguolesma et de Xainctes.
A Saint-Gilles gisent deux corps saints, dont saint Palais, qui furent portés à Saintes, là où fut enterré Gilles, le prince des Romains, et c’est à mi-chemin entre Angoulème et Saintes. Saint-Gilles de Surgères. Surgères, arrondissement de Rochefort (Charente-Inférieure).

Saint-Pallais, en la commune de Saintes.

41 En l’iglise près de cela de Giles giesent dui cor saint. Dans l’église, près do celle de Giles, gisent deux corps saints.
42 En l’iglise d’Augue giest très l’outer, un corz sainz.et ha hi most de saint Lorenz. En l’église d’Augue git, derrière l’autel, un corps saint, et il y a là plusieurs reliques de saint Laurent. Auge, (Charente) arrondissement d’Angoulême, Canton de Rouillac ?
_ ? Auge, canton de Saint-Maixent, arrondissement de Niort (Deux-Sèvres),
43 En l’iglise saint Po de Botavila fu seveliz li tresors de l’iglise en mi le cuer au moines, et meimes saint Pos li ermites. Dans l’église de Saint-Paul de Bouteville on enterra le trésor de l’église au milieu du chœur des moines , et même le corps de saint Paul-l’Hermite. Saint-Paul de Bouteville, Il y eut là anciennement un monastère, il y existe des reliques de saint Paul ermite, canton de Chateauneuf-sur-Charente, arrondissement de Cognac (Charente).
44 En l’iglise de Mounac, près de Pont, fut seveliz li tresors de l’iglise e de la terra, et furent mi très l’outer saint Pere, e l’una granz partia fut missa en l’outer Saint Saveor. On enfouit le. trésor de l’église de Mosnac près de Pons, sous l’autel, ainsi que maintes reliques. Mosnac , canton de St-Genis, arrondissement de Jonzac (Charente-Inférieure).
45 En l’iglise Saint Pierre d’Enguolesma furent porté tuit li tresors de l’iglise, e de la
terra, e furent mis tres l’outer Saint Pere, et l’una granz partia fut missa en l’outer Saint Saveor.
En l’église de Saint-Pierre d’Angoulème, tous les trésors de l’église et du domaine furent placés derrière l’autel de Saint Pierre. Et une grande partie fut mise sous l’autel de Saint-Sauveur. Saint-Pere d’Angoulême. La cathédrale a été fondée sous le vocable du Prince des Apôtres.
46 Toz li tresorz de Lemozin fut mis très l’outer saint Estevra de Limoges, forz de saint Marcau e de se yglises, qui fut mis josta sa sebostura, e onc Normant mau n’i pogrent maufaire. Tous les trésors du Limousin furent mis derrière l’autel de Saint-Martial et de ses églises, et ils furent placés près de son tombeau. Et jamais les Normans n’y purent faire de mal. Saint-Marcou, prononciation vulgaire du nom de Martial. Il y a Saint-Macou, canton et arrondissement de Civray , (Vienne).
Il a existé à Limoges un monastère sous le nom de Saint-Martial, lequel a été sécularisé.
47 Le cors saint Leonart cuida rent porter a Torena, e ne pogrent, et per ço fut mis li tresors josta sa sebostura. Le corps de saint Léonard, que l’on croyait porter à Turenne, ne put l’être. Et en conséquence le trésor fut mis près de sa sépulture. Saint Léonard, patron de Limoges a donné son nom à la ville de Saint-Léonard, chef-lieu de canton de l’arrondissement de Limoges.

Turenne. Canton de Meyssac, arrondissement de Brive (Corrèze). Chef-lieu de la célèbre vicomté de ce nom. Petit état indépendant.

48 A Torena porta l’om lo tresor de Usercha e de saint Savin e de Nantoil e de Borguoil, quar sains Savins hi aveit una yglise. On porta à Turenne le trésor d’Uzerche et de Saint-Savin, ainsi que de Nanteuil et de Bourgueil, car saint Savin y avait une église. Uzerche, de l’ancien diocèse de Limoges, arrondissement de Toile (Corrèze), Il y existait anciennement une abbaye bénédictine.

