Plan du site : détail / réduit
Mots-clés
Liens
S'abonner
Forum
Contact
 
Vous êtes ici : Accueil » Grands thèmes d’histoire locale » Rivières, étangs et marais » Aménagement du fleuve Charente pour la navigation » 1773 - Un beau projet pour rendre la Charente navigable de Civray (86) à (...)

1773 - Un beau projet pour rendre la Charente navigable de Civray (86) à Cognac (16)


D 25 janvier 2018     H 15:25     A Pierre     C 0 messages A 129 LECTURES
Carte du cours de la rivière de Charente depuis Chenon jusqu’à La Terne dressée sur le rapport de Mr le Comte d’Eschoisi
Date : 17 juin 1726 - Source : BNF - Gallica

Un beau projet : rendre le fleuve Charente navigable depuis Civray (en Poitou) jusqu’à Cognac (de Cognac à la mer, c’est déjà réalisé). 160 km de rivière à dompter. Un projet tellement beau qu’il a traversé les siècles..., mais n’a jamais pu aboutir.
Le 20 septembre 1775, un Arrêt du Conseil ordonne l’exécution d’ouvrages pour rendre la rivière de la Charente navigable, depuis Civray jusqu’à Angoulême, et en perfectionner la navigation depuis Angoulême jusqu’à Cognac (voir le texte de cet arrêt)
Des études préalables avaient déjà été réalisées, comme le montre ce croquis ci-dessus fourni par le Comte d’Echoisy en 1726.
Les ingénieurs ont fait des plans, d’autres des croquis.
Nous avons retrouvé le projet mis en forme par Pierre Trésaguet (1716-1796), ingénieur en chef des ponts et chaussées de la généralité de Limoges, intitulé "Mémoire sur le projet relatif à la navigation de la Charente" et publié à Limoges le 6 janvier 1773.

Au-delà de son aspect technique, ce document est un exemple typique du travail des ingénieurs du XVIIIème siècle, avec ses plans minutieusement dessinés à la plume et à l’aquarelle.
74 ouvrages (principalement des écluses) sont proposés par Pierre Trésaguet sur le parcours sinueux du "plus beau fleuve du royaume"

Il se dit dans les salons que le Duc de La Rochefoucauld était farouchement opposé à ce projet : il n’aurait pas supporté d’exposer aux regards (ou plus) des gabariers ses beaux jardins de Verteuil. De mauvaises langues, sûrement...

Avec le pointeur de votre souris, survolez les images, et redonnez leur la vie que leur avait insufflé Pierre Tresaguet en 1773 (croquis des lieux avant et après travaux).

Au bas de cette page, un diaporama contenant quelque unes des images les plus significatives de ce document. J’y vais

Voir aussi : 1775 - Louis XVI veut améliorer la navigation sur le fleuve Charente

Source : BNF Gallica

  Sommaire  

Le fleuve Charente : la zone encadrée est celle concernée par le projet de Pierre Trésaguet.

 Une couverture... de poids

 Mémoire sur le projet relatif à la navigation de la Charente

Quelques extraits

Une rivière dont la pente est trop rapide ne peut être rendue navigable qu’en soutenant les eaux d’espace en espace par le moyen de digues et en ménageant dans ces digues des passages qui restent fermés habituellement pour soutenir les eaux et qu’on ouvre lorsqu’il est nécessaire de faire passer des bateaux pour les refermer immédiatement après.

Il y a deux manières connues de disposer ces passages par lesquels les bateaux doivent descendre du Canal supérieur dans l’inférieur, ou remonter de celuy ci dans l’autre : on peut faire à chaque chute des écluses ou sas à deux portes entre lesquelles le bateau monte ou descend avec l’eau qui entre du canal supérieur dans le sas, ou qui s’écoule du sas dans le canal inférieur ; ou bien l’on se contente de simples pertuis ou pas que le bateau franchit en descendant à l’aide du seul courant ou qu’il remonte malgré ce courant à l’aide de machines ou au moyen des efforts de plusieurs couples de boeufs ou de chevaux.
...
La rivière de Charente est précisément dans le cas dont on vient de parler. Sa rapidité, quoique trop forte pour qu’elle soit navigable sans art, n’est cependant pas excessive ; son cours est rempli de moulins, dont les chutes sont presque toutes au dessous de 3 pieds 1/2 et dont les intervalles forment de très beaux canaux suffisamment fournis d’eau en tout tems. Enfin son cours depuis Civray jusqu’à Cognac est continuellement bordé de prairies qui forment le fond d’un vallon très plat et très large. On s’est déterminé en conséquence à ne se servir que de pertuis pour la rendre navigable, à l’exception de trois endroits où la chute étant au dessus de 4 pieds, l’on sera obligé de construire des sas. Ces endroits sont la forge de Ruffec, la digue du moulin Minotte et celle de Lezay et Refoux.

