Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Etablissements religieux > Abbayes, monastres et commanderies > Ordre des Templiers et hospitaliers > 1229 - 1242 - Chartes de donation aux tablissements hospitaliers

1229 - 1242 - Chartes de donation aux tablissements hospitaliers

mardi 21 octobre 2008, par Pierre, 1201 visites.

Source : Bibliothque de l’Ecole des Chartes - 1854 - Books Google

Anciennes chartes franaises conserves aux Archives du Dpartement de la Vienne.

Les archives du dpartement de la Vienne possdent quatre chartes franaises de la premire moiti du treizime sicle. Les deux plus anciennes appartiennent la Saintonge, la troisime au bas Poitou et la quatrime l’Aunis ; toutes quatre se trouvent parmi les titres concernant les commanderies de Saint-Jean du Perrot et du Temple la Rochelle.

Ces documents originaux nous fournissent de prcieux spcimens du dialecte autrefois usit en Poitou et dans les provinces voisines de Saintonge et d’Aunis.

Entre autres formes caractristiques, on y remarquera surtout le gnitif de l’article, dau au singulier masculin, dans au pluriel des deux genres ; l’adjectif dmonstratif icau, ceaus, caus ; le pronom relatif liquaus, laquau, et les prtrits ogu, aguirent, vougu, vouquist, recegu. On notera aussi l’emploi habituel des voyelles ei, ou simplement de l’e au lieu de oi, comme dans assaver, torneis, meite, mei, dreiture, seit, poeit, poee.

Ne voulant reproduire ici que des textes originaux, nous nous contenterons de mentionner trois chartes de la mme priode qui se trouvent dans le recueil de dom Fonteneau conserv la bibliothque publique de Poitiers. La premire, de l’an 1208, contient la confirmation par Guillaume de la Roche, chevalier, sire de Machecou, d’une donation faite aux templiers de la Rochelle, par Guillaume de Tournai, chevalier, son vassal [1]. C’est la plus ancienne charte en idiome poitevin dont nous ayons connaissance. L’original transcrit par dom Fonteneau existait aux archives du Temple de la Rochelle ; il ne s’est pas retrouv dans ce dpt qui fait aujourd’hui partie des archives du dpartement de la Vienne. La deuxime pice, emprunte au chartrier de l’glise cathdrale de la Rochelle, porte la date du 7 mars 1238 (v. s.) ; par cet acte, autrefois muni du sceau de Geoffroi de Lusignan, seigneur de Vouvant, Aimeri Forestier et Alas, sa femme, reconnaissent devoir Rolland de la Flocelire, chevalier, vingt-deux livres et demie de corve payables la prochaine fte de saint Philippe et saint Jacques [2]. Enfin, sous la date de 1247, se prsente un texte d’une grande importance, mais reproduit par dom Fonteneau d’aprs une copie trs-dfectueuse : ce sont les coutumes de Charroux confirmes par Hugues de Lusignan, comte de la Marche [3]. M. de la Fontenelle les a publies avec traduction et commentaires dans les Mmoires de la Socit des antiquaires de l’Ouest [4]. Pour n’oublier aucune des chartes en dialecte poitevin qui appartiennent la premire moiti do treizime sicle, nous devons encore signaler celle qui a t publie dans l’histoire gnalogique de la maison de Chasteigner par Duchesne [5] ; elle est date de 1220, et a pour objet un accord entre Jean Chasteigner, chevalier, seigneur de la Chastaigneraie, et Jean, prieur de Raumur, au sujet des limites de leurs fiefs.

Avril 1229

Acte par lequel Aimeri Acharies et ses frres donnent aux Frres hospitaliers de Jrusalem le tiers d’une pice de terre situe devant la porte de l’hpital de Fontsche et leur vendent les deux autres tiers pour la somme de trente livres tournois, du consentement de Hugues, sire de Taunai-sur-Charente. — Orig. parch., autrefois scell du sceau de ce seigneur. Commanderie du Perrot la Rochelle.