Nanteuil-en-Vallée, ancien diocèse d’Angoulême, abhaye bénéd., fondée par Charlernagne

Bourgueil-en-Vallée, diocèse d’Angers, arrondissement de Chinon (Indre-et-Loire).

49 De totes les yglises de Peirregore, de Branthoma et de Satnt Yre furent porté li tresor. On y porta les trésors de toutes les églises du Périgord, de Brantôme et de Saint-Yrieix. Brantôme, arrondissement de Périgueux (Dordogne) ; célèbre abbaye bénédictine.

Saint-Yrieix. Ancien diocèse de Limoges, chef lieu d’arrondissement (Haute-Vienne).

50 Li tresorz de Sarlat fut mis très l’outer devers la cloitra. Le trésor de Sarlat fut mis derrière l’autel du côté du cloître. Sarlat. Ancien évéché. (Dordogne). Il y eut là un monastère bénédictin dès le VIIIe siècle.
51 Très li corz saint Front de Peireguers fu mis li tresorz de l’iglise e de la province. Près le corps de saint Front de Périgueux, on plaça les trésors de l’église et de la province. Saint-Front, cathédrale de Périgueux.
52 E arserent most li Normant soz Gironda d’iglises et destruissirent. E cil de l’iglise Saint Romain l’en cuidarent porter e ne pugrent, mais il le mesrent très parfont, soz terra, e le trezor de l’iglise. Et les Normans brûlèrent, sous Gironde, beaucoup d’églises et les détruisirent, et on voulut emporter le corps de saint Romain, mais on ne le pût ; on le mit très-profondément sous terre ainsi que le trésor de l’église. Arsèrent ? arsirent, brûlèrent ?

Saint-Romain, Abbaye aux portes de Blaye (Gironde).

53 A Saint Vincent de Mont-Auban mesirent lo tresor e lo cors saint Vincent soz 1’outer. A Saint-Vincent de Montauban, on plaça le trésor et le corps de saint Vincent sous l’autel. Saint-Vincent à Montauban. ancienne paroisse de Mont-Auriol au faubourg de la ville. Elle fut détruite par les Calvinistes en l’an 1561. Le nom de Montauban remplaça au XIIe siècle celui de Mont-Auriol.
54 De saint André lo tresor e lo cors sancta Gcnovefa portarent à Fronçac e lo tresor de Guitres e de saint Melion e d’entra does marz. On porta le corps de saint André et celui de sainte Geneviève à Fronsac, et le trésor de Guitres et de Saint-Emilion et de l’Entre-deux-mers. Saint-André-de-Bordeaux, église primatiale d’Aquitaine.

Fronsac, Diocèse de Bordeaux, arrondissement de Libourne (Gironde).

Guitres. ancien monastère bénédictin, dédié à Nolre-Dame en ce lieu, canton et arrondissement de Libourne (Gironde).

Saint-Emilion, arrondissement de Libourne (Gironde). Très-ancienne église construite en partie dans le roc. L’Entre-deux-Mers est la contrée entre la Garonne et la Dordogne.

55 E meima cil de Bordeu s’enfuirent à Fronçac pcr paor deus Normanz. Et même ceux de Bordeaux s’enfuirent à Fronsac par crainte des Normans. Fronsac , arrondissement de Libourne (Gironde).
56 En l’iglise Saint Seurin de Bordeu toz lo tresor e li cor saint furent seveli equi or li corz sainz giest, mas quant lo cors saint Amant e les chirpa que ne pogrent remuer. En l’église de Saint-Seurin, à Bordeaux, tous les trésors et les corps saints furent enfouis là où gît le corps de saint Seurin ; mais quant au corps de saint Amand et les ornements, ils ne purent les remuer. Saint-Seurin de Bordeaux. Ancien monastère, connu sons le nom de Sanctus Severinus.

Les Chirpa ? Vasculi species (Du Cange) ? Scirpus (Du Gange), Papirus, Registrum, Cartularium d° Papirus vel Papirius.

