Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Villes, bourgs et villages > 16 Cognac > 1783 - Cognac (16) : productions et fiscalit - une vache lait royale !

1783 - Cognac (16) : productions et fiscalit - une vache lait royale !

mercredi 6 janvier 2010, par Pierre, 909 visites.

Dans l’Encyclopdie Panckoucke de 1783, partie "conomie", la description de Cognac montre ce qui est devenu une aubaine pour les finances royales : au bas mot 426.600 livres de droits indirects par an. A peu de chose prs ce que rapportait, la mme poque, l’impt direct de la taille sur les habitants de la gnralit de St Jean d’Angly. Cognac, une vache lait royale ?

Source : Encyclopdie Mthodique Panckoucke "Commerce" - Paris - 1783 - Books Google

A propos de la fiscalit sous l’Ancien Rgime, voir ici - A propos de la "Traite de Charente", voir ici

COIGNAC ET SON LECTION.

La ville de Coignac & son lection, est compose dans sept huit lieues de circuit, de 149 villes, bourgs, paroisses, villages, chtellenies, & hameaux ; toutes les terres sont labourables, vignes, prs & bois d’un bon rapport. L’on n’a pas jug propos, crainte d’ennuyer le lecteur, de rapporter par dtail les noms de toutes ces villes, bourgs, & paroisses, il suffira pour la satisfaction du public , de savoir le grand commerce qui se fait chaque anne d’eau-de-vie & de vin dans cette ville & son lection.

Il se recueille, anne commune, dans l’lection de Coignac, deux cent mille bariques de vin propre brler, qui font cinquante mille tonneaux, qui doivent produire 13400 pipes d’eau-de-vie de trois bariques. Chaque pipe que l’on appelle vulgairement sur le lieu, pice de trois bariques d’environ 81 veltes, quelquefois plus ou moins, parce qu’il y a des pices qui contiennent jusqu’ 90 veltes ; d’autres 75, 78, 80 & 85 veltes : l’on compte toujours que le produit ordinaire est de plus de quarante mille bariques, qui contiennent chacune 27 veltes d’eau-de-vie.

Lorsque l’anne est abondante, ce produit peut augmenter considrablement & mme doubler cette quantit.

Il y a des annes que les vins sont foibles : en ce cas il faut six bariques de vin pour en faire une d’eau-de-vie de 17 veltes. Il est rare de faire une barique d’eau-de-vie avec quatre bariques de vin ; si les vins sont passablement bons, neuf bariques de vin font deux bariques d’eau-de-vie de 27 veltes.

L’eau-de-vie de Coignac est suprieure & plus estime que toutes les autres : les trangers en font charger a Charente [1] chaque anne de 24 27 mille bariques.

Lorsque les vignes de la rivire de Loire manquent, il s’en voiture de grandes quantits par terre Chtelleraut pour la route de Paris, & mme pour la Flandre dans le temps de guerre ; mais dans celui de paix toutes les eaux-de-vie de Coignac & des environs, destines pour l’tranger, se chargent par mer Charente, sur les vaisseaux de pluseurs nations, ou fret sur des btimens Franois.

Il se tient Coignac tous les samedis de chaque semaine, un march pour la vente des eaux-de-vie ; tous les marchands & brleurs s’y assemblent pour faire ce commerce : en 1728 la barique d’eau-de-vie de 27 veltes, valoit 80 l. dans les magasns du vendeur.

Droits que payent les eaux-de-vie de Coignac

NDLR : Les mesures de l’lection de Cognac sous l’Ancien Rgime




 la pinte : 0,9313 l. (L’image ci-contre reprsente vraisemblablement une pinte de Cognac de la fin du XVIIe sicle. Elle est en cuivre, et sa capacit est de 0,93 l environ.)

 La velte : 7,4506 l

 La barrique : A Cognac, la barrique dite "ancienne" est de 28 veltes, soit 208,617 l.
Mais une tolrance de +/- 1 velte tait admise, tolrance qui a eu comme consquence que les fabricants de tonneaux faisaient des barriques se rapprochant le plus possible de 27 veltes, dont le contenu rel (201,166 l) tait vendu pour le prix de 28 veltes (208,617 l).
Au 19me sicle, la barrique de Cognac tait rpute contenir 27 veltes.

 La pipe : 465,65 l

En savoir plus sur les poids et mesures en vigueur en Saintonge, Aunis et Angoumois

Les nouveaux droits d’une barique d’eau-de-vie de 27 veltes ou de 216 pintes, sont de 1 l. 1 s.

Le droit de revente est de 15 s.

Si la barique d’eau-de-vie sjourne plus d’un jour dans le lieu o elle est transporte, 1 l. 4 s. 9 d.

Enfin, l’eau-de-vie doit le droit de vente chaque mutation de main, moins que celui qui la charge, ne prouve, qu’elle est faite du vin de son cr, & que ce soit pour son propre compte qu’il l’envoye.

Chaque barique d’eau-de-vie, qui se charge Charente, paye au bureau des traittes, 15 l. 16 s.

De manire que s’il se charge seulement Charente chaque anne 27 mille bariques d’eau-de-vie de Coignac, le droit seul de l5 l. 16 s. par barique produit au roi par anne 426600 l.

L’lection de Coignac produit encore, anne commuue, 2500 tonneaux de vin de grande, moyenne & petite borderie ; il s’en recueilloit autrefois une plus grande quantit, mais le grand hiver de 1709, a fait mourir les plus anciennes vignes qui toient celles qui produisoient le meilleur vin de cette qualit, & depuis ce temps ils ne sont pas aussi bons qu’ils l’toient auparavant.

C’est dans les paroisses de Richemond, Javresac & Saint-Laurent, qu’on recueille tous les ans environ 800 tonneaux de vin de grande borderie ; lorsqu’ils sont doux & bons, ils se chargent pour Hollande, Angleterre & le nord ; ils se conservent ordinairement la mer pendant les voyages de long cours ; mais si la douceur leur manque, ils ne sont point potables, & deviennent troubles, brunis & tourns pendant le voyage.

Dans les bonnes & moyennes borderies, on y recueille ordinairement 250 tonneaux de vin ; & dans les petites, de 14 1500 tonneaux dont la plupart se brlent pour faire des eaux-de-vie, c’est--dire, ceux qui se trouvent de rebut.

 Le tonneau de vin de grande borderie tir au fin, revient ordinairement 200 l.
 Le tonneau de moyenne borderie, 170 l.
 Le tonneau de petite borderie, 140 l.

Les prix ci-dessus sont peu prs ce que se vendent ces vins, anne commune ; quelquefois dans les grandes vines ils valent moins, & se vendent suivant leur qualit & bont,

Le vin ne paye que 36 sols par tonneau lors de l’enlvement, qui sont pays par le vendeur & 20 s. pour le droit de revente, qui se payent par le chargeur. Si le vin sjourne plus d’un jour entier en ville, il paye encore 33 s. par tonneau pour le droit d’inspecteur aux boissons, soit qu’il se charge ou qu’il demeure en magasin ; s’il passe d’une main une autre, la revente est encore de comme dessus : les traitans multiplient ce droit tant qu’ils peuvent, & l’interprtent leur avantage. Car il est dit par l’dit qu’il ne doit rien qu’aprs trois jours de sjour ; mais ils comptent le jour de l’arrive, celui du lendemain & le jour qu’on le charge ; ce qui se fait quelquefois en moins de quarante heures.


[1NDLR : Tonnay-Charente

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.