Les pertuis tels qu’ils sont en usage sur la plupart des rivières navigables et en particulier sur la basse Charente ont de grands inconvénients qui en rendent le passage très difficile et souvent dangereux, soit pour les bateaux, soit pour les hommes qui manœuvrent.

Article 1er - Emplacement des écluses.

On s’est le plus souvent assujetti dans ce projet à se servir des canaux de dérivation des moulins pour épargner la dépense d’en ouvrir de nouveaux dans des prairies précieuses au milieu desquelles, comme on l’a déjà dit, la rivière serpente depuis Civray jusqu’à Cognac sans interruption sur 40 lieues environ de longueur en occupant par ses sinuosités toute la largeur du vallon qui a communément 1000 à 1200 toises d’un coteau à l’autre. Non seulement la fouille de ces nouveaux canaux auroit été fort chère, mais il auroit encore fallu sacrifier de très grandes sommes pour l’indemnité des terreins qu’on auroit pris pour leur emplacement.

Comme la rivière a presque partout sur ses bords la même profondeur à peu près que dans le milieu de son cours, on a profité de cette circonstance pour placer le plus souvent les pertuis sur le bord même de la rivière au point le plus haut des digues et le plus éloigné des moulins. Cette position réunit plusieurs avantages :
1- le passage des gabarres cause moins d’incommodité aux moulins et les fait chômer moins longtems
2- La manœuvre et le service de l’écluse et des bateaux en devient infiniment plus facile puisqu’un des bajoyers [1] tenant toujours au rivage, les matelots et les éclusiers n’ont aucune peine à aborder et à se placer sur les bajoyers pour ouvrir commodément les portes. De plus la puissance qui sert à remonter les bateaux se place à volonté dans l’endroit

 Ville et port de Civray, sur la rivière de Charente

 N° 1 Ecluse Minote

Survol_01

 N° 2 Ecluse Dalidan

Survol_02

 N° 3 Ecluses de Leret et de Réfoud

Survol_03

 N° 4 Ecluse de Bridet

Survol_04

 N° 5 Ecluse de Roche, sous les poiriers

Survol_05

 N° 6 Ecluse de Comporté

Survol_06

 N° 7 Ecluse de Saint Mascou

Survol_07

 N° 8 Ecluse de Roche sous Nieul

Survol_08

 N° 9 Ecluse de Mérane

Survol_09

 N° 10 Ecluse du moulin du Rocq

Survol_10

 N° 11 Ecluse de Chambe

Survol_11

 N° 12 Ecluse du moulin Boutier

Survol_12

 N° 13 Ecluse de Follemprise

Survol_13

 N° 14 Ecluse du moulin de Lisle

Survol_14

 N° 15 Ecluse à sas de la forge de Ruffec

Survol_15

 N° 16 Ecluse de la Riche

Survol_16

 N° 17 Ecluse de Guergueil

Survol_17

 N° 18 Ecluse de Réfousson

Survol_18

 N° 19 Ecluse de Condac

Survol_19

 N° 20 Ecluse de Réjallant

Survol_20

 N° 21 Ecluse de Montigny

Survol_21

 N° 22 Ecluse d’Aiguependant

Survol_22

 N° 23 Ecluse de Vilegard

Survol_23

 N° 24 Ecluses de Vogué ou de Cuchet

Survol_24

 N° 25 Ecluses et port de Verteuil

Survol_25

 N° 26 Ecluse de Régner

Survol_26

 N° 27 Ecluse de Roche

Survol_27

 N° 28 Ecluse de Guégarnaud

Survol_28

 N° 29 Ecluse du Geay

Survol_29

 N° 30 Ecluse de Durant

Survol_30

 N° 31 Ecluse de Bayers

Survol_31

 N° 32 Ecluse de Ferrone

Survol_32

 N° 33 Ecluse d’Aunac

Survol_33

 N° 34 Ecluse de Moutonneau

Survol_34

 N° 35 Ecluse de Fonclaireau

Survol_35

 N° 36 Ecluse de Baudant

Survol_36

 N° 37 Ecluse de Mansle

Survol_37

 Moulin de Goué, ruiné, au dessous de Mansle

 N° 38 Ecluse de Chateaurenau

Survol_38

 N° 39 Ecluse de Poux

Survol_39

 N° 40 Ecluse du Moulin Neuf (Echoisy)