57 A saint Martin à Bordeu sevelirent lo tresor entra lo chapitra e le mostier. A Saint-Martin, à Bordeaux, on enfouit le trésor contre le chapitre et le monastère. Saint-Martin de Bordeaux, ancienne paroisse.
58 A Saint Germain très lo maitra oster sevelirent lo tresor de l’iglise. A Saint-Germain on ensevelit le trésor près du maître-autel. Saint-Germain, paroisse de Bordeaux.
59 En l’iglise Saint Eulaie, en la né dau mostier sevelirent lo tresor et les privileges. En l’église de Saint-Eulalie, le trésor et les privilèges furent enfouis en la nef du monastère. Sainte-Eulalie de Bordeaux. Paroisse. Ancien monastère fondé au VIIe siècle.
60 A Santa Croiz devant l’outer sainla Munmelin mistrent tot lo tresor soz en un poiz. A Sainte-Croix on plaça tout le trésor dans un puits, devant l’autel de Saint Mommelin. Sainte-Croix, paroisse de Bordeaux. Autel dédié à saint Mommelin. Ancien monastère fondé en 650.
61 A Solac, josta l’outer Sancta Veroniqua, mistrent lo tresor e la sainctuaire de l’iglise. A Soulac on mit le trésor et les reliques de l’église près de l’autel -de Sainte-Véronique. Soulac, canton de Saint-Vivien, arrondissement de Lesparre (Gironde).
62 A saint Nicholas de Grava sevelirent lo lur ou degrez de l’outer. Equi giest li bons hom qui fit l’iglise de Solac e de Grava e de Cordan. per le comandament Karla. A Saint-Nieolas de Grave, on enterra le trésor sous les marches de l’autel, là où git le digne homme qui construisit l’église de Soulac et celles de Graves et de Cordes, d’après l’ordre de Charles. Saint-Nicolas de Grave, à la pointe de Grave.

Cordouan, ilôt servant de hase à un phare célèbre. Il était autrefois relié à la terre ferme.

63 De l’iglise saint Melion sore Gironde, e de Saint Christofle e de Sancta Marie d’entre dos mars, e de Saint Vincent d’Autroina, e de saint Estevra de Calloneis, E de totes les yglises, for quant dau cors marquis, furent trestuit porté à Saint Martin de Carcans e furent seveli soz l’outer. (Les trésors) de Saint-Emilion sur Gironde, et de Saint-Christophe, et de Sainte-Marie-d’Entre-deux-Mers, et de Saint Vincent d’Autroina et de Saint Etienne de Calloneis furent tous portés à Saint-Martin de Carcans ainsi que ceux de toutes les églises, excepté ceux-là des Marches, furent ensevelis sous l’autel. Saint-Emilion, très-ancienne Eglise dans le roc, arrondissement de Libourne (Gironde).

Saint-Christophe-Entre-deux-Mers, canton de Chalais, arrondissement de Barbezieux (Charente).[NDLR – commune non-identifiée en Charente ; il s’agirait peut-être de Courpiac (33) où se trouve une église Saint-Christophe]

Saint-Vincent-d’Antroina ?

Calloneis ? Calonges, arrondissement de la Marmande près la Gironde.

Saint-Martin-de-Carcans, Canton de St-Laurent, arrondissement de Lesparre.

64 De l’iglise de Belin fut li tresorz seveliz e les vertuz enprez l’outer, et cil de Geronvila furent porté à Sancta Croiz. Les reliques de l’église de Belin furent enfouies près de l’autel. Celles de Géronville furent portées à Sainte-Croix. Belin Arrondissement de Bordeaux (Gironde).

Géronvilla ? Géron, canton des Pujols, commune de Passac (Gironde).

Sancta-Croix, commune de Lévignac, arroudissement de Marmande (Lot-et-Garonne).

65 Li cors saint Macaira fut portez à Bordeu. E de tota la terra d’entor fu portez a Monclin. Le corps de saint Macaire fut transporté à Bordeaux, et ceux de tous les domaines transportés, des environs, à Monclin. Saint-Macaire. Près de la Réole existe un lieu qui porte ce nom.

Monclain. Il y a le Clain, rivière qui passe à Poitiers sur une montagne de ce nom ? Montclain ?