Ge Aimeris Acharies e ge Johans Acharies e ge Willaumes Acharies e ge Hugues Acharies e ge Robert Acharies fazom asaver toz ceos qui ceste prsente chartre veiront e oiront, que nos avons [6] don et otre en pure e en durable aumoune Deu e al sainte maison de l’ospitau de Jrusalem e aus freres de cele meisme maison, por la salu de noz armes e de trestot nostre lignage, la terce partie de la terre qui est entre le borc de Fontsche [7] e la maison maistre Willaume le corloaner [8], qui est davant la porte de l’ospitau [9], e est entre la ve qui vait de la chapele de l’ospitau jusque au borc d’une part, e eissi cum ele s’en desent par la ve de Tourne Gaidon [10] vers la maison Willaume de Chambon jusque aus ouches de l’ospitau de l’autre part. E les does parties de cele meisme terre qui remaigneent nos avom vendues e otreeies ausdiz freres de la sainte maison de l’ospitau de Jerusalem, faire tote lor volont delivrement e durablement, por XXX libres de torneis ; les quaus deniers nos avom ogu et recegu daus diz frres, et nos en tenom et somes tenu bien pai. E ge Pere Estormiz, clers, qui ave en la terre desus nome la meit dau terrage, donai e otreai e quittai ausdiz freres de la sainte maison de l’ospitau tote la dreiture que ge i ave ne aver i poee ni autre por mei, faire tote lor propre volont durablement sans contenz e sans contredit que ge i puisse metre de ci en avant ne autre por mei. E ge Aimeris Acharies e ge Johans Acharies e ge Willaumes Acharies e ge Hugues Acharies e ge Robert Acharies e ge Pere Estormiz desus nom preames e requisimes sire Hugue de Taunai, en cui feu la dite terre ereit, que il vouguist e otrast la dite aumoune e ladite vende, e que il apousast en ceste presente chartre son saiau. E ge Hugues, sires de Taunai sus Charante, fois asaver toz ceos qui ceste prsente chartre veiront e oiront que ge, por la salu de m’arme e de toz mes ancessors e de mes successors, ai vougu e otreei la dite aumoune e la dite vende, e ai don en pure e en durable aumoune tote la seignorie et tote la dreiture que ge ave ne aver poee en la terre desusnome ladite maison dau dit saint hospitau de Jerusalem e aus frres. E por ce que ceste chose seit plus ferme e plus estable e que contenz nen puisseit estre on [11] temps qui sont avenir, ge en ai done ceste prsente chartre, la requeste daus parties, audiz freres de la sainte maison de l’ospitau, saele e conferme de mon saiau en maire garentie de verit. Ce fut fait l’an de l’incarnation Jesu Crist M.CC. e XXIX on meis d’avril.

Avril 1242

Concession par Gauvaing de Taunay-Charente, chevalier, aux frres hospitaliers de Fontsche, du consentement de Hugues seigneur de Taunay-Charente, son neveu, moyennant vingt-cinq sous de cens, d’une terre situe au bourg de Fontsche entre le chemin du chteau et la terre qu’ils avaient acquise d’Aimeri Acharies et de ses frres. — Orig. parch., autrefois muni du sceau du donateur et de celui de Hugues, seigneur de Taunay-Charente. Commanderie du Perrot la Rochelle.

