Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Chronologie de l’histoire locale > Le Moyen-ge > 1337 - 1453 - La guerre de Cent Ans > Guerre de cent ans : sources franaises et anglaises > 1325 - 1383 - Le Soudan de La Trau, alli aux Anglais, rgne sur l’estuaire

1325 - 1383 - Le Soudan de La Trau, alli aux Anglais, rgne sur l’estuaire

mercredi 4 juin 2008, par Pierre, 1806 visites.

Un seigneur de guerre au nom trange a pris le parti des Anglais et rgne pendant plus de 50 ans sur Montendre, Didonne et Mortagne-sur-Gironde. Une position qui lui permet d’assurer la scurit de la navigation anglaise dans l’estuaire.

Pour voir sur une carte la zone tenue par le Soudan de Latran, suivre ce lien

Source : Revue Anglo-Franaise – de la Fontenelle de Vaudor – Poitiers – 1837 – Books Google - L’article prsent ici est de la main de Nicolas Moreau, de Saintes.

Il s’agit en ralit du "Soudan de la Trau" (voir prcisions donnes par un visiteur)

Le Soudan de Latran

Mortagne-sur-Gironde - Photo : P. Collenot - 03/2008

Maichin, dans son Histoire du Poitou et de la Saintonge, parle plusieurs fois du Soudan de Latran ; il l’indique comme possesseur de la terre de Didonne, et il en fait un seigneur de celle de Montendre , deux vieilles chtellenies de Saintonge qui avaient appartenu au mme matre ds le temps des premiers Captiens.

On trouve, dans les Rles gascons, le Soudan de Latran, commandant Montendre [1] et dans Talmont [2], deux fortes places au XIVe sicle.

Froissart l’appelle le Sire et le Soudich de Lestrade ; d’autres auteurs le nomment le Soudan ou le Soudich simplement.

Quelques recherches faites ce sujet nous ont appris que le Soudan tirait son nom d’une terre de Guienne, appele la Tresne, qui appartenait la famille de Preyssac, et nous avons lu, dans divers manuscrits, le nom de Soudich de Preyssac et d’Arneaud Bernard de Preyssac, dit le Soudan (Soldanus).

Latran se livra, ds sa premire jeunesse, la carrire des armes. Ds l’an 1325 il tait chevalier, et cinquante-trois ans aprs il affrontait Ivain de Galles sur la brche de Mortagne.

La chevalerie, cette poque, n’avait pas encore vieilli ; le titre de chevalier tait difficilement accord : prix de la valeur, il fallait avoir fait ses preuves pour l’obtenir, et le Soudan de Latran en fut pourvu dans un ge o tout autre n’et t qu’cuyer ou damoiseau.

Le testament de Rgime de Goth, petite-nice de Bertrand de Goth, archevque de Bordeaux, et pape sous le nom de Clment V, fait mention d’Arneaud Bernard de Preyssac, chevalier, dit le Soudan, l’an 1325. Ce testament de Rgime, fait en faveur de son mari, substitue celui-ci, en cas de mort, le Soudan, qui devait tre son proche parent.

Deux quittances de ce seigneur, de l’an 1340, le qualifient : l’une de Soudan de Preyssac, l’autre de Soudan de Latran, chevalier, seigneur de Didonne.

Les services qu’il rendit la couronne, en prtant son bras au roi de France pendant la guerre avec les Anglais, furent apprcis par Philippe de Valois ; ce monarque lui assigna un revenu de quatre mille livres (plus de 60,000 fr. d’aujourd’hui). Il lui donna plusieurs terres confisques, comme la chtellenie de Didonne, situe sur la Gironde, et dont les fiefs servants s’tendaient jusqu’ la Charente ; mais cette munificence royale ne put assurer la fidlit de Latran, il trahit les intrts de la France pour se donner Edouard III, qui tenait la Guienne en son pouvoir.

On voyait peu de chevaliers en Saintonge rsister l’entranement d’alors : chacun se dclarait pour la France ou pour l’Angleterre, selon que l’une ou l’autre de ces nations rivales l’emportait un instant dans l’interminable querelle. Aussi l’on savait honorer en France le serviteur fidle ; le roi se plaisait lui dcerner cet loge : Il m’a servi sans varier.