66 E li cors saint Alen fu seveliz on milu de l’iglise de santa Basella ; ne la pogrent oster, e mistrent lo tresor josta né. Et le corps de saint Alain fut enterré au milieu de l’église, et on ne put enlever le corps de Sainte Bazelle, et on mit le trésor près de la nef. Sainte-Bazeille, canton et arrondissement de Marmande (Lot-et-Garonne).
67 De l’abaia de Clairac et de lor province sevelirent tot lo tresor davant l’outer Saint Pere. On enterra tout le trésor de l’abbaye de Clairac et de la province devant l’autel de Saint-Pierre. Clairac et Clérac, ancien diocèse d’Agen. Abbaye bénédictine ancienne, canton de Montguyon, arrondissement de Jonzac (Charente-Inférieure). [NDLR : ou Saint-Pierre de Clairac (Lot-et-Garonne)]
68 Li trésors d’Agent et de Ageneis fut seveliz en una montagnia qui est apele Calabra a Sancta Croiz en un clusel lai or Rollanz fut Chevaliers quant il ot desconfi Omant Les trésors d’Agen et de l’Agenais furent enfouis dans une montagne qui est appelée Calabra.

A Sainte-Croix, ce fut dans une caverne, là où Roland fut armé quand il eut tué Aumont.

Calabra, lieu qui porte maintenant le nom de Eaumont (Hist Litt. T. XXII — 311. Roman d’Aspremont.)
69 Li tresorz de Caercan fut portez à Guaidon. Et cil de Tholosa et dau Bugcis furent portes as Fois. Le trésor de Carcans fut porté à Guaidon, et ceux de Toulouse et de l’Albigeois furent portés à Foix. Saint-Martin de Carcan, canton de Saint-Laurent, arrondissement de Lesparre.

Gondon ? lès Monastruc, abhaye cistercienne fondée en 1123 au diocèse d’Agen.

70 E les vertus santa Maria la Noela de Pont labei furent portés à Rocamadors, e autra partia à Orcivaus en Auvergnia, et à Balanzac costa Pont l’abei en remest autra grant partia. Et les reliques de sainte Marie la Nouvelle de Pont-l’Abbé furent portées à Rocamadour, et une autre partie à Orcival, en Auvergne. Et à Valanzay, près de Pont-l’abbé, on en cacba une autre grande partie. Pont-l’Abbé. canton de Saint-Porchaire, arrondissement ds Saintes (Charente-Inférieure).

Valenzay, près de Sainte-Radegonde, canton de Saint-Porchaire arrondissement de Saintes
(Charente-Inférieure) ou Balanzac, canton de Saujon, arrondissement de Saintes (Charente-lnférieure).

Rocamadour, canton de Gramat, arrondissement de Gourdon (Lot).

