Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Sant, pidmies, flaux, misre, hopitaux > Epidmies > 1832-1854 : Pandmies de Cholra - Statistiques officielles

1832-1854 : Pandmies de Cholra - Statistiques officielles

lundi 23 mars 2020, par Pierre, 359 visites.

Sept pandmies de cholra ont eu lieu dans le monde depuis 1817. La dernire est toujours en cours actuellement. La maladie, cause par une bactrie, a fait plusieurs millions de morts en Europe. La contamination est orale, d’origine fcale, par la consommation de boissons ou d’aliments souills.

Le cholra apparat pour la premire fois en France en 1832.

Les statistiques officielles sont balbutiantes en 1854, et ne donnent qu’une ide partielle de l’impact de ces pidmies sur la population de la rgion Nouvelle-Aquitaine d’aujourd’hui.

Source : Documents statistiques et administratifs concernant l’pidmie de cholra de 1854 compare aux prcdentes pidmies cholriques qui ont svi en France - Imprimerie impriale - Paris - 1862 - archive.org

Trente ans se sont couls depuis que, pour la premire fois, le cholra pidmique, s’lanant hors des Indes orientales, o il a pris naissance, envahissait l’Europe et s’abattait sur la France. Inconnu jusque-l dans nos climats, il en est aujourd’hui le flau le plus terrible et le plus justement redout ; et, pour ne parler que de notre pays, trois reprises, en 1832, en 1849 et en 1854, il l’a dsol presque tout entier.

Ds l’anne 1850, au lendemain de la seconde pidmie, l’administration suprieure, qui n’avait rien pargn pour venir au secours des populations pendant que le mal svissait, avait compris qu’il lui restait, aprs l’pidmie disparue, un dernier devoir remplir, celui de recueillir, dans une tude complte de la marche et des effets du cholra, les fruits d’une triste et double exprience. Sur l’invitation expresse du ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, le comit consultatif d’hygine publique tabli prs de son dpartement rdigeait le programme d’une vaste enqute , dont l’excution tait confie aux conseils d’hygine et de salubrit, rcemment institus dans tous les arrondissements. Ce programme embrassait toutes les questions relatives au cholra pidmique qui peuvent intresser l’hygine publique, la statistique mdicale et l’administration sanitaire, et si ce cadre, largement trac, avait pu tre rempli, il serait permis de dire que le Gouvernement de l’Empereur aurait dot la science de l’histoire la plus complte et la plus fconde qui ait jamais t entreprise, non-seulement du cholra, mais d’une maladie pidmique quelle qu’elle soit.

L’pidmie cholrique de 1853-1854 a envahi en France soixante-dix dpartements et 5,364 communes ; elle y a fait 143,478 victimes, 40,000 de plus qu’en 1832 , 43,000 de plus qu’en 1849. Elle a frapp, aux mmes poques et avec une gale intensit, les contres les plus diverses. Des dpartements voisins les uns des autres ont t trs-diversement affects, tant pour la dure de la maladie que pour le nombre des dcs.

Seize dpartements, dans lesquels l’pidmie ne s’est pas montre, appartiennent des points trs-opposs de la France ; mais ils se tiennent, presque sans interruption, dans la direction du nord au sud, du Calvados aux Hautes-Pyrnes.

Les deux sexes ont t atteints peu prs d’une manire gale. La mortalit a frapp surtout les sujets de quarante soixante ans, puis au-dessus de soixante ans, et de vingt quarante. L’ge de quinze vingt ans a t le moins prouv. Le mois d’aot a t le plus meurtrier.

Des soixante-dix dpartements envahis en 1853-1854, vingt-cinq avaient t exempts en 1832, et un mme nombre en 1849. Cinq des seize dpartements pargns en 1853-1854 avaient t atteints, mais trois seulement d’une manire srieuse, en 1832 et 1849. Quatre sur ces seize dpartements ont t, leur tour, frapps par l’pidmie, trs-circonscrite, de 1855. Enfin, six dpartements du centre de la France, se touchant sans intervalle, la Creuse, la Haute-Vienne, la Corrze, le Cantal, le Lot et la Lozre, et un septime, le Gers, spar seulement des autres par le Tarn-et-Garonne, ont t, jusqu’ prsent, compltement prservs du cholra.

Il n’est pas permis de poursuivre ici cette tude ; il suffisait d’en montrer l’intrt et l’importance par quelques exemples. L’administration sanitaire sera satisfaite et croira avoir accompli une œuvre digne du Gouvernement de l’Empereur en livrant, pour la premire fois, au public un ensemble de documents propres jeter quelque lumire sur l’histoire d’un flau terrible, qui, pour avoir suspendu ses coups, ne permet l’avenir ni la scurit ni l’imprvoyance, et rclamera toujours la mme sollicitude de la science appele le combattre, et des autorits qui, charges de veiller sur la sant publique, doivent redoubler d’efforts pour en prvenir le retour.

Population et dcs dus au cholra lors des pidmies de 1832, 1849 et 1853-54

Popul 1832 Dcs 1832 Popul 1849 Dcs 1849 Popul 1853-54 Dcs 1853-54
Charente 362,531 14 379,031 64 382,912 272
Charente-Infrieure 445,249 855 468,103 1,560 469,992 1,023
Corrze 0 0 0
Creuse 0 0 0
Dordogne
Gironde 554,225 428 602,444 859 614,387 800
Landes
Lot-et-Garonne 2
Basses-Pyrnes 428,401 457,832 446,997 17
Deux-Svres 294,850 130 320,685 454 323,615 11
Vienne
Haute-Vienne 285,130 0 314,739 0 319,379 0
Total France 32,569,223 102,739 35,400,486 100,661 35,781,628 143,468

Observations sur ce tableau statistique :
nous avons regroup ici les 12 dpartements qui composent aujourd’hui la Rgion Nouvelle-Aquitaine. Pour 6 d’entre eux, les donnes sont incompltes (Corrze, Creuse, Lot-et-Garonne) ou manquantes (Dordogne, Landes, Vienne).

Messages

  • Bonjour,
    J’ai relev au moins un cas de cholra en Creuse en 1849, dans le Mmorial de la Creuse, journal publi Aubusson, du dimanche24 juin 1849 : Un cas de cholra a t observ par le docteur Lonard, de Felletin. La femme Broussard, age de 50 55 ans, demeurant dans l’un des faubourgs de la ville de Felletin, de retour depuis quelques jours de Paris, o elle tait reste plusieurs mois, a t atteinte par l’pidmie et a succomb malgr les soins qui lui ont t apports... M. le Maire d’Aubusson a fait publier son de caisse, la semaine dernire, un arrt par lequel il invite ses concitoyens tenir leurs habitations, ainsi que les cours et dpendances, dans le plus grand tat de propret, afin de prvenir l’invasion de l’pidmie rgnante. Une visite domiciliaire a dj t faite par la police, dans le but de s’assurer si les prescriptions dudit arrt ont t remplies.
    Cordialement.

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.