Il n’en pouvait dire autant du Soudich. Celui-ci embrassa la cause de l’Angleterre, et devint un grand ennemi de la France. Revtu de la faveur du prince de Galles, qui tait matre de la Saintonge nouvellement conquise, il fut maintenu dans la terre de Didonne et dans ses autres possessions.

L’indignation fut grande parmi les Franais qui tenaient honneur la fidlit dans les engagements. Plusieurs voulurent purger la terre du tratre. Foulques de Masta [3] vint l’attaquer dans Didonne mme, et, plus heureux ou plus brave que son adversaire, il parvint lui enlever le castrum. Cette chtellenie de Didonne, voisine de la Gironde, fut conquise par les Franais ; le roi Jean en gratifia le chef intrpide qui l’avait arrache son ennemi, ainsi que nous l’apprend le document suivant :

Don fait Foulques de Masta, chevalier, seigneur de Royan, en considration de ses services faits la guerre de Gascogne, de la terre et chtellenie de Didonne qu’il a conquise grands frais et dpens sur le Soudan de Latran, seigneur dudit lieu, notre ennemi et le sien particulier. Donn Saint-Mdard prs Soissons, le 6 octobre 1350 [4].

Latran tenait encore Montendre, qu’il avait fait fortifier, quand le prince de Galles lui confia le commandement de Mortagne, la plus importante place de la frontire de Saintonge.

Mortagne, situe sur la Gironde, avait un port qui n’tait pas encore entirement encombr par les sables et les vases que les flots y avaient jets ; C’est par la Gironde que les Anglais communiquaient avec la Guienne dont ils taient possesseurs ; les vaisseaux qui venaient d’Angleterre Bordeaux et s’en retournaient passaient devant ce port. C’tait pour les insulaires un poste bien important que le chteau de Mortagne, qui assurait en quelque sorte leur navigation sur le bras de mer. On ne dut le confier qu’ un capitaine expriment et intrpide. Le Soudan de Latran offrait au prince de Galles toute garantie cet gard.

Froissart, en parlant de Mortagne, en fait une place de Poitou [5]. Personne ne doutera cependant que cette ville ne soit la Mortagne de Saintonge, en rflchissant sur ce que dit le mme Froissart en ce passage de son. histoire :

Le duc d’Anjou dit Ivain de Galles : Vous irez en Poitou mettre le sige devant Mortaigne, que le sire de Lestrade tient…… Cinq cents lances de bons gens d’armes prirent le chemin de Xainctonge pour venir vers Sainct Jehan d’Angli. Ivain de Galles s’en vint Xainctes en Poitou, et l se rafreschit en ce bon pays et gras, autour de Xainctes en Poitou.... et s’en vindrent (les gens d’armes) mettre le sige devant Mortaigne, lequel chastel sant sur la rivire de Garonne prs et dessous son embouchure de la mer [6].

Le Soudan, qui tait remise la garde de Mortagne , faisait preuve de sa haute valeur et de sa vieille exprience dans la dfense de cette forteresse. Le castel, flanqu de tours, entour de quatre bastides, commandait la terre et la mer. Le vieux gouverneur, toujours sur pied, veillait aux crneaux menacs du ct de la terre et protgeait les navires qui voguaient sur le fleuve. Il eut rsister aux entreprises d’Ivain de Galles qui, la tte des Franais, tait sous les murs de la place pour en conduire le sige ; mais ce jeune guerrier reut d’un assassin un coup mortel en change d’une protection amicale, et le Soudan se trouva dbarrass d’un adversaire redoutable.

Le meurtrier du jeune Ivain, amen devant le Soudich, lui rcita de point en point toute l’histoire , et quand le Soudich l’eut entendue, si croulla la teste et le regarda moult fellement, et dit tu l’as meurdry, et saches bien tout considr que se je ne veoye notre trs grand profit en ce fait, je te feroye trencher la teste ; mais puisqu’il est fait il ne se peut deffaire, mais c’est dommage du gentilhomme quand il est ainsi mort : et plus nous y aurons de blasme que de louenge. (Froissart)

Le Soudan rendait justice son ennemi ; et quelque utile qu’ait t sa cause la mort du brave Ivain, il n’en mprisa pas moins le lche.