71 Après iço vindrent li Normans et destruissirent piratica et amarica ; tota la terra jusqu’à Paris e tota France fut sosmissa à eus. Puis vinrent les Normans, et détruisirent avec fureur, en pirates, tout le pays jusqu’à Paris, et toute la terre leur fut soumise.
72 II guastoent quanque atteignioent e aloent a primes à pié, quar ne savaient encora aler a chivau. Ils gâtèrent tout ce qu’ils pouvaient atteindre, et allaient dans les premiers temps à pied, car ils ne savaient se servir de chevaux. Ce passage définit parfaitement quelles furent les premières incursions des Normans qui ne se servirent d’abord que de leurs bateaux. Ce fut cette citation qui me conduisit à publier le chapitre en entier.
73 Mes après, segunt la costuma daus noz alerent à chivau, pillarent e guastarent plus felonessament. Mais plus tard, ils montèrent à cheval selon notre manière, pillèrent et firent des dégâts plus affreusemeut. La cavalerie que les Normans montèrent, à l’aide de chevaux emblés, leur permit d’étendre au loin leurs pillages.
74 E arriverent lor nez en l’ila Saint Florenz, e firent equi lus arbergies e poserent lus tentes. Equi gardoent les prisons e destruissirent tota cela provinca tot environ, e per aigua e per terra. Il arsirent la cité de Nantes. Et leurs nefs arrivèrent à l’île de Saint-Florent, y firent un hébergement et y placèrent leurs tentes. Ils y gardaient les prisonniers. Et ils détruisirent toute cette province et les environs par eau et par terre. Ils brûlèrent la ville de Nantes. L’Ile de Saint-Florent ? L’ile près Saint Florent-le-Vieil, par conséquent assez rapprochée de Nantes ?
75 Apres, corurent la terra d’Angio, e la cité abraserent e tot lo pais. Des la mer jusqu’a Pestiers la cite, tuarent e guastarent. Ensuite, ils tirent des courses dans l’Anjou et brûlèrent la ville et tout le pays depuis la mer jusqu’à Poitiers qu’ils incendièrent, et laissèrent en ruines. Le chroniqueur prend exactement l’itinéraire que suivirent les Normans en remontant la Loire, par Angers, Tours et Orléans.
76 Apres vindrent à Tors la cité ot navei et arsirent la e tota la region despoliaient. Puis ils vinrent à la cité de Tours avec leurs bateaux, la brûlèrent,et dépouillèrent toute la contrée.
77 Enpres vindrent ot nez jusqu’à Orliens per Leira e pristrent la per force. A donqucs estet Evesques Evurcius. A donques partirent de qui Ensuite, ils allèrent avec leurs nefs jusqu’à Orléans par la Loire, et s’en emparèrent de vive force. Alors Evurtres en était évêque. Puis ils partirent de là.
78 Apres vindrent arreira ; e arsirent la, forz so ammit l’iglise que sainz Ivurtres sacra en l’enor de Sainta Croiz per comandament Constantin Augusta. Puis, ils retournèrent en arrière, et brûlèrent la ville, sauf seulement l’église que saint Ivurtres consacra en l’honneur de la Sainte Croix par l’ordre de Constantin Auguste. Saint Euverte, évêque d’Orléans an VIIe siècle. Il ne peut être question que de la ville de Beauvais que le chroniqueur place dans la France (c’est-à-dire l’île de France).
79 Apres, dcstruissirent Beuvaiz e totes les cites de France, et tot, de la mer jusqu’à una cité en Auvergnie. Onc ne s’en puec defendra chasteus ni regions contra eus. Ensuite, ils détruisirent Beauvais et toutes les villes de l’Ile de France. Depuis la mer jusqu’à une cité en Auvergne, Ni chàteau ni contrée ne put se défendre contre eux.
80 Ço testimonia que a Xainctes la cité ni a Enguolesma ni a Peireguers ni a Lemogcs ne trovarent batalia. On assure que, ni dans la ville de Saintes, ni à Angoulème, ni à Périgueux, ni à Limoges, ils ne trouvèrent aucune résistance.
81 Quant li Franceis orent gilé Karla le Fou dau regna, li melior de France se descordarent entreus ; e lus chevaliers se tuarent entre eus. Quand les Français eurent détrôné Charles-le-Simple , les premiers de la France se mirent en désaccord, et leurs chevaliers se tuèrent les uns les autres.
82 E per ço que cela terra estoit sans seignor fut guastea e destruita d’estrange gent, quar li Normant vindrent, per ço qui la trovarent abondosa et plentiva e dcstruissirent Bordeau, e tota la terra jusqu’à Tolosa. Et comme le pays se trouvait sans chef, il fut détruit par les étrangers. Car les Normans vinrent, parce qu’ils la voyaient fournie abondamment et riche, ils détruisirent Bordeaux et toute la contrée jusqu’à Toulouse.
83 Mes Raos li reis de Borguognia se dresça contra eus e se combati ob eus aus destreiz entra Vocona et Charante e en ocist tant que nus hom n’en set lo nombre. E seguet les au monz d’Avert o il meust à mervelies. Mais Raoul, le roi de Bourgogne, se leva contre eux et les combattit dans les détroits, entre la Boutonne et la Charente, et il en tua tant, que nul n’en sait le nombre Et il les poursuivit au mont d’Arvert, où il s’en tira à merveille. Arvert, canton de Tremblade, arrondissement de Marennes (Charente-Inférieure).
84 Monpoira furent mort e seguet les à Bordeu et à Tolosa, e delivra en tot Bordales, e tota la terra de Tolosa. Il y eut des monceaux de morts. Il les suivit à Bordeaux et à Toulouse, et délivra tout le Bordelais et toute la contrée de Toulouse.
85 Puis s’entorna e delivra en la terra jusqu’à Paris e combati se a Selercaina. Puis il s’en retourna et il délivra le pays jusqu’à Paris et combattit contre eux à Salertainna ? Sallertainne ? Canton de Challans (Vendée), ou Selerteine, canton de Challans, arrondissement des Sables-d’Olonne (Vendée) ?
86 E Taliafers de Leon, li fil Raoz les ocist toz au pui d’Arcon soz una fontaina, e per ço qu’il estet si proz, li dona Raos sis pères tota Aguiaine e Engolesma la cité. Et Taillefer de Léon, le fils de Raoul, les fit périr au puy d’Arçon, près d’une fontaine, et comme il était si preux , Raoul son père lui donna toute la Guyenne et la cité d’Angoulème. Puy d’Arcon ?
87 E fit un chasteu en Bretagnie qui a non Leons e un autre en Poito qui a non Mauleons Et il éleva un château du nom de Léon et un autre en Poitou qui se nomme Mauléon. Mauléon, aujourd’hui Châtillon-sur-Sèvres, canton et arrondissement de Bressuire (Deux-Sèvres). Ancien monastère.

