Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Faits divers > 1459 - Une rixe tourne mal Boutiers-St-Trojan (16) : un potier tue son beau-frre

1459 - Une rixe tourne mal Boutiers-St-Trojan (16) : un potier tue son beau-frre

dimanche 4 décembre 2011, par Pierre, 849 visites.

Pierre Faure et Estienne Boyn avaient pous les deux sœurs et taient rests voisins, mais en mauvaise intelligence, un jour Boyn tant venu couvrir de boue le laboratoire o Faure fabriquait
des pots en terre, une rixe s’en est suivie dans laquelle Boyn a t tu. Dans ce jugement de 1459, le roi Charles VII absout Pierre Faure.

Source : Jean de Reilhac, secrtaire, matre des comptes, gnral des finances et ambassadeur des rois Charles VII, Louis XI et Charles VIII : documents pour servir l’histoire de ces rgnes, de 1455 1499, par Jean de Reilhac (1430-1505) - BNF Gallica

A Chinon. Fvrier 1459

Querelle entre beaux-frres.

Rmission pour Pierre Faure, de la chtellenie de Cognac. (Sur parchemin)

1459 - Supplique d’un potier de terre en Angoumois.

Pro Petro Faure. Charles, &c. Nous avoir recue lumble supplicacion de Pierre Faure, potier de terre, natif de Villebois [1]. demourant Boutiers [2] en la chastellenie de Couignac & cont d’Angolmois, contenant que sept ans a ou environ ledit suppliant vint demourer audit lieu de Boutiers, ou il a tousiours depuis demour en usant de son mtier, & depuis deux ans ou environ se y est mari avec Marion Moliniere dudit lieu de Boutiers, apres lequel son mariage, il dressa son mestier de poterie en la part de l’hritaige de ladicte Marion sa femme. jouxte la part de Perrote Moliniere femme de feu Estienne Boyn, suer de sa dicte femme, pour laquelle cause & mesmement pour ledit hritaige de leurs dictes femmes icelluy feu Boyn qui estoit en son vivant homme malicieux print par plusieurs foiz dbat avec ledit suppliant & en
furent en proces en la court de Couignac, en laquelle icelluy feu Boyn en decheut dont il conceut encore plus grant hayne l’encontre dudit suppliant ;

Etienne Boyn jette de la boue dans le battoir de Pierre Faure.

& en mettant a excucion icelle hayne le lundi matin prouchain apres la feste de la Toussains derrenierement passe, getta icelluy feu Boyn de son hritaige joignant du bastouoir [3] de la poterie dudit suppliant environ trois ou quatre pales de boue ou sanie. Et quand ledit suppliant vint en sondit bastouoir & cougneut ladicte boue avoir est gette de fraiz en son dit bastouoir de l’ritaige dudit Bouyn, fut moult courrouci contre icelluy Boyn & incontinent en voulant besongner de sondit mestier, print un pannier & une bezoche [4] pour aler qurir du sable pour sondit mestier en sa terre, estant derrire la maison dudit feu Boyn, en y alant, trouva icelluy feu Boyn qui labouroit en son vergier, auquel il dist qu’il avoit mal fait de luy avoir gett la boue en son bastoer, a quoy ledit Boyn luy respondit qu’il la y avoit gett pour ce que ledit suppliant l’avoit paravant gett en son hritaige, lequel suppliant luy fist response que non avoit.

Injures entre les deux beau frres.- Coups de fourche dans la poitrine.

