Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Descriptions des provinces et dpartements > Saintonge > 1267 - 1269 - La correspondance d’Alphonse de Poitiers > 1267 - Alphonse de Poitiers : ses lettres en franais pour administrer la Saintong

1267 - Alphonse de Poitiers : ses lettres en franais pour administrer la Saintonge

dimanche 3 mai 2009, par Pierre, 778 visites.

Le comte Alphonse de Poitiers, fils de roi, frre de Saint-Louis, est un vritable administrateur. La Ville de la Rochelle ne paye pas ses dettes : dernier avis amiable avant poursuites (sa formule savoureuse pourrait tre avantageusement employe aujourd’hui). Pour les ventes de bois dans la Sylve d’Argenson, il suggre la bonne pratique son Snchal. Et son franais est un dlice.

Source : Correspondance administrative d’Alfonse de Poitiers - par Auguste Molinier - Paris - 1844 - BNF Gallica

En savoir plus sur Alphonse de Poitiers (Wikipdia)

A propos de la Sylve d’Argenson, voir cette page (Henri Beauchet-Filleau).

Contexte historique : depuis le trait de Paris (1258) la Saintonge est coupe en deux parties spares par le fleuve Charente. Au sud, possession et administration anglaises, au nord, le royaume de France. Les lieux nomms dans cette lettre sont situs dans les deux parties de la Saintonge. Les dispositions du trait semblent donc n’avoir pas eu d’effet sur le territoire administr par le snchal.

Le Trait de Paris et de ses consquences, voir cette page.

9 mai 1267. Au Seneschal de Xantonge pour la deite de La Rochele.

Aufonz, fiuz de roi de France, coens de Poitiers et de Tholose, son am et son fael le seneschal de Xantonge, saluz et amour. Nos vos mandons que vos requerez de par nos le mere et le commun de la Rochele que le remanant de la deite, en que il nos sont tenu, facent tant que il nos soit aport au Temple Paris, ou la moiti au moins, en tornois ou en estellins, au melleur marchi que vos porroiz, le lundi aprs la quinzeinne de Penthecoste qui vient, et se ce ne fesoient, que vos i metez peinne ce que il le facent, ou il nos desplera mout, car la chose a trop delai.

Ce fu donn Rampellon, le lundi aprs l’invencion seinte Croiz, en l’an mil et deus cenz sexante set.

(dit par Ledain, p. 156, et par Boutaric, p. 288.)

29 mai 1267. Au Seneschal de Xanctonge pour le Conte de Poitiers et de Tholose.

Photo : P. Collenot - 08/2007

Aufonz, filz de roi de France, coens de Poitiers et de Tholose, son am et son feel le seneschal de Xainctonge, saluz et amor. Come vos nos aiez fest assavoir par voz lestres que vos aiez bailli cens XVIxx arpenz de nostre bois en une partie de nostre forest de Banaon [1] IIII anz de delivrance, en tele maniere que duranz ces IIII anz en ne puisse vendre en nostre forest de Banaon que XL arpenz chascun an des diz IIII anz, et autres preudes homes aiez bailli cens en la diste forest en une partie qu’en apele les Haies de Mause [2] IIIc LX arpenz, en tele maniere que en IIII anz n’en puissent vendre chascun an que XL arpenz, et en IIII anz aprs doivent tuit dlivrer, et einsint il ont VIII anz de delivrance, nos vos mandons que il semble que ceste voie de baillier la diste forest ne soit pas boenne. Por quoi nos vos mandons que les distes convenances rapelez ne ne les tenez mie, mes festes crier la vente de Guillaume et de la forest de Baconais [3], et en vendez en gros enchierement en II leus ou III ou IIII, en chascun leu d’icele forest de Baconais XL arpenz ou LX ou C, la mesure de l’arpent le roi de France, I an ou II ou III au plus de delivrance, et faciez durer l’enchierement jusque la premiere paie. Et il semble que ceste voie soit meilleur que l’autre, et einsint le fest fere le roi de France. Et de la forest de Argenton [4] et des autres bois que nos avom el pais, faites ausint en ceste maniere, ou en meilleur se vos poez. Derechief de ce que vos avez treiti o le prevost d’Iers [5] sur terres forfaites qui sont assises en Marempne [6] et qu’il en veut doner IIc livres et X sols de cens, nos vos mandons que il semble que ce n’est pas boenne maniere de baillier, se il n’i a enchierement jusque I an et ou cens et es deniers, et que la vente soit crie en tele maniere que la maniere du baillier soit seue. Derechief, com vos nos aiez fest assavoir que vos avez saisi molt de choses sus les religions et surs les roturiers, nos vos mandons que vos ne nos avez pas soufisanment escript sur ce, quar vos nos deussiez avoir fet assaveir queles choses vos avez saisi et sur qui de chascun par soi, et combien vaut chascune chose par soi de rente, et quanz anz il a qu’eles furent aquises, et savoirmon se c’est en fi ou rierefi. Por quoi nos vos mandons que sur toutes ces choses et de chascunne par soi, et sur toutes les choses que vos nos escripsistes et toutes les autres que vos verroiz profiter, nos faciez plus certains en escript quant vos vendroiz nos au pallement, et en saiez curieus et ententis.

Ce fu fait [7] le diemenche devant Penthecoste.


[1Fort de Benon, l’ouest de Mauz, Charente-Infrieure.

[2Probabl. Mauz, Charente-Infrieure.

[3Sans doute partie de la fort de Benon.

[4Peut-tre Argenton-Chteau, Deux-Svres. NDLR : pour nous, il s’agit plus probablement de la Sylve d’Argenson , trs importante zone de bois situe la frontire de la Saintonge et du Poitou, de Benon en Aunis la rgion de Tusson (Charente) Au sujet de la Sylve d’Argenson, voir cette page (Henri Beauchet-Filleau).

[5Hiers-Brouage, Charente-Infrieure cant. Marennes.

[6Marennes, Charente-Infrieure.

[7Ici le manuscrit porte Loncpo (pour Longpont 91).

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.