Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Chronologie de l’histoire locale > La Renaissance > 1533 - 1850 - Le protestantisme en Angoumois, Aunis et Saintonge > De l’Edit de Nantes à sa révocation (1598-1685) > 1683 - Factums catholiques contre les Prétendus Réformés de (...) > 1683 - Factum contre les Prétendus Réformés de Bourg-Charente

1683 - Factum contre les Prétendus Réformés de Bourg-Charente

jeudi 29 novembre 2018, par Pierre, 53 visites.

Factum : Récit de l’une des parties, destiné aux juges, exposant sommairement les faits d’un procès. Il s’agit ici d’argumentaires en faveur de la partie catholique (Diocèse de Saintes), contre les Protestants.

Le dé-tricotage de l’Edit de Nantes, pendant les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, se fait de différentes manières :
- par l’usage de la justice Royale, ce qui nous donne des dossiers d’argumentaires (factums) pour aider le clergé du diocèse de Saintes à lutter contre les protestants ;
- par l’usage de la force : dragonnades, mises au couvent, envoi aux galères, etc.

L’intérêt de ces "Factums" est la description de la situation locale du protestantisme pendant les règnes de Henri IV, Louis XIII et Louis XIV, avec les noms et les rôles des acteurs locaux, lorsque cela est utile à l’argumentaire..

Source : Factums pour le syndic du clergé du diocèse de Saintes contre les prétendus réformés de Saintonge, sur le sujet des temples et des exercices publics de leur religion qu’ils ont établis dans le diocèse de Saintes, par contravention aux édits. - 1683 - BNF Gallica

Voir ici une page de synthèse sur les 41 factums en cours de publication sur ce site. On y trouve la liste des lieux concernés par un Factum, et les références réglementaires sur lesquelles s’appuie le rédacteur, Monseigneur de Châteauneuf.

BOURG-CHARENTE.

FACTUM
pour le Syndic du Clergé du Diocese de Saintes, demandeur.
Contre les Prétendus Reformés de Bourg-Charente, defendeurs.

Ce n’est que depuis environ trente ans, que les P. R. de Bourg-Charente ont commencé d’établir sans raison, & sans la moindre apparence de droit, un exercice public de leur Religion dans leur Bourg : cependant ils sont résolus de le soûtenir, quelque mal fondé qu’il puisse estre ; mais il est bon qu’ils sçachent que ce n’est pas assez d’entreprendre pour réussir, & ils doivent s’attendre qu’on ne souffrira pas qu’ils fassent impunément des entreprises si hardies, & si manifestement contraires aux Edits & aux Déclarations du Roy.

Dans les titres qu’ils ont produits, non feulement il n’est point parlé de l’année 1577. mais mesme il n’est fait aucune mention des années 96. & 97. requises par l’Edit de Nantes. Le Papier Baptistaire qu’ils produisent, ne commence qu’en 1609. douze ans après l’Edit de Nantes. Croyent-ils pouvoir imposer aux Juges, en disant que leurs titres ont esté perdus ? On demeure bien d’accord que les Seigneurs de Bourg-Charente ont fait faire dans leur Chasteau quelque exercice de la R. P. R, Ils faisoient venir quelquefois des Ministres des Paroisses voisines, qui leur donnoient quelques Presches, & qui administroient des baptesmes. Les baptesmes, dont il est fait mention dans les premières pages du Papier Baptistaire produit par les défendeurs, sont faits par les Ministres de Cognac, de Jonzac, de Lignieres, de Marennes, de Pons, de Seconzac, de Saintes, & de Baigne. Ce qui fait voir que les Seigneurs de Bourg-Charente n’avoient pas mesme un exercice réglé dans leur Chasteau, n’ayant pas pour l’ordinaire de Ministre qui leur fut propre, : & qui fût attaché à eux.

Dans la suite du temps ils firent cesser tout-à-fait l’exercice dans leur Chasteau, & voulurent se décharger .de l’incommodité qu’apportent ordinairement ces sortes d’Assemblées. Pour cet effet, ils donnèrent une maison dans le lieu de Bourg-Charente aux Prétendus Reformez de ce lieu pour y faire leurs Assemblées. Ils y ont établi depuis environ trente ans l’exercice public de leur Religion.

Le Syndic du Clergé de Saintes demande l’interdiction de cet exercice établi sans aucun fondement, & la démolition du lieu où il se fait. Demande aussi ledit Syndic la restitution d’un cimetière que les P. R. ont usurpé sur eux, sauf aux défendeurs de se pourvoir pour avoir un autre cimetière.

Monseigneur de CHASTEAU-NEUF, Rapporteur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.