Et lors incontinent icelluy Boyn commenca a desmentir ledit suppliant & l’appeller vilain gordin [5] en jurant le Sang Dieu qu’il ne mourroit d’autres mains que des mains que des siennes, & non content de ce, mais en continuant sa malice, courut fus audit suppliant & d’une fourche de fer a deux broches qu’il tenoit, vint frapper ledit suppliant la poictrine, la part droicte au dessoulz de la tetine, en regnyant Dieu qu’il le tueroit & dudit coup luy fist deux playes bien griesves & derechief le frappa encores de ladicte fourche ung autre coup en ladicte poictrine pour le vouloir mettre mort, & si griesvement le navra qu’il en est demour en mains de barbiers environ ung mois. Et ainsi que icelluy Boyn bailla le second coup audit suppliant, il mist sa main dextre audevant de ladicte fourche & arriva de va mettre entre les deux brans d’icelle pour obvier la mort, & de ladicte bezoche, laquelle il tenoit en sa main senestre en frappa ung seul coup icelluy Boyn & le assena en la teste audessus de l’oreille dextre, non cuidant le navrer mort.

Chute de l’agresseur sur un mortier en terre qui occasionne la mort.

Duquel coup icelluy Boyn cheut revers & a la cheute frappa sa teste sur ung mortier de terre, & l’occasion de ce ledit jour, environ heure de vespres, ala de vie a trespassement. Pour occasion duquel cas ainsi advenu, ledit suppliant doubtant rigeur de justice sest absant du pais, dlaiss sadicte Marion Molinier sa femme, de l’aage de … ans grosse d’enfant, laquelle depuis est acouche d’une fille, & n’y oseroit jamais retourner, ne converser, mais est en aventure de finer ses jours msrablement. sesdictes femme & enfans tourner mendicit, se noz grace & misricorde ne luy estoient sur ce imparties.

La victime avait t tout d’abord l’agresseur.

En nous humblement requrant que attendu ce que dit est, & que ledit deffunct a est aggresseur & premier invaseur, tant de fait que de parolle & autrement & que de parolle & que en autre cas ledit suppliant a tousiours est homme de bonne vie, renomme & honeste conversacion, sans jamais avoir est attaint ne convaincu d’aucun villain cas, blasme ou reprouche, il nous plaise nosdictes grace & misricorde luy impartir. Pourquoy nous les choses dessusdictes considres, voulans grace & misricorde prfrer rigueur de justice, audit Pierre Faure suppliant ou cas dessusdit, avons quitt, remis & pardonn & par la teneur de ces prsentes, de grace espcial, plaine puissance & auctorit royal quittons, & pardonnons le fait & cas dessusdit avec toute peine, amende, offence corporelle, criminelle & civile, en quoy pour occasion il pourroit estre encouru envers nous & justice. Et l’avons restitu & restituons sa bonne fame & renomme, au pai... & ses biens non confisquez, satisfacion faicte partie civilement tant seulement, se faicte n’est, en mettant au nant tous deffaulx, ban & appeaulx, s’aucuns s’en sont ou estoient pour ce ensuiz. Et sur ce imposons silence perptuel nostre procureur.

Mandement au Snchal de Saintonge

Si donnons en mandement par ces prsentes nostre seneschal de Xaintonge & a tous nos autres justiciers ou a leurs lieuxtenans prsens & avenir & a chacun d’eulx, si comme luy appartendra, que de nostre prsente grace, quittance, rmission & pardon facent, seuffrent & laissent ledit suppliant joir & user plainement & paisiblement sans le molester, travailler ou empescher, ne souffrir estre travaill, molester ou empesch ores ne pour le temps avenir, en corps ne en biens quelconques en aucune manire, mais se sen corps ou aucuns de ses biens sont ou estoient pour ce prins, saisiz. arrestez ou empeschez, les luy mettent ou facent mettre sans delai plaine dlivrance.

Et afin. &c. Sauf, &c.

Donn Chinon ou mois de fvrier l’an de grace mil CCCC cinquante neuf & de nostre regne le XXXVIIIe. Ainsi sign.

Par le Roy

A la relacion du Conseil

J. DE REILHAC.

Visa contentor.

(Arch. JJ. 190, fol. 3, v.)


[1Villebois Lavalette, chef-lieu de canton, arrond. d’Angoulme (Charente).

[2Boutier-Saint-Trojan, canton et arrond de Cognac (Charente).

[3Battoir.

[4Pioche, houe, bche (Du Cange).

[5Stupide, niais (Du Cange)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.