 N° 41 Ecluse du moulin de Grave

 N° 42 Ecluse de La Terne

Survol_42

 N° 43 Ecluse de Villognon

Survol_43

 N° 44 Ecluse d’Amberac

Survol_44

 N° 45 Ecluse de Bissac

Survol_45

 N° 46 Ecluse de la Chapelle

Survol_46

 N° 47 Ecluse du Moulin Neuf

Survol_47

 N° 48 Ecluse de Pontour

Survol_48

 Moulin de Moulins

 N° 49 Ecluse de Vouharte

Survol_49

 N° 50 Ecluse de Bignac

 N° 51 Ecluse de Basse

 N° 52 Ecluse de la Marchotte ou de Montignac

Survol_52

 N° 53 Ecluse de Cez ou Parjot

Survol_53

 N° 54 Ecluse de Marsac

Survol_54

 Moulin de Guissal

 N° 55 Ecluse de Coursac

Survol_55

 N° 56 Moulin de Vindelle

Survol_56

 N° 57 Ecluse de Balzac

Survol_57

 N° 58 Ecluse de Chalone

Survol_58

 N° 59 Port et faubourg de l’Houmeau (Angoulême)

Survol_59

 N° 60 Ecluse de Touverac

Survol_60

 N° 61 Ecluse de Basseau

Survol_61

 N° 62 Moulin de Fleurac

Survol_62

 N° 63 Ecluse de Mote Charente

Survol_63

 N° 64 Ecluse de St Hermine ou du Fâ

Survol_64

 N° 65 Ecluse de Laliège

Survol_65

 N° 66 Ecluse de Saint Simeux

Survol_66

 N° 67 Ecluse de Malvit

Survol_67

 N° 68 Moulins de Furet ou Châteauneuf

Survol_68

 N° 69 Ecluse de Vibrac ou du Pont Bonet

Survol_69

 N° 70 Ecluse du Pas du Loup

Survol_70

 N° 71 Ecluse de Saintonge

Survol_71

 N° 72 Moulin de Gondeville

Survol_72

 N° 73 Partie du Parc et de la ville de Jarnac

 Partie de la ville de Cognac


Voir en ligne : Mémoire sur le projet relatif à la navigation de la Charente - Limoges ce 6 janvier 1773, Tresaguet

Portfolio

  • 0 Une couverture de poids
  • N° 0 Ville et port de Civray
  • N° 1 Plan de l'écluse de Minotte
  • N° 1 Plan de l'écluse de Minotte
  • N° 1 Plan de l'écluse de Minotte
  • N° 1 Plan de l'écluse de Minotte
  • N° 2 Ecluse Dalidan - Profil sur la largeur du côté d'amont
  • N° 2 Ecluse Dalidan - Plan du dessus du bajoyer
  • N° 4 Ecluse de Bridet - Plan de la fondation des bajoyers au niveau du (...)
  • N° 6 Ecluse de Comporté
  • N° 8 Ecluse de Roche sous Nieul
  • N° 14 Ecluse du moulin de l'Isle - Plan de l'écluse au niveau du (...)
  • N° 15 Ecluse à sas de la forge de Ruffec
  • N° 15 Ecluse à sas de la forge de Ruffec - Plan du dessus de l'écluse (...)
  • N° 15 Ecluse à sas de la forge de Ruffec - Coupe sur la longueur
  • N° 20 - Ecluse de Réjallant
  • N° 37 Ecluse de Mansle
  • N° 25 Ecluses et port de Verteuil
  • N° 42 Ecluse de La Terne
  • N° 59 Port et faubourg de l'Houmeau à Angoulême
  • N° 61 Ecluse de Basseau
  • N° 62 Moulin de Fleurac
  • N° 66 Ecluse de Saint Simeux
  • N° 73 Partie du parc et de la ville de Jarnac
  • N° 74 Partie de la ville de Cognac

[1Un bajoyer est une des deux parois latérales d’une écluse. Il fait office de mur de soutènement des terres. Les bajoyers peuvent être en bois, en maçonnerie, en béton ou en métal.

...
Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Ambérac - 16 Angoulême - 16 Aunac - 16 Balzac - 16 Bassac - 16 Bayers - 16 Bignac - 16 Cellettes - 16 Cognac - 16 Condac - 16 Fléac - 16 Fontclaireau - 16 Gondeville - 16 Jarnac - 16 La Chapelle - 16 Luxé - 16 Mansle - 16 Marsac - 16 Montignac-Charente - 16 Ruffec - 16 Touvérac - 16 Verteuil-sur-Charente - 16 Villegats - 16 Villognon - 16 Vindelle - 18e siècle - 86 Civray - Aménagement du territoire - Canaux, navigation intérieure - Charente (fleuve) -

Rechercher dans le site :