le Château de Leon existe encore dans le département des Côtes-du-Nord.

88 E per ço l’apelet l’on Tailleffer, per son oncle Taliafer qui ala ot Karlemagne en Espagnie, e per la proesça qu’il ot donarent li la filia Gautier Frapan de Roma et transmesirent li or e argent e mira chivalers, ot ques gita les Normanz de Paris. Et pour ce motif, l’appelait-on Taillefer, à cause de son oncle qui alla en Espagne, avec Charlemagne et par la prouesse qu’il montra, on lui donna la fille de Gautier Frapan de Rome, et on lui envoya de l’or, de l’argent et mille chevaliers, avec lesquels il chassa les Normans de Paris.
89 Cist Taliafers gita les Normanz d’Oleiron, dont nus hom ne les puec giter ; e fit son chasteu en Oleiron. Ce Taillefer chassa les Normans d’Oleron, ce que personne n’avait pu faire jusque là. Et il construisit un château à Oleron.
90 Equi perdirent les yglises lur desmes, quar li cnevaler les pridrent que Taliafers amena qu’ils n’i trovarent nul habiteor. Là, les églises perdirent leurs dîmes, car les chevaliers que Taillefer avait amenés s’en emparèrent, vu qu’ils n’y trouvèrent aucun habitant.
91 Puis s’entorna à Engeriec et drezea l’abaia Saint Joan que li Normant aviant destruita. Puis, il s’en retourna à Angely, et jusqu’à l’abbaye de Saint-Jean que les Normans avaient détruite. Angeriacum. Saint-Jean-d’Angely. Abbaye de Saint-Jean fondée à la fin du VIIIe siècle.
92 E fuirent hi porté li cors aus barons à Saint Joan qui morirent en champ dolent, e drezca l’abaia de Charros, quar li moina s’en aviant fui à Enguolesma, e icela de Saint Maisent. Et les corps des barons qui moururent à Champ Dolent furent portés à Saint Jean, et il releva Charroux, et l’abbaye de Saint-Maixent, car les Moines s’étaient enfuis à Angoulême. Champ-Dolent canton du Saint-Savinien, arrondissement de Saint-Jean-d’Angély (Charente-Inférieure) village situé précisément entre la Boutonne et la Charente.
93 En ceu temps estet Williaumes li comps d’Auvergnia dus de Guiaina e fu filz Taliafer e Ronnos, li cuens de Pestiers filz Taliafer ot un filz Taliafer. E ot un fil qui ot non Tebbautz. En ce temps-là, Guillaume comte d’Auvergne, était duc de Guyenne et fils de Taillefer ; et Réneaume le comte de Poitiers fils de Taillefer, eut un fils du nom de Thibaut. Ranulfus ou Renou ?
94 Cist Rannos mort de veren en la sala au comte Williaumes qui funda Elienec. Ce Réneaume mourut du poison dans la salle du comte Guillaume qui fonda Elienec. Veren.

Elienec ?