Ge Gauvaings de Taunay-Charante, chevalers, filz fahu Jofre daudit Taunay-Charante, fois asaver toz ceos qui ceste presente chartre veiront e oiront que ge, ot l’otrei e ot la volont de Hugues [12], seignor de ceo meisme Taunay, mon nevou, ai don, otrei e baill aus frres de la sainte maison de l’ospitau de Jherusalem, estanz en lor maison de Fontseiche, la terre que ge aveie on dit bourc de Fontsche ; ce est asaveir entre lo chemin qui vait au chasteu e la terre que il aguirent de Aimeri Acharies e de ses freres, ot tote la seignorie e ot tote la dreiture que ge i aveie, por XXV sol. de cens, des quaus XXV sol. ge ai don v sol. Deu e a ladite maison de l’ospitau de Fontsche por faire l’anniversaire fahu Ostent Beraut, chevaler, toz temps mais cbascun an, e li XX sol. sont rendre chascun an la feste de la Tephaine, la requeste de mei ou de mon comandement, mei e mes hers durablement. E se il n’esteient rendu la requeste de mei ou de mon comandement ou de mes hers ladite feste, ge en aureie V sol. de gatge ou mi her, e leireth [13] mei ou mes hers venger sor les chouses de la vile de Fontsche tant que ge ou mi her aguissem [14] lodit cens enterinement. E maire fermet de ceste chouse, ge en ai don aus davant diz freres ceste presente chartre saieleie e confermeie dau saiau Hugues davant dit segnour de Taunay mon nevou, ensembleiement ot lo mien saiau, en testimoine de vrit. Ce fut fait l’an de l’incarnation Jesu Crist M.CC.e XXX, ou meis d’avril.

1238

Accord fait, en prsence de Pierre Arbert, archidiacre de Thouars , entre frre Robert de Noers, commandeur de Launai, et les frres hospitaliers de cette maison, d’une part, et Josselin Proost et Tphaine sa femme, d’autre part, au sujet d’une aumne faite cette commanderie par Tline, veuve de Geoffroi Breibo, chevalier, sur le fief de la Loatire, paroisse de la Gaubretire. — Orig. parch., autrefois scell du sceau de l’archidiacre de Thouars et de celui du commandeur. Commanderie du Perrot la Rochelle.

A toz caus [15] qui veirant e oirent cestes presentes letres, Peres Arberz, humles arcediacres de Thoarceis icau tens, saluz en Nostre Seignor. Noz faimes [16] asaveir toz caus qui veirant e oirent cestes presentes letres, quar cum au fust [17] cuntenz entre frere Robert de Noers, comandeor de Launei [18] icau tens, e les freres de la maison, de l’une partie, e Jocelin Proost e Tepheine sa fenne, de l’autre, sus l’aumne que ma dome Teeline, fenne feu Jofrei Breibo, chevaler, aveit fait De e aus hospitaulers de la maisum de Launei sus lo f de la Loatere, liquaus fez est asis en la parroise de la Guaubertere [19], aprs meintes cuntenz ouz [20] entre lo davant dit comandeor e les freres de la maisum de Launei e lo davant dit Jocelin e sa fenne, fut reguard quaul aumne segun la value dau f de la Loatere la davantdite Teeline poeit faire, e fut acord entre les parties par davant nos que li davantdiz Jocelins o la davantdite Thepheine sa fenne, o lor heir, en rendreient dez solz annaument tant solement audavant dit comandeor o aus freres de l’ospitau de Launei o lor comandemanz Morennes en la feste de Toz Seinz, e li davant dit frere de la maisun de l’opitau devant dit sunt tenu quarder e dfendre per toz los o dreit lo davant dit Jocelin e la davant dite Thepheine sa fenne e lor herz ausi cum lor autres homes. E per co que jamais ne fust cuntenz daus choses desus dites entre les parties davant dites, nos jujames que segum la valor dau f, que co esteit ben aumne avenanz, e lor en donames cestes presentes letres seeles en nostre seia en testimoine de verit. E li davantdiz frres Roberz, comanderes de la maisum davantdite, i aposa otot sum seia en testimoine de verit. Co fut fait en l’an de l’incarnacion Nostre Seignor mil e dos cenz e trente e huit.

Avril 1230

Don par Jeanne la Grasse aux chevaliers du Temple de la Rochelle d’un marbotin de rente sur sa maison sise en cette ville. — Orig. parch., jadis scell. Commanderie du Temple de la Rochelle.