Le sige de Mortagne fut continu par les Franais. Le Soudich, malgr ses ruses et son intrpidit, ne put leur rsister ; dix-huit mois cependant s’coulrent avant qu’il capitult.

C’est en 1378 que le chteau de Mortagne fut rendu aux Franais. Une ordonnance de Charles VI nous fait connatre que, peu avant 1382, le Soudan de Latran tait encore possesseur de plusieurs chteaux de Saintonge, tels que Didonne, Mescher, Morsac [7].

Tels sont les documents obtenus de quelques recherches sur le Soudan de Latran , personnage peut-tre peu connu, mais qui fut nanmoins un des hommes remarquables du XIVe sicle.

MOREAU (de Saintes).


[1De loco de Montendre concesso Soldano de Latrawe, chivaler, 1377.

[2De confirmatione, pro Soldano de Latrawe, de locis de Montendre et Thalemond, 1381.

[3Foulques, issu des ancien comtes d’Angoulme, fut seigneur de Masta [NDLR : Matha], d’Arvert, de Mornac, de Royan , quatre chtellenies de Saintonge. Il pousa Yolande de Pons, fille d’Hlie Audel.

[4Le. 35e jour du rgne de Jean.
26 ans aprs, le roi Charles V ddommagea un autre chevalier, nomm Jean de la Personne, de la perte du chteau de Didonne que possdait encore le Soudan de Latran.
Don fait Jehan de la Personne , chevalier, vicomte d’Aunay, en considration de ses services et rcompense des pertes qu’il a faites, s guerres, du chastel et chtellenie de Didonne avec les autres hritages qui furent au Soudit de Lasterane , chevalier, qui s’est rendu publiquement ennemi du roi et du royaume, adhrant et tant dans le parti du roi d’Angleterre. A Bouvieux, le 16 septembre 1376.
(Extrait du Recueil manuscrit fuit autrefois par Fourny.)

[5Cette erreur, dans laquelle est tomb notre historien, provient de ce qu’il n’tait pas assez instruit de la gographie de la Saintonge ; il ignorait peut-tre qu’il existait, dans l’ouest de la France, d’autre Mortagne que celle du Poitou ; il avait une ide imparfaite de la position de la Gironde, qui, selon lui, coulait aussi en Poitou. Il n’y a pas jusqu’ la ville de Saintes dont il ne fasse, deux fois, une ville de Poitou.

[6Par cela seul que Froissart tablit que Mortagne est sur la Garonne (Gironde), prs et au-dessous de son embouchure, il dsigne Mortagne de Saintonge. C’est dans la Revue anglo-franaise qu’il convient de relever toute mprise gographique qui a trait l’invasion anglaise. Le laborieux rdacteur de cet ouvrage en a pris l’engagement dans son Introduction, qu’il termine en rectifiant une erreur d’un de nos contemporains, pour laquelle un vnement arriv au Petit-Niort, prs Mirambeau, dans la Charente-Infrieure, serait rapport la ville de Niort, dpartement des Deux Svres.

[7 Charles, par la grce de Dieu, roi de France, nostre am et fal trsorier de nos guerres Jehan le Flamant, salut et dilection.— Comme nostre trs chier seigneur et pre, que Dieux absoisse, eust baillie a nostre am et fal chlr Jehan la Personne, viconte Dacy, la garde des chaux et forteresses du Soudet de Lastran qui tient le part de nos ennemis, cest assavoir Didonne, Meschiers et St-Morsac et de plusieurs autres forteresses, etc.... Donn Paris, le 27 fvrier 1383.

Messages

  • Il s’agit du "soudan de La Trau". Le nom vient du chteau de La Trave, commune de Prchac, canton de Villandraut, dpartement de la Gironde. On appelait autrefois ce chteau de La Trau (prononcer La Traou) ; le titre de soudan, soldanus, soudanus, pouvait tre originairement attribu un syndic ou dfenseur de chteau(x) et l’office devenu hrditaire dans certaines familles, dont celle de Preyssac. Qu’il soit au service du roi d’Angleterre me semble tout naturel cette poque. Ce soudan fut un des seigneurs gascons qui se distingurent le plus la bataille de Poitiers en 1356. Il tait dans le corps command par le captal de Buch, et membre de l’ordre de la Jarretire.

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.