95 En cel temps estoit Giraut e Ebon li princes de Beorges qui fist le mostier de Deans. En ce temps vivaient Giraut et Ebon, le prince de Bourges, qui fonda le monastère de Déans. Déans ? Déols ou Bourg-Dieu, diocèse de Bourges. Monastère fondé en 917 par Ebbe, seigneur, sous l’invocation de la Sainte-Vierge.
96 Aimars, un deus fils Emonon, le comta d’Engolesma dementra qu’il demorast et lo rei Odon si le fist comte de Pestiers. Aymard , un des deux fils d’Emonon, le comte d’Angoulême, se plaignit de rester là, et le roi Eudes, le fit comte de Poitiers.
97 E quant ne puec avcr heret de sa molier, de sa domeina dreitura fit heret sancta Yglise. Et comme il ne put avoir d’héritier de sa femme, il fit don de son domaine à l’église.
98 A Saint Sauveor de Charros dona Voerta ; a Saint Marain, Moscon ; a Saint Joan. Neirec ; à Saint Chibart, Guodovila ; à Saint Hylaira Cercolina. A Saint-Sauveur de Charroux, il donna Vohatre , à Saint Martin, Moscon , à Saint Jean, Néré, à Saint Cybart, Gondeville, à Saint Hilaire, Corcolina ? Charoux, Caroffum, Saint-Sauveur de Charoux. Abbaye bénédictine, arrondissement de Civray (Vienne), au diocèse de Poitiers.

Saint-Mars, canton de Surgères, arrondissement de Rochefort sur-Mer (Charente-Inférieure).

Vouharte, canton de Saint-Amand-de-Boixe, arrondissement d’Angoulême (Charente).

Courcoury, canton et arrondissement de Saintes, (Charente-Inférieure).

Mouzon, canton de Montemboeuf, arrondissement de Confolens (Charente).

Néré, canton d’Aulnay, arrondissement de Saint-Jean d’Angely (Charente-Inférieure),

Gondeville, canton de Segonzac, arrondissement de Cognac (Charente).

Courcolins, canton de Villefagnan, arrondissement de Ruffec (Charente).

Saint-Marin ? commune de Saint-Marcel (Indre).

Saint-Cybart, canton et arrondissement de Saintes (Charente-Inférieure). Ancienne abbaye fondée en 581.

Saint-Hilaire de Poitiers.

99 En cel temps vindrent de rechef li Normant en Poito. Quant il s’en furent torné, Audoins li filz Bogin ne voc mia rendra la veraie croix qui fu en sa cité ; comandea, e fit la metra à Saint Sauveor qui est jota l’iglise Saint Chibart. Per ço fu malades sis corz VII anz, e en sa terra ot si grant famire que li uns hom mengiot l’autra, e s’entratuoent e menjeoent la charognia coma lop. En ce temps, les Normans vinrent derechef en Poitou. Quand ils s’en furent retirés, Audouin, le fils de Boson ne voulait pas rendre la vraie croix qui était dans sa ville, il commanda qu’on la plaçât dans l’église de Saint-Sauveur qui est près de Saint-Cybard.
Pour ce fait, il fut malade pendant sept ans, et il y eut dans sa terre une si grande famine que les hommes se mangeaient l’un l’autre, s’entretuaient, et se nourrissaient de charognes comme des loups.
Saint-Cybart de Saintes, fondée en l’an 581 (Charente-Inférieure)
100 E quant furent si contreint, Audoins lessa le precios fust e le rendist à Charros ob una bela chapse d’or, qu’il fit faire à Pestiers, e dona lor lobiliec, e cessa la pestilencia. Et quand ils se virent réduits à cette extrémité. Audouin abandonna le précieux bois et le rendit à Charroux avec une belle châsse d’or, qu’il fit faire à Poitiers, et il leur donna le preputium et la peste cessa. Loubille ? Canton de Chef-Boutonne, arrondissement de Melle (Deux-Sèvres) ? ou preputium Christi ?
101 Karle que li Franceis avoient gité dau regna, le covra, mes derechep en fu gitez. Charles, que les Français avaient détrôné, reprit possession du trône, mais il en fut de nouveau chassé.
102 E Robert fu reis qui estoit dus. Et Robert qui était duc, fut élu roi.
103 Mes Karles ala quirir aia a Odon l’empereor, e combati se ot les Franceis e tua Robbert e covra lo regna. Mais Charles alla quérir l’aide de l’empereur Eudes, il fit la guerre aux Français, tua Robert et recouvra son trône.
104 Taliaferz de Leon, par sa proezça covra l’emperi de Alemaignie, e gita en les Ongres com fit les Normanz. Taillefer de Léon, par sa prouesse, recouvra l’empire en l’Allemagne, chassa les Hongrois comme il avait fait des Normans.
105 E ala ostra mer, e laissa Odon son fil empereor, e cist Odo ot IIII filz. Puis il alla outre mer, et laissa Eudes son fils, et cet Eudes eut IIII fils.
106 A Gaufrei dona Pesto e Bourguognia. Icest comps Joffrez, fit l’abaia de Vendoma e fit labaia daus Nonans, e la contessa Agnis sa femma. A Geoffroy, il donna le Poitou et la Bourgogne. Le comte Geoffroy fonda l’abbaye de Vendôme, ainsi que l’abbaye des Nonnains, conjointement avec la comtesse Agnès, sa femme. L’abbaye des Nonnains ou Montier-neuf, fondée en 1066 à Poitiers par Geoffroy, duc d’Aquitaine.