Ge Johane la Grasse fois assaver toz ceaus qui ceste presente chartre veiront e oiront que ge ai don e otrei Deu e aus freres de la chevalerie deu [21] Temple de la Rochele en ajue la terre sainte d’outremer, en pure e perdurable aumosne, por la salu de m’arme e de mon pere e de ma mere e de mon autre lignage, un marbotin de rente chascun an sus ma maisun qui est Saint Sauveor e sus la place susquei ele siet ; laquaus maisuns se tient dune part la venele Saint Sauveor e d’autre part la maisun Pere Amic lo barbeor, e par detreis la maison la Bechemore. Lequau marbotin deit estre rendu chascun an aus davant diz freres ou lor comandement en la Rochele durablement la feste de Pasques. E por ceu que ceste chouse seit plus ferme e plus estable, maistre Pere de Codres, qui adonques esteit vicaires sire Aymeri dau Broil, arcidiacre d’Aunis, saela e conferma ma requeste ceste prsente chartre, laquau ge donai aus davant diz frres, de son seau maire garantie de vrit. Ceu fut fait l’an de l’incarnation Jesu Crist M. CC.e XLII, ou meis d’avril.

REDET.


[1Recueil de dom Fonteneau, tom. XXV, p. 305.

[2Recueil de dom Fonteneau, tom. XXV, p. 113.

[3Ibid., tom. IV, p. 331.

[4Anne 1842, p. 419.

[5Preuves, p. 27.

[6La premire personne du pluriel prend ici, par exception, la terminaison ons an lieu de om, conformment l’tymologie.

[7Fontsche, commune et canton de Tonnay-Charente, arrondissement de Rochefort, dpartement de la Charente-Infrieure. Aux derniers sicles, cette commanderie tait unie celle de Saint-Jean du Perrot la Rochelle.

[8Le mot corloanerius ou corloanarius se rencontre assez souvent dans les chartes latines du Poitou ; c’est une forme de cordubanarius.

[9On donnait le nom d’hpital aux maisons des religieux hospitaliers de Saint-Jean de Jrusalem qu’on a depuis appeles commanderies ; plusieurs localits du Poitou o existaient autrefois des maisons de cet ordre ont conserv la dnomination de l’Hpital.

[10C’est--dire l’OrmeGaidon. Il y avait Poitiers une rue de l’Homme-Landain, rua de Ulmo Landayn, 1252.

[11Les articles contracts on, ons, se trouvent constamment dans les chartes poitevines avec la signification de dans le, dans les.

[12Dans cette charte comme dans les autres, la rgle qui distingue le sujet du rgime n’est pas exactement observe.

[13Leireth (Iiceret), troisime personne du singulier du conditionnel prsent ; le sujet est sous-entendu.

[14Ordinairement la premire personne du pluriel prenait la dsinence om.

[15Les mots caus, icau, sont encore en usage dans l’idiome des campagnes en Poitou.

[16Au lieu de faimes on a vu fazom dans le n. I.

[17Au fust pour il fut. Un des caractres de l’idiome poitevin est l’emploi des formes o, ou, ol, pour il, le, dans le sens neutre. Ben o savez, ou fut un prodom, ol e cet avengu, ol a mot deaus appelez. (Sermons en langage poitevin, ms. du treizime sicle de la bibliothque publique de Poitiers.)

[18Cette commanderie fut unie dans la suite celle de Saint-Jean du Perrot la Rochelle. Elle tait situe dans la paroisse de Sainte-Ccile, canton des Essarts, arrondissement de Napolon, dpartement de la Vende.

[19La Gaubretire, commune du canton de Mortagne, mme arrondissement.

[20Ce participe diffre de celui qui se rencontre dans la charte n. I ; habituellement le verbe aver prenait, comme dans le roman du Midi, un g aux temps passs, ogu.

[21cette forme de l’article s’carte de celle qui tait propre au dialecte poitevin ; cependant dau se retrouve plus bas, Aymeri dau Broil.

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.