L’abbaye de Vendôme, dédiée à la Sainte-Trinité, fondée en l’an 1033 par Geoffroy Martel, comte d’Anjou et Agnès, sa femme.

107 E dona grant terres en Pesto e comanda à l’abé qui fust abés daus Nonans, e que les tengnist coma recluses. Il donna de grands biens en Poitou, et ordonna à l’abbé qu’il y plaça de les tenir recluses.
108 A Ettonen, son fils dona Enguolesma, e Guascognie e Xainctongie e Peiregore, et a Gautier Tolosa e Lemozin e Auvergnia e tota la terra jusqu’à on Roina

............

A Emenon, son fils, il donna Angoulême et la Gascogne, la Saintonge et le Périgord, et à Gautier, Toulouse, le Limousin et toute la contrée jusqu’au Rhône.

............

Ci finist l’estoira de France. Ici finit l’histoire de France.

Mode d’emploi de la carte


- Pour centrer l’image sur un point de la carte, faire un double-clic gauche à cet emplacement.

- Pour trouver les trésors signalés par une balise rouge, cliquer sur la balise elle-même, tout en prononçant la formule "Sésame, ouvre toi ..." (c’est plus efficace).

- Pour faire un zoom avant ou arrière, utiliser les signes + ou - ou déplacer le curseur.

Nota : Un zoom important permet d’obtenir le nom des rues de la commune.

- Pour changer le mode d’affichage de la carte (plan / vue satellite / vue mixte), clic sur le mode choisi.

- Pour déplacer la carte, la faire glisser en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé.

- Pour ramener la carte à sa position d’origine, clic sur la croix centrale.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 799-911 Les invasions normandes - 16 Angoulême - 16 Auge-Saint-Médard - 16 Bouteville - 16 Merpins - 17 Archiac - 17 Arvert - 17 Chaniers - 17 Châtelaillon-Plage - 17 Clérac - 17 Île d’Oléron - 17 Mortagne-sur-Gironde - 17 Mosnac - 17 Muron - 17 Pont-l’Abbé-d’Arnoult - 17 Saint-Agnant - 17 Saint-Dizant-du-Gua - 17 Saint-Jean-d’Angély - 17 Saint-Séverin-sur-Boutonne - 17 Sainte-Marie-de-Ré - 17 Sainte-Radegonde - 17 Saintes - 17 Saujon - 17 Surgères - 17 Talmont-sur-Gironde - 17 Thaims - 17 Vaux-sur-Mer - 9e siècle - 10e siècle - 79 Saint-Maixent-l’Ecole - 79 Sainte-Soline - 79 Thouars - 85 Saint-Michel-en-l’Herm - 86 Poitiers - Boutonne (rivière) - Carte satellite - Charente (fleuve) - Légendes et traditions -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

4.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1901 - Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis - T XXX - Le cartulaire de l’abbaye de St Jean d’Angély I

2.  La Saintonge : chronologie détaillée, du 11ème siècle à la Révolution, et toutes les sources

3.  1545 - 1700 - Notes et documents sur la Réforme en Arvert et Oleron

4.  1812 - Les grands travaux du port de La Rochelle

5.  Page de test


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  1494 - 1808 - Archives de l’Hôpital Saint-Louis de Saint-Jean d’Angély

3.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  1120 - Cartulaire de l’église d’Angoulême - Terre de Bouchereau à Macqueville (17)

5.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux